jeu. Avr 18th, 2024

Difficile de dire qui a vraiment gagné dans cette entre l’environnementalisme, le retour en arrière et les intérêts partisans . Ce qui est certain – pour l’instant – c’est que les moteurs endothermiques survivront à la crise de l’environnement. 2035 veto  pour les voitures nouvellement immatriculées, à condition qu’elles soient alimentées exclusivement avec le e-carburant c’est-à-dire le les carburants synthétiques  que l’Allemagne a posé comme condition absolue de ne pas ruiner ceux qui voulaient une mobilité sur roues. exclusivement électrique .

Lors de la réunion du Représentants permanents adjoints des 27 pays de l’Union européenne  (Coreper I) ont adopté aujourd’hui à Bruxelles l’accord de coopération entre l’Union européenne et les 27 pays de l’UE. solution de compromis  qui satisfait les Allemands (qui ne sont pas par hasard le premier fournisseur européen d’e-carburants) mais pas l’Italie qui, au nom de l’intérêt général, a décidé de ne pas se laisser faire. neutralité technologique  et la nécessité d’atteindrezéro émission nocive avec n’importe quelle source d’énergie disponible a essayé pendant des semaines d’obtenir l’alternative aux biocarburants considérée par le gouvernement (mais pas par tout le monde) comme tout aussi respectueuse de l’environnement, et qui a la particularité non négligeable d’être un fleuron de la production italienne.

Le feu vert pour la texte sur l’arrêt des voitures à moteur thermique à partir de 2035 L’Italie et la Pologne ont voté contre, la Roumanie et la Bulgarie se sont abstenues et les autres Etats membres ont voté pour, selon plusieurs sources diplomatiques en marge de la réunion des représentants permanents adjoints auprès de l’UE. Les quatre pays non alignés ne forment pas une minorité de blocage, puisqu’ils ne représentent pas 35 % de la population totale de l’Union. Conseil « Affaires énergétiques » d’aujourd’hui  décidera sans plus tarder de l’adoption finale de la mesure.

Avec cette « dérogation », les constructeurs automobiles ppourraient continuer à produire et à vendre de nouvelles voitures en Europe (pour celles qui sont déjà sur la route, cependant, rien ne change) seulement si elles sont alimentées par des e-carburants, tant qu’elles ne peuvent pas également fonctionner avec de l’essence traditionnelle. . Le conditionnel est de rigueur, d’une part parce que les e-carburants sont des carburants expérimentaux qui ne sont pas encore sur le marché et dont le prix est actuellement hors marché (10 euros le litre, ce qui pourrait être drastiquement réduit avec le temps, mais seulement en cas de diffusion massive), et d’autre part parce que la grande majorité des constructeurs automobiles ont déjà éliminé les moteurs endothermiques de leurs plans industriels pour les 10 ans à venir. Reste donc à savoir s’il existera encore en 2035 de nouvelles voitures capables de les utiliser. Séjour Il reste donc à savoir si ces carburants avancés peuvent être utilisés pour les voitures endothermiques déjà en circulation. De nombreux experts affirment qu’il est peu probable que la production d’e-carburants s’étende et que, par conséquent, la disponibilité de ces carburants ne concernera que les super-voitures et ne pourra pas satisfaire le marché de masse parce qu’ils sont limités ou trop chers. En tout état de cause, il convient de mentionner un aspect qui a été perdu de vue dans le débat public, à savoir que les avantages des e-carburants s’arrêtent à l’impact sur le climat . La neutralité des émissions s’applique au CO2 (le gaz qui modifie le climat et qui est inoffensif pour l’homme), mais pas aux autres polluants toxiques pour la santé humaine, qui, selon de nombreuses études, sont similaires à ceux de l’essence ou du diesel.

En ce qui concerne les autres alternatives à l’électricité, les jeux semblent faits. a , mais le gouvernement Meloni voit (ou dit voir) encore une lueur d’espoir sur les biocarburants : « L’Italie, sans tours de force inutiles, s’engage en ces heures à fournir tous les éléments utiles pour faire comprendre à l’UE, de manière scientifiquement et rationnellement irréprochable, l’importance d’inclure les biocarburants parmi les carburants verts », déclare le ministre de l’Environnement Gilberto Pichetto Fratin. Matteo Salvini, ministre des infrastructures, est sur la même ligne : « Pour protéger l’emploi, l’environnement et les activités de production, et pas seulement pour faire un énorme cadeau à la Chine, il est nécessaire que l’Europe s’ouvre également aux biocarburants ». Mais la porte semble déjà définitivement fermée. Dans un an, lorsque le Parlement européen sera remplacé par le prochain, tout sera peut-être remis sur la table. Bref, 2035, c’est loin, très loin.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *