sam. Juil 20th, 2024

Après plus d’un quart de siècle de fermeture, les église de Santa Clarainconnue de nombreux Sévillans et âgée de moins de 30 ans, a ouvert ses portes ce vendredi. Bien que les jours précédents, le résultat de sa restauration ait été porté à la connaissance des journalistes, c’est au cours de la conférence de presse de la Commission européenne que le résultat de la restauration a été rendu public. messe de bénédictionprésidé par l’archevêque Monseigneur José Ángel Saizquand la ville l’avait complètement récupéré pour le culte catholique. C’est le point culminant de ce que le prélat de Séville a appelé la « une histoire d’illusion« .

C’est un joyau du patrimoine local qui est passé inaperçu aux yeux des habitants et des visiteurs pendant des décennies. Sa fermeture, il y a plus de 25 ans, l’a fait tomber dans l’oubli. Le temple appartenait à l’ancien couvent du Sœurs Poor Clare et ses origines remontent à la fin du siècle dernier. 15ème siècle. Selon des sources municipales, il a été construit en coupant une partie du front nord de l’ancien bâtiment de l’OTAN. Palais de Don Fadriquedont des vestiges ont été découverts lors des travaux de restauration. Ces travaux se poursuivent depuis deux ans.



La façade du XVIIe siècle a été conçue par Juan de Oviedo et Miguel de Zumárragaqui a été exécuté par le tailleur de pierre Diego de Quesada. Tous ont été les auteurs des stucs réalisés quelques années plus tard. Mais ce qui est sans doute le plus frappant, ce sont les cinq retables contenant des sculptures de Juan Martínez MontañésC’est une raison plus que suffisante pour que la ville récupère ce joyau pour son usage culturel et cultuel.

Dans l’espace Santa Clara

Une réouverture qui se fait d’ailleurs dans une enceinte qui abrite également le Tour de Don Fadriquemaintenant restauré ; le Espace Santa Claraqui accueille depuis des années des expositions et des conférences ; et un grand espace encore à réaménager, où l’université de Séville installera son musée tant attendu.

Pendant son homélie, Monseigneur Saiz a reconnu que cette journée signifie « l’aboutissement d’une histoire d’espoir, de travail et de collaboration qui dure depuis un quart de siècle ».. Une référence temporelle qui a servi à remercier tous ses prédécesseurs en fonction et les maires qui ont contribué à la réouverture de l’église de Santa Clara, offrant des services religieux. Un temple qui dépendra de la paroisse d’Ómnium Sanctórum.

« Notre monde a besoin de cette beauté ».

« En ces temps où l’être humain essaie souvent de construire sa propre vie ou sa vie sociale en tournant le dos à Dieu, comme si Dieu n’existait pas ou n’avait rien à dire, la bénédiction et la réouverture de cette église ont une grande signification », a averti l’archevêque qui, se référant à la valeur patrimoniale de l’église, a insisté sur le fait que « notre monde a besoin de cette beauté pour ne pas se perdre dans le désespoir ». « Elle a besoin de la beauté qui remplit le cœur de joie, qui résiste à la détérioration du temps, qui unit les générations et leur permet de se rencontrer dans l’admiration, la contemplation et la prière », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le maire Antonio Muñozqui a visité l’église en compagnie de l’archevêque, a souligné que « la ville récupère aujourd’hui l’un de ses grands joyaux cachés du patrimoine religieux ». Dans la restauration, réalisée par l’archidiocèse de Séville, la mairie a collaboré avec la contribution de trois millions d’euros. L’accord entre l’Église et le Consistoire a été conclu en novembre dernier avec la signature de l’acte par lequel l’administration locale devient propriétaire de l’ensemble de l’ancien couvent, à l’exception de l’église et des bâtiments annexes, qui sont des biens ecclésiastiques. Au total, 1 100 mètres carrés sur les presque 10 000 mètres carrés du complexe.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *