mer. Mai 29th, 2024

Il y a quelques heures à peine, nous avons appris une nouvelle qui représente le pire stade qu’une confrérie puisse atteindre : ne pas pouvoir effectuer sa station pénitentielle pour des raisons sans rapport avec d’autres facteurs spécifiques tels que les conditions météorologiques. C’est le cas de la Hermandad del Cautivo, d’Écija, qui ce dimanche des Rameaux ne descendra pas dans les rues de la ville en raison de l’impossibilité de faire face aux dépenses liées à la procession.une situation découlant de dettes progressivement contractées et dans le but de ne pas les augmenter davantage.

En décembre dernier, le précédent conseil d’administration a démissionné en bloc en raison de l’impossibilité d’exercer ses fonctions. L’archevêché a donc institué, par décret, un commissaire (ou conseil de gestion) chargé de ramener cette confrérie à la normalité. Pendant la période où la confrérie est sous administration, aucune réunion ne pouvait être tenue sans l’autorisation ecclésiastique correspondante. La confrérie a informé les frères de cette décision dans une lettre qui leur a été adressée. Une circonstance extrêmement douloureuse.



Ce type de situation, qui n’est malheureusement pas nouvelle et inhabituelle dans l’histoire des confréries, découle généralement d’un épisode marqué d’instabilité économique, dans lequel, pour donner un exemple, une société se lance dans des projets somptueux qui, à long terme, s’avèrent irréalisables au vu de la réalité de ses comptes. Des comptes qui, après tout, sont principalement consacrés au maintien de l’exercice du culte, de la charité et de l’entretien du patrimoine.. Oui, la liste des frères n’est pas vraiment longue et les frais sont maigres, donc atteindre un équilibre est complexe. Et il faut insister sur un point : malgré tout, dans la grande majorité des cas, les confréries d’autres localités moins peuplées survivent et restent stables au quotidien.

La pandémie

À tous ces ingrédients, il faut ajouter une situation inattendue et féroce : la pandémie de coronavirus, qui a complètement paralysé l’activité des confréries et les a obligées à renforcer les ressources disponibles à consacrer à la charité et aux soins des frères et des sœurs. Les deux années sans processions de la Semaine Sainte ont également signifié une absence de revenus dans les caisses des confréries, qui n’ont pas reçu la contribution pour l’exploitation des chaises. Qui plus est : contrairement au cas d’Écija, certaines confréries de gloire n’ont pu réaliser leurs processions respectives en 2021 en raison des difficultés économiques qu’elles traversaient, ce qui les empêchait de réaliser normalement leurs processions, au-delà de l’impossibilité de  » garantir la santé des membres de la procession « .

Bien que les confréries de gloire, pour la plupart, parviennent à tenir leurs processions et à se maintenir malgré le fait qu’elles ne reçoivent pas de revenus particulièrement généreux (et voyons dans les années à venir), le moment présent des confraternités (augmentation de la participation) nous invite à réfléchir à que des situations comme celle d’Écija sont loin d’être le cas. Si l’on regarde l’histoire, des confréries qui jouissent aujourd’hui d’une santé enviable ont autrefois été contraintes de rester sans processions pendant plusieurs décennies pour diverses raisons, notamment la situation économique. Du matériel emprunté, un nombre dérisoire de frères et sœurs par rapport à aujourd’hui ? Et une capacité de gestion des ressources qui confine aujourd’hui au professionnalisme. Le moment stellaire que traversent les confréries pénitentiaires assure un avenir stable (dans les réunions du Conseil des comptes, tout est budgétisé en détail et pour toute l’année, afin d’éviter les chiffres non désirés). Outre les dons (y compris ceux inclus dans les balloetas de sitio, par exemple), les activités de bienfaisance pour la charité, le soutien civil…

Nous savons que lLa pandémie a durement touché les confréries. et que de nombreux projets ont été tronqués ou ont besoin d’être soutenus (frais extraordinaires), mais ces épisodes malheureux pourraient servir de point d’inflexion pour apprécier l’importance de la stabilité économique et des extraordinaires outils de gestion et connaissances dont nous disposons. Nous espérons et souhaitons que la normalité revienne bientôt à la bien-aimée Hermandad del Cautivo.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *