jeu. Juil 18th, 2024

Les investissements dans les start-ups italiennes doublent. C’est ce que certifie le rapport de recherche Venture Capital Monitor (VeM) 2022, selon lequel 1,9 milliard d’euros ont été investis dans les start-ups italiennes l’année dernière, contre 992 millions d’euros en 2021. En outre, 2,2 milliards d’euros ont été investis dans le secteur du capital-risque (ils étaient de 2 milliards d’euros en 2021) et les actifs syndiqués ont doublé pour atteindre 1 540 millions d’euros (ils étaient de 812 millions d’euros en 2021). Les TIC restent le premier secteur avec 39 % des investissements et la Lombardie la première région en termes de nombre de  » cibles « , 124.

L’année 2022 s’est terminée avec 370 transactions (initiales et de suivi) ; il y en avait 317 l’année dernière (+17%). Si l’on considère uniquement les nouveaux investissements, initiaux, ils ont été de 310 contre 285 en 2021. En ce qui concerne le montant investi par les opérateurs nationaux et étrangers dans les start-ups italiennes, il s’est élevé à un peu moins de 1,9 milliard d’euros répartis sur 349 tours, contre 992 millions d’euros pour 291 opérations en 2021. En revanche, le montant investi dans des sociétés étrangères fondées par des entrepreneurs italiens a diminué, passant de 919 millions d’euros à 302 millions d’euros et de 26 à 21 opérations. En additionnant ces deux composantes, le total global s’élève à 2,2 milliards d’euros (il était de 1,9 milliard d’euros en 2021).

« Un an après, les investissements en capital-risque dans les start-ups italiennes ont doublé pour atteindre 2 milliards d’euros », a souligné Innocenzo Cipolletta, président d’Aifi, l’Association italienne du capital-investissement, du capital-risque et de la dette privée. -. Nous avons compris le rôle fondamental de l’innovation pour la croissance du pays, nous devons maintenant multiplier le nombre de gestionnaires de fonds nationaux, qui sont aujourd’hui une quarantaine contre une moyenne européenne de 150, afin de créer un moteur de développement systémique qui permette à ce marché de devenir un véritable pilier pour la croissance des entreprises ». « Au niveau sectoriel, nous remarquons encore une grande concentration sur le secteur des TIC », a souligné pour sa part Anna Gervasoni, professeur à Liuc-Università Cattaneo, « Une nouveauté intéressante concerne la distribution géographique des investissements : en plus de la concentration habituelle des opérations dans la zone Nord-Ouest, nous assistons en 2022 à une couverture nationale des investissements, signe de la présence et de la capillarité croissantes des investisseurs sur notre territoire ».

« Malgré un contexte financier international contrasté, explique Luca Pagetti, responsable de Finanziamento Crescita Startup au Centre d’innovation d’Intesa Sanpaolo, les investissements en capital-risque en Italie en 2022 ont confirmé leur croissance, dépassant le seuil des 2 milliards d’euros, accélérant le chemin de notre pays vers les meilleures pratiques internationales. Notre Groupe, dans le plan d’affaires 2022-25, confirme à travers Intesa Sanpaolo Innovation Center, son soutien à la croissance des startups également avec des initiatives d’écosystème et en soutien aux territoires. La création en 2022 du fonds SEI Sviluppo Ecosistemi di Innovazione géré par Neva SGR, une filiale à 100% de Intesa Sanpaolo Innovation Center, est une confirmation supplémentaire de notre engagement ».

Paolo Anselmo, président de l’Iban, souligne l’augmentation « de 20% du poids des Business Angels italiens. En effet, en 2022, 80% des investissements dans les start-ups italiennes verront les BA impliqués, conjointement avec les fonds de capital-risque ou indépendamment, pour un total de 1,5 milliard d’euros injectés dans le secteur de l’innovation italien. La collaboration entre les fonds de capital-risque et les BA est de plus en plus intense, le montant investi en syndication triplant d’ici 2022. Le nombre de femmes BAs est également en augmentation, atteignant 27% du total, un chiffre encourageant qui est définitivement en hausse par rapport aux dernières années’.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *