dim. Jan 29th, 2023

La vague de licenciements qui secoue les grandes entreprises technologiques depuis des mois se poursuit. La plateforme de streaming musical Spotify a annoncé hier qu’elle allait réduire de 6 % ses effectifs d’environ 9 800 personnes,  allongeant la liste des entreprises technologiques qui réduisent leurs coûts et leurs effectifs. Dans le but de générer plus d’efficacité, de contrôler les coûts et d’accélérer les processus décisionnels, j’ai décidé de restructurer notre organisation », peut-on lire dans un message. du PDG Daniel Ek  aux employés. « J’étais trop ambitieux pour investir au-delà de la croissance de nos revenus », a déclaré Ek. « Cela aurait été insoutenable à long terme, quelles que soient les circonstances, mais dans cet environnement difficile, combler l’écart serait encore plus difficile. »

L’annonce de Spotify suit celles de Google, Microsoft, Amazon et Twitter annoncées ces dernières semaines : un véritable effet d’entraînement. Je ne cesse de répéter que la vitesse est la stratégie la plus défendable qu’une entreprise puisse avoir », poursuit M. Ek dans sa lettre aux employés, « mais la vitesse seule ne suffit pas. Nous devons également fonctionner de manière efficace. Ce sont ces deux éléments réunis qui garantissent le succès à long terme », déclare Ek dans la lettre, publiée sur le site web de Spotify. « Si nous avons fait de grands progrès en matière de rapidité ces dernières années, nous ne nous sommes pas autant concentrés sur l’amélioration de l’efficacité. »

Ek a souligné qu’en 2022, les dépenses d’exploitation de Spotify augmenteraient deux fois plus vite que ses revenus, un ratio « insoutenable » à long terme et encore plus dans l’environnement complexe d’aujourd’hui. Les employés bénéficieront d’une indemnité moyenne de cinq mois, accompagnée d’une assurance maladie continue pendant toute la période. Spotify estime le coût unique du départ du personnel à 35-45 millions d’euros. 

Lire aussi:  La montagne. Here's The Ghost : le canon à neige disparaît sous la pente.

La semaine dernière, c’était Google va annoncer la suppression de 12 000 employés soit 6 % du total. « J’ai des nouvelles difficiles à partager », telle est la première ligne du courriel par lequel le PDG d’Alphabet, M. Pichai, a annoncé la réduction des effectifs pour des raisons économiques.

« Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire. Pour soutenir et nourrir cette croissance, nous avons embauché dans un environnement économique différent de celui d’aujourd’hui », a expliqué M. Pichai, assumant « l’entière responsabilité » de la décision de licencier. À la fin du mois de septembre, Alphabet comptait près de 187 000 employés.

Jusqu’à présent, Big Tech a déjà procédé à 170 000 licenciements.  Du chœur, il ne reste pour l’instant qu’Apple. La raison de cette crise est liée à l’éclatement de la bulle créée pendant la pandémie. Les entreprises technologiques ont embauché un grand nombre d’employés car, pendant la pandémie, elles ont connu une croissance fulgurante. Mais lorsque l’urgence a pris fin, tout a changé et l’inflation galopante a réduit la consommation et inversé toutes les attentes.

Rien qu’au cours des derniers mois, les annonces se sont succédé à un rythme effréné. Meta, la société mère de Facebook, Instagram et WhatsApp a annoncé en novembre dernier la suppression de 11 mille emplois, soit environ 13%.  de l’effectif total. Il s’agit du premier plan social de l’histoire du groupe. Meta, qui comptait environ 87 000 employés dans le monde à la fin du mois de septembre, a enregistré des résultats financiers décevants au troisième trimestre 2022, avec une forte baisse des recettes et des bénéfices et une stagnation du nombre d’utilisateurs.

Lire aussi:  Prix. Ce n'est pas la "spéculation" qui fait passer les carburants au-dessus de 2 euros par litre.

Au début du mois de janvier Amazon, le géant du commerce électronique, a annoncé la suppression d’un peu plus de 18 000 emplois dans le monde, y compris en Europe. . Le plan social touchera principalement les magasins gérés par le groupe et les ressources humaines. Pendant la pandémie, la multinationale de vente en ligne a recruté une main-d’œuvre abondante : fin septembre, elle comptait 1,54 million d’employés. Sous les feux de la rampe, le nouveau propriétaire de Elon Musk, le patron de Twitter, a, dans les jours qui ont suivi le rachat, réduit de moitié ses effectifs, annonçant la suppression de 3 750 personnes sur 7 500, plus 4 000 autres contractuels.  La semaine dernière le géant technologique Microsoft a prévu de supprimer 10 000 emplois, soit environ 5 % du total,  dans ce qui constitue sa plus importante réduction de personnel depuis huit ans.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *