jeu. Juin 20th, 2024

Je l’ai lu dans le magazine Nazarenos à Álvaro Dávila-Armero. « Plus de poissons et moins de communication ! Je me suis souvenu de ce plaidoyer d’Asenjo lorsque nous avons passé des mois avec les controverses des horaires du mardi saint en 2019. « Laissez-nous en paix ! Ces derniers temps, nous avons assisté à une réorganisation qui a généré des tensions et laissé des relations institutionnelles et personnelles en lambeaux. C’est le coût de la logistique. Il faut négocier, personne ne veut passer pour un perdant devant le conseil des officiers, sans parler du général, et au final, il n’y a jamais de situation gagnant-gagnant. Certains jours sont devenus froids. La preuve en est que la coexistence des confréries de la Madrugada a été suspendue. Ça aurait dû être lundi dernier, mais le four n’était pas prêt pour les torrijas. Surprenant, n’est-ce pas ? Non, il n’y a pas eu de déclaration de colère ou de réaction agressive. Ignacio Soro n’est pas un homme de ces choses, il n’est pas un homme qui a de mauvaises réactions.. Bien au contraire, car son exquisité est notoire.. Il a dû simplement considérer qu’il valait mieux attendre des temps plus prospères. Le retour de sa confrérie via l’Arenal est déjà le énième sacrifice demandé à sa confrérie. Que la solution serve, au moins, à éviter les arrêts, qui sont ce qui brûle les nazaréens.

Le Gran Poder s’est senti seul. C’est entendu. Il est à espérer que l’atmosphère de collaboration entre les six confréries sera renouvelée lors de la réunion qui se tiendra au casinillo pendant la semaine de la Passion. Beaucoup de choses sont en jeu dans un Madrugada qui continue de blessé depuis 2000, ne l’oublions pas.




Et oui, il faut plus de pescao. Tellement tweetles deux WhatsApptellement webtant de communiqués, tant d’informations froides, sinon glaciales… A la fin, nous oublions l’essentiel. Le contact personnel, la rencontre saine, le séjour dans une maison de fraternité chaleureuse. Nous ne pouvons pas tomber dans l’erreur de transformer un jour qui est fondamental pour l’image de toute la Semaine Sainte en une sorte de « jour de la Semaine Sainte ». muet.

Pas de bonnes nouvelles ; que la cohabitation est suspendue  . Elle doit rester une exception. Le poisson ne peut et ne doit jamais avoir froid. Nous avons déjà vécu quelques épisodes de sourde tension, comme lorsque le cardinal a suspendu les visites matinales aux églises après ce carême où les déclarations d’impôts ont été révélées….. Mais tout s’est arrangé. Certains d’entre nous se souviennent de la confrérie qui s’est présentée avec une notaire sur le palquillo du mercredi saint, ou celui qui est sorti le mardi avec un autre notaire, prévenu au cas où il rencontrerait des difficultés de passage en raison de la non-conformité éventuelle d’une autre confrérie. Tout est rentré dans l’ordre. Rien de nouveau donc, mais il est souhaitable qu’il n’y ait pas plus de glace que celle du tinto con casera. Qu’il s’agisse d’une suspension prudente, mais pas d’un refroidissement durable dans le temps. Nous perdrions tous. Nous sommes devenus aussi froids que le dernier poisson laissé sur le plateau.

L’universitaire Juan José Asenjo

Notre site ; Raztinger dans le style de Séville   a été reçu avec les honneurs à l’Académie royale des beaux-arts de Séville, son lieu naturel, étant donné les connaissances que Don Juan José Ansenjo possède dans ce domaine. Dès son premier jour à Séville, il a voulu apprécier le vaste patrimoine historico-artistique de l’Église, pour enseigner qu’à travers l’Art et sa beauté, on peut atteindre Dieu et valoriser toute l’offre. La pandémie a mis un frein à certains de ses projets à cet égard, mais il a fait beaucoup. Le poste d’académicien lui va comme un anneau (pastoral) autour du doigt. Il était soutenu par Don José Ángel. Et Fr. Isacio Siguero J’ai eu l’honneur de lire le discours de l’archevêque émérite.

Bars

Certains commencent à protester contre les mesures que le conseil municipal ne manquera pas de prendre à nouveau à l’égard des bars et des magasins pendant la semaine sainte. Il est important de ne pas être confus lorsqu’on dit que les Sévillans et les visiteurs ne pourront pas boire une bouteille d’alcool au passage d’une confrérie. D’abord, parce qu’il ne faut pas boire d’alcool sur la voie publique lorsqu’on regarde une confrérie. C’est simplement une question de respect et de bonnes manières. Et deuxièmement, l’essentiel est qu’il sera interdit de distribuer de l’alcool pendant la procession, tout comme les bars (s’il y en a) devront être retirés une heure avant l’arrivée de la procession. Et à la Madrugada, les heures de fermeture seront les mêmes que d’habitude. Ce que l’on appelle Prohibition reviendront en vigueur. Mais il faut en connaître précisément les termes. Il n’y a rien de mieux à Pâques que de s’arrêter pour boire une bière dans un bar. Et cela peut encore se faire dans la grande majorité des cas.

Urinoirs

D’autres urinoirs sont prévus. C’était l’une des demandes formulées à la fin de Pâques dernier. Savez-vous pourquoi elles sont importantes ? Parce que de moins en moins de bars ouvrent ces jours-là. La raison ? Il y a de moins en moins d’aubergistes qui sont prêts à supporter un certain nombre de personnes. Il existe des noms célèbres de propriétaires de tavernes qui ont décidé il y a longtemps de ne pas ouvrir le soir. Et ce n’est pas à cause des règlements du Conseil municipal. A propos, il y a ceux qui sont très clairs que les rues habituelles sentiront l’urine toute la Madrugada parce que le personnel ne cherche pas les urinoirs. Mais il faut les mettre en place. Aucun doute là-dessus.

Enfants

La liste d’attente pour les places d’enfants à la Madrugada est réduite. La sécurité et la surprotection de nombreux parents d’aujourd’hui sont citées comme causes. Question intéressante.

L’attrapeur de chiens

Premier coup. Chariot ? Nous avons lu avec surprise le tweet du compte officiel de l’organisation andalouse dédiée à la conservation du patrimoine avec le texte suivant :  » Ce matin, la Hermandad del Rocío de Huelva a visité l’IAPH pour voir l’avancement des travaux de conservation et de restauration du char et du simpecado qui sont en cours dans les ateliers de textile et d’orfèvrerie de l’Institut « . Deuxième coup. L’argent, l’argent. La subvention pour les Glorias est réduite de 300 euros cette année. Troisième coup. C’est logique. La collecte de 2022 n’a pas été celle attendue. Et des ciriales à l’étage. La sécurité à Sierpes, avec un millier de chaises en moins en 2023, aura un coût.

Le lézard de la cathédraleNotez que si certains sortent (et beaucoup) en bénissant les animaux le jour de la San Antón, un autre sort (et beaucoup) en attribuant un tableau à nul autre que Velázquez. Ne perdez pas de vue le curé de la Magdalena, très instruit, très sélectif et avec des critères… Écoute-moi, je ne te tromperai jamais ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *