mar. Avr 23rd, 2024

Le blizzard qui souffle sur les banques de la Californie à la Suisse depuis une semaine ne s’est pas calmé. Et si, de plusieurs côtés, on se rassure sur la résilience du système, ce qui est certain, c’est que les bourses sont dans la tourmente et que les sauvetages payés à coups de milliards n’ont pas eu l’effet escompté sur les marchés.

Aujourd’hui, les projecteurs sont braqués sur nous sur l’avenir du Credit Suisse, la deuxième banque du pays au bord de la faillite. . Selon le Financial Time Ubs, la plus grande banque suisse, est en pourparlers pour racheter tout ou partie d’Ubs. Les conseils d’administration des deux banques se réuniront séparément au cours du week-end, selon les rumeurs, pour évaluer l’opération, qui est chaleureusement soutenue par le gouvernement. La banque centrale suisse et la Finma, l’autorité de régulation des marchés, orchestrent les négociations dans le but de renforcer la confiance dans le système financier. Entre-temps, le fonds américain BlackRock nie son implication dans l’accord, qui a également été spéculé par les médias suisses. Financial Time. « Nous ne participons à aucun plan d’acquisition de tout ou partie de Credit Suisse et n’avons aucun intérêt à le faire », a déclaré un porte-parole du fonds selon Bloomberg.

Un nouveau coup dur pour le Crédit Suisse sur le marché boursier hier a gelé les espoirs d’endiguer la crise après le « sauvetage » de 50 milliards de prêts lancé par la banque nationale.  L’action a perdu jusqu’à 8,2 % alors que la fuite des clients qui tentent de sauver leur argent se poursuit. L’hypothèse la plus probable est celle d’une vente forcée pour éviter la faillite. Il s’agira très certainement de la première banque du pays qui, selon les analystes, pourrait reprendre les activités avec les particuliers et la gestion de l’épargne en Suisse. Il est plus difficile de trouver des acheteurs pour la banque d’investissement basée à Londres et à New York, car il semblerait que les principaux problèmes viennent de là.

Les options envisagées en Suisse sont différentes et les deux banques les étudient également à la lumière des limites réglementaires des différentes juridictions. En étudiant l’hypothèse d’Ubs, l’attention est également portée sur les risques potentiels qu’un tel accord pourrait avoir sur ses activités. La Banque centrale suisse vise une solution simple et claire avant l’ouverture des marchés lundi, mais le monde entier ne sait pas si l’accord sera conclu.

Vendredi négatif pour les banques européennes.  Les bourses européennes ont clôturé en baisse le dernier jour d’une semaine en dents de scie. Les ventes se sont poursuivies sur les marchés compte tenu des craintes d’un risque de « contagion », après les événements de Credit Suisse et des banques régionales américaines. Piazza Affari a perdu 1,64%, le spread entre la Btp et les Bunds allemands augmentant et s’approchant de « 200 ». Stable, en revanche, le rendement de l’obligation à dix ans à 4%.

L’avertissement de Biden . Les tensions restent vives aux États-Unis, à tel point que le président Joe Biden est intervenu une nouvelle fois pour rassurer les Américains. « Cette semaine, nous avons pris des mesures décisives pour stabiliser le système bancaire sans mettre les contribuables en danger. Notre système bancaire est plus résistant et plus stable ». M. Biden a appelé le Congrès à adopter des réglementations plus strictes à l’encontre des gestionnaires responsables des faillites. Le président a expliqué que « la loi limite l’autorité de la direction ». « Lorsqu’une banque fait faillite en raison d’une mauvaise gestion et d’une prise de risque excessive, il devrait être plus facile pour les régulateurs de récupérer les indemnités, d’imposer des sanctions civiles et d’interdire aux dirigeants de travailler à nouveau dans le secteur bancaire. » À Wall Street, l’action de la First Republic Bank a plongé de 26 % au cours de la séance d’hier, malgré le plan de sauvetage d’un consortium de onze banques, qui a obtenu 30 milliards de dollars de liquidités. Cette chute a eu de lourdes répercussions sur les actions d’autres banques. La faillite de la Silicon Valley Bank, la plus importante aux États-Unis depuis la crise financière de 2008, et la décision subséquente du gouvernement américain de fermer la Signature Bank, ont eu un effet d’entraînement. Les banques dites régionales, c’est-à-dire les banques de taille moyenne ayant des liens étroits avec l’économie et le réseau de production locaux, ont été particulièrement touchées, notamment la First Republic Bank, ce qui a déclenché la mobilisation d’autres institutions. Par ailleurs, hier, Svb Financial Group, la société mère de la Silicon Valley Bank, a déposé une demande de mise en faillite au titre du chapitre 11, une semaine seulement après que la banque a été fermée par les autorités de régulation et que les clients se sont empressés de retirer leur argent. Les premiers avertissements de la Fed concernant la banque remontent à plus d’un an, selon des rumeurs rapportées par Bloomberg.

Rassurant sur l’état de santé des banques européennes, après les propos de la présidente de la BCE Lagarde deux jours après le sommet, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, s’est montré hier rassurant : « Nous avons les instruments pour assurer la liquidité des banques » a-t-il dit en précisant que les banques européennes « ne sont pas dans la même situation que les Etats-Unis car elles ne sont pas soumises aux mêmes règles ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *