sam. Fév 4th, 2023

La musique, par sa nature même et dès sa conception, est un genre vaste, hétérogène et extrêmement diversifié. Il permet une multitude de registres et une infinité de styles, indépendamment de son origine et de sa composition. La musique processionnelle (entendue comme telle lorsqu’elle perd son caractère martial et funèbre avec l’arrivée de La Estrella Sublime) ne s’écarte pas de ces paramètres et a toujours subi des changements continus : l’inclusion de nouveaux instruments, les mélodies en accord avec un temps et une époque, et même la réponse à une série de canons plus ou moins commerciaux de nos jours.

Parmi les immenses et grands compositeurs qui ont composé des chefs-d’œuvre pour la Semaine sainte, nous trouvons des noms tels que Ricardo Dorado, Gámez Laserna, Pedro Morales et Pedro Braña. Il s’agit principalement de compositeurs masculins, bien que certaines références indiquent que des compositrices ont également composé des marches processionnelles (un sujet que nous aborderons dans des entrées ultérieures).




En décembre dernier, le groupe centenaire de La Oliva de Salteras a nommé Irene Gómez Calado comme nouvelle directrice, appartenant à une lignée de musiciens, venue remplacer une autre femme : Amadora Mercado, originaire de Jaén. Lors de sa visite à PTV Sevilla, Mme Gómez Calado a parlé de l’ambitieux processus de sélection auquel se soumet le groupe avant de choisir un chef d’orchestre. Elle est même allée jusqu’à diriger le groupe dans la rue, à titre de test définitif avant la prise de décision par le conseil d’administration.

Un curriculum vitae impeccable

Irène se déclare cofrade, mais avant tout musicienne. Elle a été la plus jeune assistante espagnole à travailler à la Scala de Milan (l’épicentre de l’opéra mondial) et a étudié à la Sorbonne à Paris, tout en ayant dirigé à New York et dans d’autres parties du monde. La marche qui l’inspire le plus, Jesús de las Penas. L’un de ses objectifs est d’emmener le groupe à l’étranger et de le faire grandir en composition et en richesse mélodique grâce à l’échange de cultures et d’opinions. Notre festival n’est-il pas universel ? Ne l’a-t-il pas toujours été ? Oliva de Salteras a raison. Un nouveau pas en avant pour notre musique de procession. Et il sera donné par une femme, si présente et toujours nécessaire dans le quotidien de la Semaine Sainte.

Lire aussi:  C'est l'histoire de l'apparition de la petite barque de la Virgen de la Consolación de La Sed.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *