sam. Fév 4th, 2023

La confrérie de la Virgen de Gracia, patronne de la ville de Carmona, a demandé à l’archevêché de Séville une procession extraordinaire de l’image à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation de la corporation, bien que la dévotion à la Virgen de Gracia remonte à plusieurs siècles.

L’assemblée extraordinaire des frères a approuvé la demande adressée à l’archidiocèse de Séville, fixant au 24 septembre la date choisie pour célébrer cette procession. Selon Francisco Perea, président du Conseil des confréries de la ville de Carmona, « nous attendons de recevoir l’autorisation du Palais, mais nous comprenons que le règlement diocésain l’inclut et que tout sera sur la bonne voie ». La ville de Carmona organisera une procession de la Magna Mariale le 1er juillet, point culminant des Semaines Missionnaires célébrées par les paroisses tout au long de l’année.



Procession extraordinaire

Il convient de rappeler que la Virgen de Gracia ne se rend en procession à Carmona que lors d’occasions vraiment extraordinaires, c’est-à-dire qu’elle ne sort dans les rues que très occasionnellement. La dernière fois qu’elle l’a fait, c’était en 2015 pour commémorer le 25e anniversaire de son couronnement (1990) et le 725e anniversaire de son arrivée dans la ville.

Selon la tradition, l’image de la Vierge de la Grâce a été trouvée par un berger à l’intérieur d’une grotte à la périphérie de la ville, où elle était restée cachée pendant la domination musulmane. Emmenée à la ville pour la contemplation du voisinage, elle est miraculeusement retournée à la grotte, un fait qui a été interprété comme un signe de son intention d’y résider. Depuis lors, des ermites et des ermites se sont chargés de son culte, augmentant sa renommée, jusqu’à l’arrivée en 1477, sur ordre d’Isabelle Ier, de la communauté hiéronymite de San Isidoro del Campo, qui a construit un couvent sur la falaise en son honneur.

Lire aussi:  Décès de Don José Robles, le "prêtre de San Esteban".

La sculpture, qui date de la fin du XIIIe siècle, est de style gothique catalan. Dans sa composition originale, c’est une image en pied, assise sur un trône avec l’Enfant sur ses genoux, une théotokos. L’icône est fabriquée en bois de cèdre et a une hauteur de 55 centimètres. Comme Maiestas Mariae concentre tout son caractère expressif sur la tête et les membres, c’est pour cette raison que ceux-ci sont plus grands que le reste du corps. Le visage est symétrique, comme il est typique de l’idéal de beauté sacrée de la fin du Moyen Âge, et l’image, qui est bien faite, est entièrement polychromée.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *