ven. Mai 17th, 2024

Le travail ennoblit et, en prison, il est en effet une occasion de rédemption. En effet, le nombre d’hommes et de femmes derrière les barreaux qui suivent des cours de formation, apprennent un métier ou même travaillent déjà (dans certains cas à l’extérieur) est en augmentation. Sur un total de 54 841 prisonniers, il y a un total de (le chiffre est au 30 juin 2022) 18 654 travailleurs.  Parmi eux, 16 181 sont employés par l’administration pénitentiaire, tandis que les travailleurs non employés par l’administration sont au nombre de 2 471. Le tableau général fait état d’un monde « parallèle » qui compte, réparties en 26 catégories, 247 activités exercées (dont 110 sont employées par l’administration pénitentiaire), allant de l’assemblage et de la réparation de composants électroniques à la cordonnerie, en passant par la saisie de données et la dématérialisation de documents, de la menuiserie à l’usine textile qui emploie 333 personnes. Selon une estimation du ministère de la justice, plus de 2 300 détenus sont potentiellement prêts à exercer un nouvel emploi en dehors de la prison. Un signe encourageant : sn fait, le taux de récidive pour les détenus qui ne travaillent pas est d’environ 70 %, pour ceux qui sont dans l’incapacité de travailler, il est d’environ 20 %. la prison a appris un métier, appris à avoir confiance en elle, la récidive baisse. dramatiquement autour de 2%. Les protocoles signés au cours des derniers mois en vue de l’inclusion dans le marché du travail illustrent ce scénario dans lequel la sanction est associée à l’activité professionnelle. En juin dernier, par exemple, le monde des télécommunications a franchi les portes des prisons à la suite du protocole d’accord sur le programme de travail en milieu carcéral signé par le ministre de la justice de l’époque. Marta Cartabia  et le ministre de l’innovation technologique de l’époque Vittorio Colao  et en collaboration avec les opérateurs de télécommunications. Deux pistes ont été suivies dans ce domaine et neuf entreprises ont été impliquées. Plus précisément, il s’agit de Fastweb, Linkem, Tiscali, Sky, Telecom Italia, Vodafone et Windtre.  Les entreprises mèneront des activités de régénération des équipements terminaux de réseau par le biais de laboratoires dédiés à l’intérieur des prisons. Jusqu’à 200 personnes devraient être impliquées dans les instituts de Lecce, Rome Rebibbia, Turin et Uta (Cagliari). Il y a aussi de l’activité à l’extérieur, à laquelle se sont joints les personnes suivantes Open Fiber, Sielte et Sirti  pour la mise en œuvre des réseaux d’accès. Cette initiative prévoit que les détenus puissent également travailler à l’extérieur de la prison, pour effectuer la pose et l’épissage de réseaux de fibres optiques. À cet égard, un total de 2 326 détenus ont été identifiés comme ayant le potentiel personnel et juridique nécessaire pour travailler également à l’extérieur. La première phase du projet aura un caractère expérimental sur trois instituts qui pourront former une centaine de détenus en six semaines. C’est précisément dans ce contexte que le groupe Sirti et Open Fiber ont récemment défini le programme Prison Work dans l’établissement pénitentiaire de Rebibbia, qui a vu le 14 décembre l’embauche officielle de sept détenus. Il s’agit de personnes qui, après avoir suivi le cours de formation, « rejoindront les équipes de Sirti et du consortium Open Fiber Network Solutions (Ofns) en tant qu’employés pour les activités d’épissurage de fibres optiques pour les infrastructures de réseau en Italie ». Une participation qui, comme Ivan Rebernik directeur du personnel, de l’organisation et des services à Open Fiber « offre aux détenus une nouvelle opportunité en renforçant la fonction rééducative de la punition ». Est également en route le protocole du 19 octobre, signé par le commissaire extraordinaire pour le tremblement de terre, la Conférence épiscopale italienne, l’Ance et l’Anci, en vertu duquel les détenus de dix provinces des régions des Abruzzes, du Latium, du Molise, des Marches et de l’Ombrie pourront avoir la possibilité de travailler sur les chantiers de plus de 5 000 ouvrages publics de reconstruction et ceux de 2 500 églises endommagées par le séisme de 2016. Une opportunité, comme l’a souligné le vice-président de l’Ance Piero Petrucco également pour les entreprises « afin de former une nouvelle main-d’œuvre dans des travaux importants pour la renaissance d’une zone blessée par le tremblement de terre ». Les représentants du secteur bénévole qui s’occupent des détenus et des établissements pénitentiaires voient d’un bon œil l’introduction du travail en prison. « Il s’agit sans aucun doute d’activités de grande valeur et très importantes », commente Andrea Scandurra responsable de l’Observatoire des prisons de l’association Antigone – avec un vrai travail qui va au-delà de ce qui peut être fait à l’intérieur, qui est très souvent effectué à tour de rôle et qui est une sorte de bien-être interne ». Encourager l’activité entrepreneuriale en prison, tels sont les avantages de la loi Smuraglia. Au total, 349 entreprises pour un montant total de 9 399 892,94 euros ont été admises aux prestations pour 2022. L’un des avantages pour les entreprises qui décident d’agir concerne les coûts, ajoute M. Scandurra, qui, dans la plupart des cas, ne sont pas supportés par les entreprises. Et puis l’allègement fiscal. Les entreprises qui embauchent des détenus des établissements pénitentiaires ou des personnes travaillant à l’extérieur peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt pour chaque travailleur embauché de 520 euros par mois. Un chiffre qui tombe à 300 euros par mois si les personnes embauchées sont semi-libres.

A l’Opéra de Milan, le nouveau service de réintégration  

A l’Opéra de Milan, un nouveau service pour la réinsertion des détenus a été activé. Une occasion de se racheter et de construire un chemin également pour sa sortie de prison. Il s’agit du comptoir dédié aux services de travail pour les détenus de la prison. Une réalité née de la collaboration de Galdus l’école de formation, avec Afol métropolitain  e Région de la Lombardie . Le guichet représente un nouveau modèle intégré réalisé dans le cadre du programme Gol-Guarante de l’employabilité des travailleurs. « Il a été créé pour introduire les personnes emprisonnées au sein de la structure de l’Opéra dans un parcours d’accompagnement visant le réemploi – déclare le président de Galdus. Diego Montrone  -Un service dont bénéficient déjà tous les citoyens et que, grâce au Gol, nous avons garanti aux citoyens en prison. C’est un parcours qui contribue à la reconstruction de la personne à insérer dans le monde du travail où il y a une pénurie de personnel et une forte demande de travailleurs. Et nous récupérons ainsi des compétences professionnelles utiles aux entreprises auprès de ceux qui purgent une peine. Avec ces partenaires, nous pouvons lancer un service qui peut promouvoir des actions de réemploi de manière continue ». « Ce service dans la prison de l’Opéra – ajoute Simone Cerlini,  responsable de la division du travail d’Afol Metropolitana – s’inscrit pleinement dans le rôle public d’Afolmet d’accompagner les personnes socialement défavorisées vers la réinsertion professionnelle et donc aussi les personnes faisant l’objet d’une décision de justice. La collaboration avec des opérateurs privés qui ont déjà une expérience au sein des institutions pénitentiaires dans le domaine du traitement est nécessaire pour garantir l’efficacité du service ».

Pasticceria Giotto à Due Palazzi à Padoue 

Il convient de mentionner le Pasticceria Giotto . Depuis 2005, l’atelier est hébergé dans la prison de Due Palazzi à Padoue. À ce jour, plus de 200 détenus ont été orientés vers un parcours de formation et de professionnalisation dans l’art de la confiserie et au-delà. L’atelier est flanqué du service de conditionnement et de logistique, où les gâteaux sont habillés et préparés pour l’expédition. Ce qui rend tout cela possible, c’est le travail de professionnels qui ont choisi d’exercer leurs activités derrière les barreaux. Le site Consortium Giotto est un consortium de coopératives sociales qui s’occupe principalement de l’emploi de personnes défavorisées et emploie des centaines de personnes, dont des prisonniers, des handicapés et des personnes dites « normales ». La confiserie, la fabrication de glaces et de chocolat ne sont que quelques-unes des activités par lesquelles le consortium fait travailler les détenus : présent dans la prison de Due Palazzi depuis 1991 avec quelques cours de jardinage, le consortium réalise des activités de centre d’appels, de bagagerie et de numérisation de documents pour le compte d’entreprises extérieures.

Cours pour la recherche active d’un emploi à Rome Rebibbia 

Unindustria , à travers sa section Conseil, Activités professionnelles et Formation, réalise depuis 2018 des projets de formation à Rome Rebibbia dédiés à la reconversion professionnelle des détenus en fin de peine en vue de leur future employabilité. « Le projet de formation pour soutenir la réinsertion des détenus – précise Roberto Santori président de la section conseil d’Unindustria – représente un exemple concret et exemplaire d’engagement et de responsabilité sociale, reconnu et apprécié par les institutions et la société. La loi italienne prévoit des primes de contribution et d’impôt pour les entreprises publiques ou privées et les coopératives sociales qui organisent des activités de service ou de production au sein des établissements pénitentiaires employant des travailleurs détenus. Des contributions sont également prévues pour les entreprises qui emploient, avec des contrats de travail d’une durée minimale de 30 jours, des détenus admis à travailler à l’extérieur, en semi-liberté et d’anciens détenus ». Les détenus qui ont participé à la formation – 50 heures de cours – soutiennent une réunion finale avec les entreprises qui ont rejoint l’initiative. Sept personnes du premier cours ont pu passer des entretiens d’embauche avec des entrepreneurs et des responsables du recrutement de l’Union européenne. Bridgestone, Orienta,  Bat (British American Tobacco),  Abbvie et Fassi  de se faire connaître et de permettre aux entreprises d’évaluer leurs compétences. L’objectif est la réintégration dans le monde du travail. En cas de réponse positive, des canaux seraient activés pour permettre aux prisonniers de faire leurs premiers pas dans un monde avec lequel ils ont perdu le contact (ou qu’ils n’ont jamais connu). « Tout a commencé il y a quelques années, lorsque j’ai été invité à intervenir en prison lors d’une journée de formation », raconte M. Santori, « J’ai été très frappé de voir les détenus si désemparés et j’ai compris l’importance d’agir. De là, la recherche de fonds qui ont permis de lancer le cours pilote. Au cours de la formation, les détenus ont appris à établir des relations sur le lieu de travail et à rédiger un curriculum vitae pour améliorer leurs compétences. La mission est de créer un pont entre le pénitencier et l’industrie, de réduire le risque de récidive de la part des détenus et de permettre aux entreprises de considérer ces personnes de manière plus rationnelle, en profitant également des avantages fiscaux prévus. « Celui de Rebibbia est un exemple vertueux », conclut M. Santori, « et notre rêve est de le porter également au niveau national. Se plaindre ne sert à rien, le monde du travail n’est facile pour personne. Tout le monde a des points forts : c’est sur ces points que nous devons travailler ». En bref, une initiative à saluer. Ce qui ennoblit vraiment et devient une opportunité de rédemption. À tel point que même les détenus ont remercié dans une lettre la possibilité qui leur avait été offerte de suivre une formation et des entretiens en vue d’une insertion professionnelle : « Nous avons le sentiment, comme jamais auparavant, d’être au centre d’une attention sans précédent. Les membres du groupe expriment leur profonde gratitude pour l’offre et le traitement reçu, et espèrent pouvoir démontrer par leur travail qu’ils apprécient à sa juste valeur l’opportunité qui leur est offerte ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *