sam. Avr 13th, 2024

La transition écologique  à travers leélectrification  que nous souhaitons tous vivre dans un monde meilleur a besoin de chiffres, pas de mots. Et des faits, les seuls qui permettent de se faire une idée réelle de ce qui se passe et pourrait se passer entre aujourd’hui et demain. 2035 l’année au cours de laquelle le Parlement européen  a décidé de d’interdire la vente de nouvelles voitures dont la batterie n’est pas à 100 %.  Indépendamment de toute opinion sur la question, il est intéressant de voir où nous en sommes aujourd’hui, face à une révolution de cette ampleur. Au cours du quatrième trimestre 2022, l’analyse qualitative BEV – Italie Indice de progrès , produit par Quintegia  (le centre de recherche Sudi qui s’occupe de l’innovation et de la mise en réseau en traitant des données certifiées, des rapports et des scénarios à l’échelle nationale et internationale) rapports sur la mobilité électrique un timide signe de croissance, avec un score de 44,6, qui laisse espérer une reprise de la voie de l’électrification en Italie, malgré la baisse marquée par rapport à la même période de 2021 où le score était supérieur de 12 points.

Des colonnes en hausse, mais seulement 12% sont  » rapides « . 

L’indice de progrès BEV – Italie, prend en compte trois composantes principales : la flotte de voitures 100% électriques, immatriculations trimestrielles et les infrastructures de recharge électrique, évaluées à la fois en termes de diffusion et de puissance. La légère augmentation de la note est influencée par les immatriculations, qui ont gagné du terrain en fin d’année, par rapport au troisième trimestre de 2022. Et, surtout, par les chiffres de l’infrastructure : avec un score de 72,3, se référant encore une fois au dernier trimestre de 2022 au cours duquel 2 634 unités ont été installées, ils sont en croissance constante et de plus en plus alignés sur l’objectif. Par rapport à 2021, l’infrastructure a augmenté de 46%, avec un total de 19 334 unités. Sur le réseau autoroutier, 378 points de charge supplémentaires ont été générés en 2022. En termes de puissance de charge, cependant, 88% des points de charge installés dans toute l’Italie sont en courant alternatif (CA), tandis que seulement 12% sont en courant continu (CC). Les installations à puissance croissante se développent : outre le doublement de la part des points en courant continu (en 2021, ils étaient environ 6 %, contre 12 % en 2022), la part des points ultra-rapides (d’une puissance supérieure à 150 kW) a triplé – source  » Rapport sur les infrastructures de recharge à usage public en Italie  » publié il y a quelques jours par Motus-E. Pa situation des infrastructures de recharge publiques en Italie est bien avancée et avec un taux de croissance très élevé. En effet, plus de 6 000 infrastructures ont été installées en 2022, soit près de la moitié de toutes celles déjà en place à la fin du mois de décembre 2021.

Lire aussi:  Construction. Un conflit national : 100 000 emplois menacés

Voitures électriques immatriculées, l’Italie est 18e en Europe. 

Si l’on considère l’année 2022 dans son ensemble, le BEV – Italy Progress Index, décrit une année difficile pour les voitures électriques en Italie, avec une baisse de 26,6 % des immatriculations par rapport à 2021 (avec 49 500 BEV immatriculés en 2022). Les trois derniers mois de l’année ont marqué une légère reprise, mais encore insuffisante. D’octobre à décembre, le canal privé a enregistré une part de 47 %, suivi par la location de courte et longue durée avec 29 %, les immatriculations de voitures avec 14 % et les entreprises avec 10 %.
Parmi les États de l’UE, notre pays se classe au 18e rang sur 26 en termes de part de marché des VEB avec 3,7 %, contre 12,1 % pour la moyenne européenne. En ce qui concerne le parc automobile, le nombre de BEV dans notre pays dépassera 167 000 en 2022, ce qui, en pourcentage, signifie +41,5 % par rapport à 2021.

Combien coûte le plein d’énergie ? 

En considérant les 9 opérateurs présents en Italie avec leur propre infrastructure publique analysée, le prix moyen au consommateur seul pour une recharge jusqu’à 22kW de puissance est de 0,63€ par kW/h, jusqu’à 50kW de puissance est de 0,77€ par kW/h et plus de 50kW de puissance est de 0,83€ par kW/h. Les chiffres sont valables jusqu’à la première semaine de février et à partir de la première semaine de décembre 2022, à savoir + 0,10€ par kW/h pour la tranche jusqu’à 22kW, + 0,17€ par kW/h jusqu’à 50kW et + 0,12€ par kW/h au-delà de 50kW.
En moyenne, un citoyen italien parcourt environ 770 km par mois (source : Rapporto Mobilitaria 2022) et en supposant l’utilisation d’une voiture électrique efficace à environ 13,5kW/h pour 100km, la consommation mensuelle sera d’environ 100kW/h. En calculant pour chaque opérateur le moyen le moins cher de recharger 100kW/h avec au moins 50kW de puissance par mois, en considérant à la fois les offres des consommateurs et les formules d’abonnement, le prix moyen est de 0,60€ par kW/h contre 0,50€ par kW/h début décembre. Recharger 100kW/h coûtera donc en moyenne 60€. L’opérateur le moins cher permet d’abaisser le coût à 45€ par 100kW/h, soit 0,45€ par kW/h. Dans le cas d’un kilométrage mensuel plus élevé, il existe des solutions qui garantissent une maîtrise des coûts jusqu’à 0,35€ par kW/h.

Lire aussi:  Transport. Ita Airways et Amex lancent trois nouvelles cartes à points

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *