sam. Fév 4th, 2023

Le 23 janvier prochain, l’Iri, l’Institut pour la reconstruction industrielle, aurait eu exactement quatre-vingt-dix ans. Mais le destin du grand holding créé en 1933 par Alberto Beneduce pour le compte du régime fasciste a été beaucoup plus court : il a disparu le jour de son soixante-dixième anniversaire, en 2002, accablé par les dettes, la tempête de Mani Pulite et, surtout, par un changement radical de considération pour l' » État entrepreneur « . Pourtant, cette expérience, qui s’est déroulée sur le terrain du jeu entre l’État et le marché, qui a toujours été le centre de gravité du débat entre la droite, le centre et la gauche, vaut la peine qu’on en reparle. Notamment parce qu’aujourd’hui, l’ancien étatisme, avec ses raisons de développement planifié et ses orientations sociales, risque de se heurter à un nouveau « souverainisme » où les revendications de primauté et d’intérêt national sont les plus fortes. Il est donc inutile de contourner la question qui plane : existe-t-il des raisons et des conditions pour reproduire cette expérience ?

La première analogie qui vient à l’esprit est que l’Iri est né après et à la suite de la crise de Wall Street de 1929 et de la Grande Dépression qui a suivi. À l’époque, le système bancaire italien – qui s’articulait autour de la Banca Commerciale, du Credito Italiano et du Banco di Roma – était lié aux entreprises dans ce que Raffaele Mattioli a appelé une « fraternité siamoise » : les banques « rachetées » finançaient les entreprises qu’elles contrôlaient et les entreprises défendaient à leur tour les banques, leurs propres contrôleurs, avec l’argent qu’elles avaient emprunté. Un petit jeu que l’histoire nous a montré à maintes reprises et qui, tôt ou tard, entraînerait tout le système en défaut. L’Iri, voulu par Mussolini, a sauvé les banques et s’est également emparé de tout le portefeuille industriel : avec quels objectifs réels ? Comme le souligne l’historiographie la plus récente sur l’institut, à commencer par Franco Amatori, historien à Bocconi et auteur de « Libera impresa in libero Stato » (Affinità elettive, 2020), l’idée de son premier président Alberto Beneduce, et de Donato Menichella qui l’a encadré, était avant tout de remettre de l’ordre dans le système de crédit italien, et non de créer le soi-disant « État entrepreneur ».

Avec l’Iri, l’État ne voulait pas répéter l’expérience des sauvetages industriels qui avaient eu lieu au cours des cinquante années précédentes : il ne voulait pas de cas comme ceux de Terni (1887), de tout le secteur sidérurgique (1911), d’Ansaldo et de celui des activités industrielles qui appartenaient à la Banca italiana di sconto (1922). On ne voulait pas non plus, comme cela s’était produit, que le directeur général d’Ansaldo, qui comptait 100 000 employés, lorsqu’il avait besoin d’argent, émette un billet à ordre au « Consortium des subventions sur les valeurs industrielles », une petite pièce de la Banque d’Italie qui couvrait tout en imprimant de l’argent. C’est pourquoi, sur le front du crédit, considéré comme un domaine « mora-le », une nouvelle loi bancaire est rapidement adoptée en 1936 pour créer un système ordonné dans lequel les anciennes banques mixtes, recourant aux dépôts des clients, financeraient les industries « à court terme », tandis que les investissements à moyen et long terme seraient la tâche de l’Iri et des institutions spécialisées comme l’Imi, qui se procureraient des ressources avec leurs emprunts obligataires.

Lire aussi:  L'étude. Inflation, 80% des Italiens trouvent difficile de gérer leurs finances

Sur le plan industriel, l’objectif de l’Iri était de réorganiser et de rétablir l’ordre dans le système des conglomérats industriels, où des productions et des secteurs très différents, de l’acier à l’électricité en passant par les télécommunications, coexistaient mal. Citons par exemple le refinancement de la Stet par un emprunt obligataire, la création de Finmare et le choix de la sidérurgie à cycle complet avec Oscar Sinigaglia dans les années 1940, qui a conféré à Finsider un rôle stratégique dans la renaissance du pays après la guerre. Au cours de la dernière décennie, des crises financières majeures et un fort vent de récession se sont déchaînés. Tout cela a causé d’énormes souffrances et incertitudes, mais les États et les banques centrales, contrairement à la rigidité des années 1930 marquée par la étalon-or qui ont aggravé la crise – comme le note Gianni Toniolo dans « Storia della Banca d’Italia » (Il Mulino 2022) – ils ont pu déployer d’énormes contre-mesures. Après le krach des subprimes de 2007-2008 et la pandémie de 2020-2022, les banques centrales ont assuré une énorme liquidité avec la assouplissement quantitatif, Les États sont intervenus dans le système bancaire, l’Europe a lancé des plans d’investissement tels que le plan de relance de l’économie. Next Generation Eu qui a donné naissance à la Pnrr en Italie. La récession n’a pas été évitée, mais l’avalanche de faillites, d’entreprises zombies et de suicides de courtiers de Wall Street a été en grande partie maîtrisée. Aujourd’hui, la nécessité de se précipiter vers les nationalisations, que même les voix de la nouvelle majorité gouvernementale en Italie évoquent parfois, ne semblerait pas si urgente, malgré les mauvaises performances économiques. C’est pourtant sur ce terrain que se mesureront les prochains choix du gouvernement, qui devra conduire Ita (l’ancienne Alitalia, pour laquelle l’offre de Lufthansa est sur la table) au marché, faire passer Monte dei Paschi en mains privées comme on l’a dit et répété, résoudre la question d’Ilva, qui semble désormais de plus en plus être une affaire d’État, et donner une solution à la telenovela du réseau unique de Telecom.

Lire aussi:  La charité. Le don le plus élevé en 2022 de Bill Gates

L’erreur à éviter dans ce cas est celle de se référer à la deuxième partie de l’histoire de l’Iri, la plus exposée à la critique, après les deux années 1956-1957 où fut créé – comme le raconte Franco Amatori dans une conversation avec « Avvenire » – le ministère des Participations de l’État avec l’obligation pour les entreprises publiques d’allouer 40% de leurs ressources au Mezzogiorno et la possibilité de recourir au soi-disant « fonds de dotation » pour compenser la différence entre les coûts industriels et les coûts politiques et sociaux supplémentaires. Cette voie, désavouée au début des années 90 par l’intervention européenne et le poids de 73 mille milliards de lires de dettes, serait la plus erronée. On pense à la Cdp, c’est-à-dire à la Cassa Depositi e Prestiti, contrôlée par le Trésor, créée au milieu du XIXe siècle pour financer les travaux publics et collecter l’épargne postale : c’est l’organisme le plus souvent associé à un « nouvel Iri ».

D’abord, parce que son portefeuille de participations s’est beaucoup étoffé au cours des dix dernières années, au point de récupérer des pièces que l’État a abandonnées dans les années 1990 au moment de la privatisation. Ensuite, parce que la holding du Trésor, dont le modèle va des navires aux télécommunications, du gaz aux hôtels, et même à l’encyclopédie Treccani, risque de plus en plus de ressembler à un conglomérat. Il est clair que les politiques ne pourront pas compter sur une Cdp pour faire office de donut de sauvetage, tandis que nous pouvons réfléchir au modèle du « centaure », une société holding publique dans ses objectifs et privée dans sa rigueur de gestion, comme c’était l’esprit des techniciens qui ont fondé l’Iri. Le concept d’imperméabilité de la direction à la pression gouvernementale pour faire face à la crise serait le bon corollaire. À l’époque, le bouclier de l’Iri de Beneduce et Menichella était le critère des « mains appropriées » et cela a été démontré par des hommes comme Oscar Sinigaglia (acier), Ugo Gobbato (Alfa Romeo), Guglielmo Reiss Romoli (Stet) assistés par des économistes comme Pasquale Saraceno, Sergio Paronetto et Guido Carli. C’est peut-être le message le plus fort qui ait rebondi depuis ce lointain 23 janvier 1933.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *