mer. Avr 24th, 2024

Le sauvetage de Banque de la Silicon Valley  est terminée. First Citizens Bank  a annoncé qu’elle avait conclu un accord avec le fonds interbancaire américain (Fdic) pour racheter l’essentiel des actifs de la banque californienne : 110 milliards de dollars d’investissements, 56 milliards de dollars de dépôts et 72 milliards de dollars de prêts. Les filiales de Svb ont déjà pu opérer hier en tant que divisions du nouveau propriétaire.
First Citizens se présente comme la plus grande banque américaine à contrôlée par une famille . La troisième génération de la famille du fondateur, R.P. Holding, est aux commandes. Ce n’est pas une grande institution : avec 110 milliards de dollars d’investissements à la fin de 2022, elle était la 30e plus grande du pays, selon les chiffres de la Fed. Basée à Raleigh, en Caroline du Nord, c’est une banque traditionnelle, dont le cœur de métier est le prêt aux entreprises et aux ménages. Elle possède plus de 500 succursales dans 23 États, a pu traverser la crise de 2008 sans encombre et s’est développée ces dernières années en rachetant d’autres banques plus petites. L’accord avec le Fdic stipule que First Citizens recevra également une garantie du fonds interbancaire contre toute perte supplémentaire qui pourrait résulter de l’achat de Svb. L’accord a fait bondir les actions de First Citizens de plus de 45 % à l’ouverture de la bourse de Londres. .
Dans le même ordre d’idée, il y a une semaine, l’autre banque renflouée début mars par le Fdic, Signature Bank a été vendue à la banque communautaire new-yorkaise Flagstar .
Le volet européen de la crise bancaire est marqué par la démission de Ammar Al Kuhdari le président de la Banque nationale saoudienne . Al Kuhdari avait été l’un des architectes de l’effondrement du Crédit Suisse, lorsque, dans une interview malavisée accordée à Bloomberg  avait expliqué que la banque saoudienne, premier actionnaire du Crédit Suisse avec une participation de près de 10%, ne pourrait pas participer à une recapitalisation pour des raisons réglementaires. Des propos qui ont déclenché une vague de ventes d’actions de la banque suisse, au point de forcer les autorités à intervenir puis à la céder à sa rivale historique Ubs.
En bourse, après le Black Friday de la semaine dernière, les investisseurs semblent être revenus plus sereins, avec des marchés en hausse progressive. En particulier, les actions Deutsche Bank  (+6%), qui a fini au centre de la tempête dans les derniers jours de la semaine passée. Milan s’est également redressé, clôturant en hausse de 1,2 %. Mais il est manifestement trop tôt pour dire que la crise bancaire est terminée.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *