jeu. Juil 18th, 2024

Le boom de la demande de personnel qualifié pour le secteur de la construction se poursuit en 2023, année où les travaux publics devraient augmenter de 25 % avec le démarrage des chantiers financés par le PNR. Maçons, manœuvres, charpentiers, caponniers, plombiers, poseurs de sols, assistants de chantier, tous qualifiés et compétents.  font partie des emplois les plus recherchés dans le secteur, mais sont en même temps de plus en plus difficiles à trouver sur le marché du travail. Orienta  actuellement estimé une recherche de plus de 150 de ces emplois.  Le secteur est confronté à un court-circuit inquiétant D’une part, les figures spécialisées sont toutes placées et ont souvent une cinquantaine d’années, d’autre part, pour beaucoup de jeunes, ce type de travail n’est pas attractif et pour ceux qui sont disponibles, il y a un manque de qualification et de spécialisation. Il y a cependant une volonté confirmée envers ces emplois de la part des citoyens immigrés, qui compensent en partie ce manque, mais qui manquent en même temps de formation et de qualification adéquates. La crise de la construction au cours des années précédentes  (qui a entraîné la perte de nombreuses compétences professionnelles) et la reprise de ces deux dernières années, grâce notamment à des mesures telles que le Super Bonus 110, sont à l’origine de la pénurie de personnel qualifié. En effet, au cours des dix dernières années, le secteur a subi une grave crise de la construction civile, résidentielle et de logements, ainsi que le blocage des appels d’offres publics, qui ont généré un appauvrissement de la réserve d’entreprises et, par conséquent, du professionnalisme spécialisé disponible, qui a migré ces dernières années vers d’autres domaines de production. Au cours des deux dernières années, en revanche, la reprise consécutive aux fortes mesures de soutien prises par les pouvoirs publics a engendré une demande impressionnante et soudaine de profils sectoriels, mais avec une faible disponibilité sur le marché. Outre les chiffres déjà cités, on constate une pénurie croissante de grutiers, d’échafaudeurs, de mineurs, de pompiers et de géomètres, autant de profils nécessaires, par exemple, pour des emplois tels que ceux du train à grande vitesse Naples-Bari. Rappelons que le secteur de la construction connaîtra une croissance de +21,1% en 2021 et de +12% en 2022 (données de l’Observatoire de l’Ance). « Le secteur de la construction a un besoin stratégique de main-d’œuvre qualifiée que le marché du travail n’est actuellement pas en mesure de satisfaire. Il est nécessaire d’initier un imposant plan de formation et de reconversion du secteur qui prenne en compte une multiplicité de métiers et de tâches en fort déclin, avec un risque évident de stagnation. Mais, il est encore plus nécessaire de lancer une campagne de promotion de ces métiers auprès des jeunes, sinon nous risquons sérieusement de ne pas amorcer ce changement de génération indispensable et capable de garantir un avenir aux entreprises et aux emplois du secteur de la construction »., explique Giulio D’Amario,  Responsable de secteur Orienta.

L’industrie résiste aux prix élevés et à l’énergie, signaux positifs des incitations et des travaux publics 

Malgré le fait que la hausse des prix des matières premières et de l’énergie touche environ huit entreprises sur dix, les entreprises de production, de distribution et de services du secteur de la construction (bâtiment et installations) sont généralement satisfaites de leur chiffre d’affaires. Au cours de l’année écoulée, un peu plus de la moitié d’entre elles (53 %) ont même dû renoncer à travailler en raison d’une demande trop importante, et 46 % se sont concentrées sur l’embauche de nouveaux employés afin d’augmenter leur capacité. Ces derniers mois, les mesures d’incitation ont joué un rôle important, notamment le Superbonus à 110 %, qui a permis à près de huit entreprises sur dix de réaliser en moyenne jusqu’à un quart de leur chiffre d’affaires. Les difficultés macroéconomiques se font sentir principalement sur deux plans : l’augmentation des prix des produits finis (pour 68% des entreprises) et les retards de livraison (60%). Ce sont là quelques-unes des conclusions de l’enquêteObservatoire de la Saie ,

Dans ce contexte, il y a beaucoup de bonnes nouvelles. La hausse des prix de l’énergie et des matières premières n’a eu un impact négatif sur les effectifs que pour 4% de l’échantillon. L’emploi dans le secteur de la construction se maintient donc, puisque 63% d’entre eux prévoient de nouvelles embauches au cours des derniers mois, principalement des cols bleus (tant hautement qualifiés que non qualifiés), des cols blancs et des spécialistes du numérique/de la Bim.  Il est également important de souligner que dans certains cas (21% de l’échantillon), les salaires ont également augmenté au cours de cette dernière période de quatre mois. L’indice de confiance général reste également élevé : le pourcentage de ceux qui se disent globalement satisfaits des performances actuelles de leur entreprise est passé à 82%, soit un niveau encore plus élevé que les 80% du quadrimestre précédent. Qu’est-ce qui a aidé le secteur à se redresser après des années difficiles ?  Sans surprise, les primes arrivent en tête des réponses les plus populaires, suivies de la réforme de la bureaucratie/bureaucratisation et du déblocage des chantiers. En parlant précisément de primes, beaucoup estiment que le Superbonus de 110% a eu un impact positif sur leur chiffre d’affaires, même si, selon six entreprises sur dix, les difficultés d’accès à l’escompte des factures et au risque de cession de crédit affectent le secteur. En ce qui concerne le PNR, les entreprises voient d’un bon œil les incitations et les investissements liés à l’efficacité énergétique et à la sécurisation du parc immobilier public et privé. Mais qu’est-ce qui bloque le potentiel du secteur ?  Outre la hausse des prix, l’incertitude réglementaire se distingue. Il convient de souligner que pour 41% des personnes interrogées, l’un des problèmes fondamentaux est le manque de formation technique et professionnelle, même si 84% d’entre elles considèrent actuellement que le niveau de qualification de leur personnel est conforme aux besoins de l’entreprise. Le coût de la main-d’œuvre n’est pas perçu comme particulièrement critique, ce qui est généralement considéré comme durable. Le secteur de la construction fait face à la révolution numérique en essayant d’être prêt : 81 % des entreprises investissent jusqu’à environ un tiers de leur chiffre d’affaires dans la recherche et l’innovation, en se concentrant principalement sur la sécurité informatique, la connectivité/5G, l’informatique en nuage, la robotique collaborative et l’intelligence artificielle. L’autre tendance du moment est la durabilité, dans laquelle les entreprises s’engagent principalement à travers l’utilisation d’appareils à haut rendement énergétique, l’isolation thermique ou la construction de bâtiments de classe A ou Nzeb et l’achat de machines et/ou d’installations efficaces et de nouvelle génération. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir en ce qui concerne les critères ESG, inconnus pour environ la moitié de l’échantillon (53%). Aussi le renouvellement de la convention collective nationale de travail de l’industrie du bâtiment, secteur artisanalqui sera en vigueur jusqu’au 30 septembre 2024, a généré un climat positif pour les activités de l 506 000 employés dans 126 000 entreprises, soit plus d’un tiers (36,1%) des entreprises actives.

Possibilités offertes par la responsabilité sociale et la durabilité 

Les compétences transversales dans les domaines de la responsabilité sociale (RSE) et de la durabilité (ESG) seront de plus en plus indispensables dans le monde du travail, pour le développement durable des entreprises et du pays. Également pour le secteur de la construction. Les enquêtes présentées par l’Observatoire Socialis ont montré un la multiplication des cours universitaires sur le thème de la durabilité dans un nombre croissant de départements (plus de 800 dans 70 universités italiennes)  et photographié 120 académies d’entreprise encore orientées vers une formation purement technique, mais attentives à la construction d’un scénario où les compétences transversales sur les questions ESG seront de plus en plus demandées.  Tout cela dans un autre chiffre de deux milliards et 160 millions d’euros. les investissements des entreprises dans les domaines économique, social et environnemental, marquant une augmentation de 20 % par rapport à 2020, malgré la crise de la pandémie.  L’enquête de l’Observatoire Socialis répartit les investissements en quatre  macro-zones disciplinairesqui a montré une incidence significative de la zone ingénierie-sciences-environnement (50%), suivi pardomaine économique (36%). L’incidence dans l’échantillon de facultés et de départements attribuable à l’action de la Commission est moindre.domaine sociopolitique  (10%) e sciences humaines  (4%), bien qu’une plus grande attention lui soit désormais accordée après la période de crise pandémique. Onze domaines thématiques  ont été définis par l’Observatoire Socialis afin de subdiviser et de cataloguer les offres d’enseignement. L’enquête a montré que : le 24% des enseignements cartographiés concernent l’écologie et la gestion durable des processus et de la production, les 19% à la durabilité, le 16% à l’économie et à l’environnement et l’économie verte, la8% aux politiques sociales et au bien-être, le 7% à Csr, le 7% à la construction durable, le 5% aux biologies durables, le 4% aux rapports sociaux, le 3% à l’innovation sociale, le 2% la gestion de la diversité et le1% à la finance éthique. S’il est vrai qu’en Italie le nombre de Académie  – mis en place par des entreprises traditionnellement habituées à disposer de leur propre école de formation, généralement grandes et/ou très grandes, principalement actives dans les secteurs Énergie et services, Matériaux de construction et design, Logiciels, technologie et robotique, Banques et finances, Mode, alimentation et détail.  –  il est également vrai que dans la plupart de ces centres, la formation spécifique et transversale motivée par la nécessité de fournir à tous les employés les stimuli et les compétences nécessaires pour mettre le développement des affaires et la pratique quotidienne en conformité avec les critères ESG, en impliquant également toutes les fonctions de l’entreprise, ne semble pas encore avoir lieu. Dans ce sens Ingenn ,  l’entreprise s’est concentrée sur la recherche et la sélection de profils techniques et ingénieurs a a clôturé sa première année d’activité avec un chiffre d’affaires  s’approchant de la figure de un demi-million d’euros . En 2023, il a décidé d’investir dans nouvelles recrues . Un environnement stimulant , travail par objectifs , travailler intelligemment jusqu’à trois jours par semaine  et un un plan avant-gardiste de protection sociale des entreprises  ne sont que quelques-uns des éléments qui composent l’offre de travail. Parmi les objectifs  il n’y a pas que l’expansion de ses effectifs. Grâce à son foyer vertical propre compétences en ingénierie  e des bases de données conçues ad hoc la société a l’intention de continuer à soutenir la croissance compétitive des entreprises sur le marché mondial.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *