mer. Juin 12th, 2024

Il y a plusieurs siècles, la participation des confréries à la Semaine Sainte et à la procession pénitentielle vers la cathédrale était approuvée presque annuellement, c’est-à-dire, l’autorité délivrait les autorisations pour les processions et établissait la liste des jours selon la tradition et l’ancienneté.. Sans tenir compte, bien sûr, des possibilités de chaque confrérie et de la stabilité dont elles jouissaient à l’époque. Tous ne pouvaient pas se permettre de descendre dans la rue chaque année.

Dans l’appendice XII du règlement de la Hermandad de la Macarena, ou dans l’appendice V du règlement de la Hermandad del Gran Poder, on peut lire ce qui suit établit expressément une Concorde d’ordre de passage entre les deux confréries, une bourse qui remonte officiellement au début du XXe siècle, plus précisément à 1902. L’origine de ce célèbre Concord n’avait d’autre but que celui de de mettre un terme aux désaccords partagés sur les préférences d’accès à la Carrera Oficial.une question qui remonte à des décennies, presque à la fin du 18ème siècle.



Plus d’une fois sur les Madrugadas, il y a eu des altercations et des affrontements pour contester l’ordre de passage, sans qu’il y ait un organisme régulateur pour établir une solution raisonnable et équidistante. Jusqu’à ce que le cardinal Marcelo Spínola décrète (alias. baculazo) que le Gran Poder a pris la deuxième place du jour, devant la Macarena, à la condition expresse […] à envoyer chaque Vendredi saint à venir de douze heures à une heure du matin à l’église dans laquelle la première a été légalement établie une représentation de la même et présenter la représentation de la Hermandad de la Esperanza, demander la permission opportune de cette dernière. de faire une station en amont de celle-ci, autorisation qui doit être accordée à celle de Ntro. Padre Jesús del Gran Poder….

Suivez: […] et étant entendu que si, au cours d’une année, il s’absente sans motif valable, la séance de droit consignée dans le présent concordat sera sans effet et les deux confréries seront libres d’exercer les actions auxquelles elles se croient respectivement assistées dans la forme et le lieu correspondants. Un échange qui, à ce jour, est maintenu et célébré comme un acte d’unité et de fraternité entre les deux guildes.

Suite à la lettre émise par Ignacio Soro à ses frères, évaluant la situation actuelle du jour et la configuration de la Madrugada pour 2023, dans de nombreux cercles et débats de cofratries, la possibilité de défaire, pour des raisons pratiques et logistiques, cette permutation a été évoquée.car, selon eux, cela résoudrait bon nombre des problèmes dont souffre la Madrugada le Vendredi saint. Ce problème n’est pas nouveau, loin de là. Depuis près de dix ans, la journée est au centre de l’analyse et cette possibilité a été la solution.

Le site en faveur de la dissolution de cet échange En termes fonctionnels, ils affirment que, de cette manière (et sans tenir compte des changements établis pour 2023), El Silencio n’aurait pas à allonger son parcours de retour autour de La Concordia (un paradoxe attachant) pour atteindre San Antonio Abad et El Gran Poder, en retardant sa position, ne trouverait aucune trace de La Esperanza de Triana le long de la Calle Zaragoza. De cette façon, en outre, la confrérie de Triana n’aurait pas besoin de se comprimer plus que de raison pour libérer la voie à la confrérie de San Lorenzo. Ainsi, les croix seraient dissoutes et chaque procession pourrait passer avec une certaine tranquillité et sans les contraintes de l’horloge.

Cependant, d’autres confrères s’accordent à dire que cette option présente plusieurs points négatifs. Tout d’abord, l’horaire. La Macarena devrait sortir au milieu du Jeudi Saint, un problème que ne partageaient pas les confréries de ce jour, il y a presque huit ans. Ce n’était pas non plus une possibilité favorable aux yeux du Palacio, bien que personne ne trouve plus étrange d’assister à l’entrée de la Virgen del Valle et, au loin, en levant les yeux vers une autre dimension, de contempler la Cruz de Guía del Silencio sur le palquillo de la Campana. L’allongement de la journée au début impliquerait des changements dans l’horaire des services afin de réajuster l’horaire pour le jeudi saint également.

Au Gran Poder, ils ont montré à plusieurs reprises leur désaccord avec le report de leur calendrier, une mesure nécessaire si leur position sur la feuille de paie est repoussée. En outre, ils comprennent qu’ils ont fait de nombreux sacrifices au fil des décennies et que, si la Concordia devait être éliminée et selon l’avis de certains des frères, il serait juste de revenir à l’itinéraire naturel, ce qui est presque impossible puisque Los Gitanos se trouvent au milieu de la rue Orfila. Même si le Gran Poder occupait la troisième place, la confrérie de El Silencio, sur le chemin du retour par Aponte, pourrait voir son parcours limité dans cette zone, après que le Gran Poder soit passé en quelques minutes par la rue qui porte son nom pour se rendre à la Carrera Oficial.

Ce qui semble être très clair, c’est que La Semaine sainte doit évoluer et s’adapter, et si elle le fait de manière indépendante, tant mieux pour tout le monde : l’espace est presque identique, mais les processions ne le sont pas, et la société non plus.. Les mesures d’aujourd’hui pour la Semaine Sainte d’aujourd’hui, indépendamment de la question de Concordia. Premièrement, respectez les horaires. C’est essentiel. Ensuite, comprendre et valoriser les contextes passés mais comprendre et ajuster les contextes présents, qui sont ceux dans lesquels nous vivons et que nous devons affronter. Toujours un serviteur fera toujours confiance à l’autonomie des confréries et à leur capacité d’autogestion.. Il est temps de le prouver une fois pour toutes. C’est pourquoi la Semaine sainte de Séville a survécu et perduré pendant des siècles.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *