mar. Mai 28th, 2024

L’église Santa María la Blanca de Séville a organisé son premier concours d’art sacré et disposera d’un jury de haut niveau, la présidence d’honneur du jury étant attribuée à Arturo BernalMinistre du tourisme, de la culture et des sports de la Junta de Andalucía. Le jury est composé d’une équipe variée de professeurs des beaux-arts, d’historiens de l’art, d’artistes et d’artisans, de galeristes et de critiques d’art. Dans la diversité des profils, il y a cependant une note commune : tous, d’une manière ou d’une autre, sont liés à Santa María la Blanca, comme l’ont indiqué à ce journal des sources du Temple des Trois Religions.

Les membres du jury sont : Andrés Luque Teruelhistorien de l’art à l’Université de Séville ; Fernando García Garcíaprofesseur des Beaux-Arts de Séville et ; auteur des deux copies manuscrites des toiles de Murillo.   qui habillent les nefs latérales de Santa María la Blanca ; José María Rincón Calderónarchitecte et auteur de la rénovation de la salle capitulaire de Santa María la Blanca ; Alejandro Marmolejoconservateur de l’atelier d’orfèvrerie de Santa María la Blanca depuis 2010 ; Carmen Aranguren, qui pendant des années a eu sa galerie à Puerta la Carne même ; Manuel Calianiauteur de la ; cristaux polychromes de la salle capitulaire de Santa María la Blanca  ; Miki Lealauteur du nouveau portrait de Justino de Neve pour Santa María la Blanca ; Daniel Francaauteur de l’allégorie eucharistique pour le Monument du Jeudi Saint, et Antonio Rodríguez BabíoDélégué au patrimoine de l’archidiocèse de Séville.



   Le premier concours d’art sacré est une initiative culturelle visant à « stimuler et reconnaître la création artistique dont la source d’inspiration est le riche patrimoine thématique de la foi chrétienne ». Avec ce projet, l’église emblématique de Santa María la Blanca, où ont participé les meilleurs artistes du XVIIe siècle et qui était à l’avant-garde esthétique de son temps, veut servir de point de rencontre entre l’art et la foi, la tradition et les nouvelles lectures. « C’est un événement qui naît avec une vocation de service au vaste monde des créateurs artistiques, en pensant surtout à la difficulté qu’ont de nombreux artistes et artisans à exposer leurs œuvres et à se faire connaître ».

Le concours, qui a une vocation internationale, s’adresse au domaine des Beaux-Arts, mais aussi aux Arts dits décoratifs. Le vaste monde des artisans est ainsi reconnu non seulement comme une profession, mais aussi comme de véritables créateurs et artistes. ; Santa María la Blanca est un merveilleux exemple de la pertinence esthétique   d’une multitude de métiers artisanaux tels que la plâtrerie, la céramique, la ferronnerie d’art, l’ébénisterie, la broderie, l’orfèvrerie… en symbiose avec les beaux-arts, la peinture et la sculpture.

L’invocation de la Vierge des Neiges

Le thème choisi pour ce premier concours est l’origine de l’invocation mariale de Notre-Dame des Neiges, qui repose sur la prodigieuse chute de neige du 5 août 358 sur le mont Esquilin à Rome, annoncée en rêve au patricien Jean et à son épouse. Cette pieuse croyance était déjà abordée par Bartolomé Esteban Murillo dans les deux grandes toiles qu’il a conçues pour la nef centrale de Santa María la Blanca : Le rêve du patricien Jean y La visite au pape Libère.

Grâce à la collaboration de la Fondation Valentín de Madariaga et de mécènes privés, le concours débute par un prix de 1 200 euros pour l’œuvre gagnante, ainsi que la possibilité pour l’auteur d’exposer son œuvre dans la salle capitulaire de Santa María la Blanca, récemment rénovée. Parmi les autres œuvres non primées, les organisateurs en sélectionneront quelques-unes qui seront exposées, donnant ainsi à leurs auteurs la possibilité de vendre leur travail.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *