jeu. Juin 20th, 2024

Vendredi dernier, le Groupe des Fidèles de Jesús de la Humildad, plus connu sous le nom de « Groupe de l’Année », a reçu la visite d’une délégation de la Commission européenne. La Espiga, a reçu de Marcelino Manzano la nomination comme groupe paroissial, ce qui signifie que le La dernière étape avant la réalisation du caractère pénitentiel. Cette nouvelle n’atteint pas seulement le niveau de la dévotion, mais représente aussi une annonce plus que notable pour considérer, encore plus sérieusement, la possibilité de contempler les nazaréens dans le centre de population le plus dense de toute la ville.

Actuellement, Séville Est compte 70 000 habitants, soit plus que tout autre district. de la ville. Ce nombre d’habitants est analogue à celui de villes telles qu’Utrera, et dépasse de loin d’autres localités telles que Alcalá de Guadaíra, Mairena del AljarafeCarmona et Écija, avec entre 30 000 et 60 000 personnes. Tous partagent, dans une mesure plus ou moins grande, un lien très étroit avec la Semaine sainte. En moyenne, près d’une douzaine de confréries font une procession pénitentielle dans leurs rues, conservant un vaste patrimoine dévotionnel et artistique riche de plusieurs siècles d’histoire.



Nous sommes seulement un pas de plus de Séville Est qui sort avec les Nazaréens pour proclamer sa propre Semaine Sainte, sa commémoration de la Passion et de la Mort. Ce même samedi de la Passion, le L’humilité sera traitée avec son saint patron dans les rues de ce quartier, sur son cortège processionnel et accompagné par l’Agrupación Musical Notre Dame de l’Incarnation de San Benito. Il dispose d’un vaste catalogue d’insignes et M. Navarro Arteaga sera chargé de sculpter l’image de la Vierge des Anges, la Virgen de los Ángeles. Près de 300 fidèles constituent les membres de cette Agrupación.

Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, l’existence de sa propre semaine sainte était considérée comme utopique et chimérique. -et non des confréries, qui en fait sont déjà en train de se forger et de se matérialiser, dans l’est de Séville. Mais d’abord, le soin pastoral et spirituel d’une zone aussi densément peuplée et, ensuite, la couverture d’un festival qui traverse un moment fort de son histoire, cette possibilité prend un caractère réalisable et pratique.sans oublier que, après tout, ces confréries, si éloignées de la cathédrale de Séville, ont leur raison d’être dans leur propre espace.

Avec un centre historique qui diminue progressivement sa population au profit de cette zone, et une vie quotidienne pratiquement indépendante du reste de la ville, la semaine sainte de Séville Est ouvre un chemin qui ne fait que commencer.. Il est encore trop tôt pour dresser un tableau de l’avenir, mais ce qui est certain, c’est que dans quelques années, les habitants de Sevilla Este paraderont en tant que nazaréens dans les rues de leur quartier, avec tout ce que cela peut impliquer. Que se passera-t-il si le nombre de confréries dans cette zone augmente ? Comment gérer cette réalité de la ville de Séville ? De l’église paroissiale de Santa Ángela à la cathédrale de Séville, il faut compter une heure et quart à pied. Douze kilomètres. Insurmontable pour une confrérie, encore moins pour plusieurs…

Notre site félicitations à La Espiga de Sevilla East et à tous ses fidèles.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *