lun. Juil 22nd, 2024

Plus de trois accidents mortels liés au travail par jour en 2022. Plus de dix décès depuis le début de l’année. Des chiffres qui devraient constituer un signal d’alarme inquiétant pour accélérer les procédures en vue d’un décollage définitif de l’accord entre le gouvernement, les Régions et les Provinces autonomes de Trente et Bolzano sur les actions visant à protéger la santé et la sécurité des travailleurs. Dans ce document, qui vise à renforcer la coordination entre les institutions appelées à surveiller et à prévenir, les types d’interventions de contrôle dans les activités professionnelles sont précisés. Alors que le ministre du travail Marina Calderone  a lancé le
table sur la sécurité afin de définir une stratégie générale et d’apporter des réponses dans le but de mettre fin à cette série d’effusions de sang. Aux syndicats et aux entreprises, il a indiqué la voie d’un « pacte » et la nécessité de s’affronter sans partir de positions préconçues. Il a appelé à la création d’une « task force » gouvernementale, car « il n’est pas acceptable » qu’une seule personne perde la vie au travail. La table a réuni l’ensemble des organisations syndicales et patronales, soit une quarantaine de personnes, ainsi que les autres ministres directement concernés par la question : celui de l’Éducation et celui du Mérite. Giuseppe Valditara de la Pa Paolo Zangrillo Santé Orazio Schillaci . Sur des questions comme celle-ci, nous devons agir immédiatement avec une planification commune, en réfléchissant aux risques spécifiques à chaque secteur et en mettant en œuvre la stratégie nationale de prévention et de protection », a expliqué M. Calderone. La task force gouvernementale – pour les compétences spécifiques – travaillera sur un pacte social sur la sécurité au travail, à réaliser en s’appuyant sur les bonnes pratiques déjà expérimentées pendant la période de pandémie. De nombreuses questions seront abordées, à commencer par la nécessité d’intervenir sur une plus grande diffusion de la culture de la sécurité en commençant par l’enseignement scolaire pour préparer les futurs travailleurs. Une place a également été accordée à la possibilité de simplifier les procédures, mais sans réduire l’efficacité des contrôles. La révision du système réglementaire, pour le rendre plus actuel et connecté au tissu productif d’aujourd’hui, n’envisage pas la dépénalisation des infractions. Au contraire, le renforcement des activités d’inspection et une formation plus substantielle qui peuvent mieux protéger la vie de ceux qui travaillent ». En plus de tout cela, a-t-il souligné. Susanna Cantoniprésident du Conseil interassociatif italien de prévention (Ciip-Consulta interassociativa italiana della prevenzione) – espère également que le ministère de la santé entamera le processus de formation qui tiendra compte, entre autres, des protocoles et des lignes directrices nationaux et régionaux. Parallèlement à la formation, il y aura une activité de suivi, qui sera certainement utile pour tout changement ou ajout sur les différents aspects. Les mesures adoptées jusqu’à présent au niveau institutionnel n’ont fait que reconstituer le personnel de l’Inail. Les services de prévention des Asl (autorités sanitaires locales), qui mènent des activités de prévention et de surveillance depuis des décennies, sont de plus en plus sollicités (en 2008, 5 060 opérateurs, en 2019, 2 248 opérateurs) et sont désormais à bout de souffle. Il est nécessaire d’améliorer la qualification des entreprises et la formation des employeurs, ce qui est enfin prévu, mais reste à mettre en œuvre ». Sur ce sujet, et plus généralement sur la formation de tous les acteurs de l’entreprise impliqués dans la prévention, le Ciip a depuis longtemps formulé et rendu publiques un certain nombre de propositions. Il est nécessaire d’investir et d’intervenir dans les ressources et la culture ; des incitations utiles pour les entreprises, facilement accessibles, en contrôlant leur utilisation (mise au rebut des équipements obsolètes, mécanisation des opérations à risque, formation), mais aussi des mesures plus générales qui peuvent influer sur les modèles d’organisation des entreprises : par exemple, les mesures de soutien aux entreprises, ainsi que les mesures d’incitation aux rénovations visant à économiser l’énergie, devraient inclure des indications et des investissements dans la sécurité du travail et décourager la création d’entreprises sans qualification professionnelle. Ceci est particulièrement important en cette période d’augmentation des investissements et des ressources dans la mise en œuvre du PNR. Le système de passation de marchés et de sous-traitance doit également inclure des mesures qui récompensent la sécurité et la régularité des relations de travail, tant dans les contrats publics que privés. L’année dernière déjà, à l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, Jobtech  avait demandé à un échantillon d’Italiens en recherche active quel était leur état psychologique par rapport à la sécurité de l’emploi, après deux ans de pandémie. Ce qui est certain, c’est que accidents et décès au travail  constituent une menace réelle, notamment pour les demandeurs d’emploi dans les secteurs à haut risque : construction, transport, logistique et agriculture . Lorsque l’on interroge l’échantillon sur les réponses qu’il apporte pour résoudre ce problème, la solution la plus courante est le contrôle par l’État, clairement perçu comme insuffisant : pour 51% de l’échantillon, un contrôle externe plus important est nécessaire . Il est suivi par améliorer les systèmes de protection des travailleurs (35,2%)  et un une meilleure perception par les travailleurs et les employeurs eux-mêmes des risques encourus (31,8%).  D’autres propositions récurrentes concernent la formation du personnel (30,7%) et des amendes plus lourdes pour les entreprises qui n’assurent pas une sécurité suffisante. Pendant ce temps, l’Inail  a publié l’avis Isi selon lequel permet aux entreprises d’obtenir un subvention non remboursable de 65% jusqu’à un maximum de 130.000 euros pour les nouveaux investissements des entreprises visant à améliorer la santé et la sécurité sur le lieu de travail. L’Inail a mis à disposition des ressources pour un montant total de 250 millions d’euros, en allouant une ligne spéciale pour les interventions de désamiantage. Una autre nouveauté est l’inclusion d’une ligne spécifique destinée l’amélioration de la santé et de la sécurité dans les secteurs de la pêche et de la fabrication de meubles.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *