mer. Avr 17th, 2024

Adopter immédiatement des politiques incisives et cohérentes pour faire face aux conséquences de la crise climatique, en adoptant une loi sur le climat et en accélérant l’approbation et la mise en œuvre du Plan national d’adaptation au changement climatique (Pnacc) sur lequel une consultation publique est en cours, lancée par le ministère de l’Environnement et de la Sécurité énergétique (MASE). C’est ce qui ressort du Policy brief de l’Alliance italienne pour le développement durable (ASVIS), intitulé « Dix propositions sur le plan national d’adaptation au changement climatique« présentée ce matin par Enrico Giovannini, directeur scientifique d’ASVIS, qui souligne l’extrême gravité de la situation – 28 % du territoire national présente des signes évidents de désertification, 94 % des municipalités sont menacées d’instabilité hydrogéologique, 42 % de l’eau potable est dispersée hors des réseaux d’eau – et met en évidence la façon dont les interventions d’atténuation et d’adaptation au changement climatique sont décisives pour guider la transition de l’Italie vers un modèle de développement durable.

La note politique présente des recommandations concrètes pour améliorer le PNAQ, en renforçant les spécificités des territoires, des communautés et des chaînes de production. « Le PNACC est un outil essentiel pour intégrer les politiques nationales et locales de développement social et économique à la protection de l’environnement et devrait être approuvé dès que possible »., a souligné Enrico Giovannini, qui a insisté sur la nécessité de l’améliorer. « Achever, avec une urgence proportionnelle à la gravité de la situation, les analyses de risques et de vulnérabilités sur l’ensemble du territoire et le rendre opérationnel dans les meilleurs délais, en évitant des processus de mise en œuvre complexes et longs qui priveraient le Plan de l’opérationnalité nécessaire.« .

Le Pnacc, rédigé par le MASE avec le soutien scientifique de l’Istituto Superiore per la Protezione e la Ricerca Ambientale (Ispra) et du Centro Euro-Mediterraneo sui Cambiamenti Climatici (Cmcc), devrait être finalisé dès que possible, en pleine cohérence avec le nouveau Plan national intégré pour l’énergie et le climat (Pniec), que le gouvernement doit préparer d’ici le mois de juin. « Les différentes actions et stratégies pour lutter et s’adapter à la crise climatique – a-t-il ajouté Giovannini – doit être intégrée à tous les autres outils de planification politique, également à la lumière du récent amendement à la Constitution qui introduit parmi les principes fondamentaux celui de la protection de l’environnement dans l’intérêt des générations futures. Pour cette raison, le gouvernement doit également approuver dès que possible la nouvelle stratégie nationale de développement durable, qui est indispensable pour assurer la cohérence des politiques pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable« .

L’ASVIS recommande d’améliorer le PNAAP en donnant la priorité aux mesures d’adaptation et en prévoyant des incitations à la relocalisation des implantations civiles et industrielles à risque. La priorité devrait également être donnée aux solutions basées sur la nature en particulier dans la régénération des zones urbaines, le long des côtes et des cours d’eau, et mieux définir les règles, les rôles et surtout les responsabilités de la gouvernance du plan, en précisant les tâches, les responsabilités et le financement des gouvernements régionaux et locaux. Le secteur de l’assurance devrait être impliqué dans la mise en œuvre de politiques de transfert des risques et dans le partage des pertes financières liées aux dommages climatiques, en passant de politiques occasionnelles de réponse à des épisodes uniques de dommages climatiques à une stratégie pluriannuelle d’anticipation et de gestion des risques. En outre, il convient d’accroître la capacité des administrations locales à mettre en œuvre des politiques d’adaptation, de renforcer la participation de la société civile et des partenaires sociaux à la conception des mesures et à la mise à jour du plan, et de lancer des cours de formation pour les gestionnaires et les techniciens, en particulier dans l’administration publique, afin de lutter contre le changement climatique.

« Pour faire face à la crise climatique », conclut Enrico Giovannini, « nous devons parvenir le plus rapidement possible à l’approbation d’une loi sur le climat, à l’instar de ce qui a été fait par d’autres pays européens qui ont déjà adopté des politiques d’atténuation du changement climatique, comme le prévoit la loi européenne de 2021, en orientant au mieux les importants financements nationaux et européens disponibles, à commencer par ceux des politiques de cohésion pour la période 2021-2027 ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *