sam. Juil 20th, 2024

« Nous nous sommes des artistes, ce qui est différent de l’artisan.« . Il s’agit de l’une des expressions déterminantes qui ressortent de l’étude de la réflexion et l’avis de plusieurs ouvriers liés au monde de la sculpture des chars de procession, des éléments différentiels de l’esthétique de notre Semaine Sainte qui ont été adaptés et modulés selon les époques sans perdre leur sens catéchétique et pratique.

Mardi dernier, sur le plateau de Sentir Cofrade sur PTV Sevilla, les sculpteurs José Antonio García et Francis Verdugo analysaient la situation actuelle de leur guilde, leur relation avec les confréries (leur clientèle principale et majoritaire) et l’irruption vertigineuse de la technologie dans leur travail professionnel. Tout d’abord, les deux collègues ont exprimé leur la consternation devant l’absence généralisée du sens de l’engagement et du sacrifice.. « Actuellement, il n’y a pas d’apprentis, il n’y a pas de culture de l’effort pour apprendre un art qui, en soi, est compliqué et ne suscite pas l’intérêt des plus jeunes. Cette relation enseignant-élève est en train de se perdre ».Ces travailleurs commentent.



De même, ils ont discuté de leur relation avec les confréries et les conseils d’administration, « qui souvent ne comprennent pas ou ne comprennent pas que ce que nous faisons est de l’art, de la culture, et en tant que tel, il mérite le respect et du temps pour travailler. Des projets qui finalement ne prospèrent pas parce qu’un nouveau conseil les rejette, des esquisses qui ne sont pas payées ? Avec la plupart des confréries, les délais et les livrables sont respectés, mais nous pensons que notre travail doit être considéré et avoir la place qu’il mérite ».

Mais, sans aucun doute, une question qui préoccupe particulièrement les sculpteurs est le présence de nouvelles technologies dans ce domaine. Les deux étaient du même avis. « La technologie, bien comprise, est fondamentale et essentielle à la vie quotidienne des êtres humains. Mais qu’est-ce que Nous sommes vraiment préoccupés par la perte de respect pour l’artiste et son œuvre.. Une œuvre peut être créée de manière informatisée par des programmeurs qui mesurent et tracent exactement les dimensions d’une marche et de ses motifs, par exemple. De plus, il s’agit d’une activité qui peut être réalisée par n’importe qui, quelle que soit sa formation. Mais un Le travail qui sort d’une machine ne peut jamais être considéré comme de l’art.car il lui manque l’âme, la personnalité, le style de l’artiste, qui est celui qui se tache les mains et travaille le bois. C’est dans cette différence que réside, selon nous, l’essence de cet art que nous cultivons. Une marche peut être parfaite, sans plis, sans gouges et symétrique, mais alors elle ne sera pas l’œuvre de l’être humain. Dans cette imperfection, dans cette impureté, réside l’âme de l’œuvre ».

Enfin, ils ont valorisé positivement le catalogage de l’art sacré comme bien d’intérêt culturel.l, car « tout ce qui protège et valorise notre travail sera toujours bien accueilli ». Parce que « nous ne sommes pas des artisans. L’artisan reproduit et imite une œuvre à plusieurs reprises. L’artiste crée par l’originalité et la créativité ».. Sans aucun doute, une réalité qui affecte pleinement notre Semaine Sainte et ouvre de nouveaux horizons.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *