lun. Jan 30th, 2023

Plus de deux milliards d’euros, c’est la valeur des mesures de la manœuvre qui ont un impact sur l’industrie agroalimentaire italienne, protégeant un secteur stratégique pour la croissance du pays. C’est ce qui ressort de l’analyse de la Coldiretti.  Le point fort en matière agricole est le fonds de souveraineté alimentaire  Vise à renforcer le système agricole et agroalimentaire national, notamment par des interventions destinées à valoriser les aliments italiens de qualité, à réduire les coûts de production des exploitations agricoles, à soutenir les chaînes d’approvisionnement et à garantir la sécurité des stocks et des approvisionnements alimentaires en cas de crise du marché. PA ces fins, 100 millions d’euros ont été alloués au cours de la période de trois ans. . Un budget de 225 millions d’euros est mis à disposition pour des projets d’innovation, de la robotique aux plateformes et infrastructures 4.0, tandis qu’un fonds de 500 millions d’euros est créé pour 2023 afin de soutenir l’achat de denrées alimentaires essentielles pour les personnes dont l’Isee ne dépasse pas 15 000 euros.  Face au coût élevé de l’énergie, pour le premier trimestre 2023, la crédit d’impôt en faveur des entreprises agricoles, de pêche et de sous-traitance, égal à 20 % des dépenses engagées  pour l’achat de carburant pour la traction des véhicules utilisés, crédit d’impôt reconnu
également pour les dépenses engagées pour l’achat de gazole et d’essence utilisés pour le chauffage des serres et des bâtiments de production utilisés pour l’élevage des animaux. Afin d’aider les jeunes et le changement de génération en agriculture, une exonération de cotisations est prévue pour 2023, pour une durée maximale de 24 mois, en faveur des cultivateurs directs et des entrepreneurs professionnels agricoles de moins de 40 ans qui s’installent pour la première fois en agriculture entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2023.  Prolongation également pour 2023 de l’exemption de la détermination de la base imposable aux fins de l’Irpef des revenus dominicaux et agraires relatifs aux terres déclarées par les cultivateurs directs et les entrepreneurs agricoles professionnels. Dans le domaine de l’énergie, les crédits d’impôt pour les entreprises « non énergivores » ayant des compteurs supérieurs à 4,5 kW (35 % de l’énergie utilisée au premier trimestre 2023) et pour les entreprises pour l’achat de gaz (45 % du gaz consommé au premier trimestre 2023) sont prolongés et renforcés, et la TVA sur le gaz méthane à usage civil et industriel est réduite (5 %) pour le premier trimestre 2023. Les charges générales du système électrique sont alors annulées et les charges du système gazier sont réduites. OK également pour la réduction des coûts liés à la taxation des moyens de transport agricoles. Les entreprises de pêche bénéficient d’une indemnité journalière forfaitaire de 30 millions d’euros pour l’année 2023 pour chaque employé, y compris les membres travaillant dans des coopératives de pêche artisanale, en cas de suspension du travail résultant de mesures d’arrêt temporaire obligatoires et non obligatoires. Enfin, le report de l’entrée en vigueur de la taxe sur les produits en plastique à usage unique, dite « taxe sur l’eau », a été décidé. taxe sur le plastique et la taxe sur la consommation de boissons gazeuses, la taxe sur le sucrela création du fonds de lutte contre la consommation foncière, l’endiguement des sangliers, le rééchelonnement de l’augmentation des accises sur le tabac et des taxes de consommation sur les substituts du tabac, le refinancement des contrats de développement également pour la transformation et la commercialisation des produits agricoles, l’extension de la redéfinition des valeurs des participations dans les sociétés non cotées en bourse et l’achat de terrains.
détenus au 1er janvier 2023 par le paiement d’un impôt de substitution.

Accord Crea-Cia pour 41 000 jeunes entrepreneurs 

Systématiser la recherche, les innovations, les connaissances et les compétences pour promouvoir le développement du secteur agricole dans une optique de durabilité environnementale, sociale et économique à tous les stades de la production, en favorisant d’une part l’agrégation au sein des chaînes agroalimentaires et d’autre part l’interaction des jeunes entrepreneurs avec le monde de la recherche. Tel est l’objectif du protocole d’accord signé par le président de la Crea, Carlo Gaudio, avec le président de la Cia-Agricoltori Italiani, Cristiano Fini, en présence des présidents d’Agia-Cia, Enrico Calentini et  de l’Association Agricoltura è Vita-Cia, Stefano Francia.  Un vrai carte routière qui permettra aux 41 000 jeunes agriculteurs d’Agia-Cia d’accéder aux 72 centres Crea répartis dans 19 régions. Déjà en décembre, les premières étapes pour l’horticulture dans les Marches, pour l’agrumiculture en Sicile et pour la génomique en Émilie-Romagne. La recherche, l’expérimentation, l’innovation et la formation », a déclaré M. Gaudio, « représentent le cœur de notre activité, qui doit sortir des laboratoires et aller sur le terrain pour recevoir l’apport des agriculteurs, des jeunes entrepreneurs et des associations pour la défense de la qualité, de la production et de l’environnement ». fabriqué en Italie ».. L’objectif est de développer des innovations, d’améliorer la qualité, le rendement et la valorisation de la production ainsi que la vie dans les zones rurales et intérieures. Promouvoir l’implication des entreprises agricoles et de leurs représentants dans le processus de conception de l’innovation. Une collaboration globale impliquant un transfert de technologie de la recherche vers les entreprises, mais aussi des services de conseil, un soutien technique et la création d’associations et/ou de partenariats. « Accompagner et mettre en œuvre la transition verte et numérique de l’agriculture signifie encourager l’échange entre le monde de la recherche et les entreprises du secteur, et l’implication des jeunes est fondamentale et stratégique », a souligné Fini.

Lire aussi:  Les signaux des marchés. L'apocalypse des crypto-monnaies pourrait être très proche

Six nouveaux projets contre le caporalato 

Par le biais d’un appel à propositions public, la Fondation avec le Sud a sélectionné six initiatives pour lutter contre le « caporalato » et l’exploitation des travailleurs étrangers dans le sud de l’Italie.  Les interventions, qui seront soutenues par un montant total de deux millions d’euros, offriront des services socio-sanitaires et juridiques ainsi que des parcours favorisant l’autonomie économique et l’intégration sociale. La participation de 6 000 personnes est attendue. Deux initiatives seront lancées en Basilicate (provinces de Matera et de Potenza), a  en Calabre (province de Reggio Calabria), a  en Campanie (provinces de Bénévent, Naples, Caserta et Avellino), un en Sicile (province de Caltanissetta) et a  le projet aura un caractère interrégional (provinces de Caserta, Potenza, Siracusa, Trapani et Caltanissetta). Les initiatives portent sur un total de près de 60 organisationsnotamment les coopératives sociales, les associations, les institutions locales, les universités, les fondations. On ne peut pas envisager de lutter contre l’énorme problème de l’exploitation des travailleurs étrangers sans placer la personne et ses droits au centre des préoccupations », a commenté la commissaire européenne à l’emploi. Carlo Borgomeo,  président de la Fondazione con il Sud – favorisant l’intégration et promouvant les politiques sociales qui vont dans ce sens. Inévitablement, nous devons aller au-delà de la protection et de la garantie d’un travail « propre », sûr et correctement rémunéré, tout en créant une responsabilité collective et un engagement commun ». Selon les données du plan triennal de lutte contre l’exploitation du travail du ministère du travail et des politiques sociales, dans la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire italienne, la gestion illégale et les infiltrations mafieuses déplacent une économie souterraine de plus de cinq milliards d’euros. D’autres preuves de la pertinence du phénomène de l’exploitation du travail dans le secteur agricole et de la nécessité de renforcer les activités de prévention et de contraste proviennent des données de l’Inspection nationale du travail. En 2018, 74% des travailleurs irréguliers identifiés lors des inspections étaient employés dans le secteur agricole et plus de la moitié étaient des ressortissants étrangers, qui acceptent de faibles niveaux de rémunération et de protection et des conditions de travail particulièrement difficiles. Grâce aux six projets, des services seront mis en place pour « intercepter » les travailleurs migrants qui se trouvent dans des conditions d’exploitation du travail, comme des unités de rue et des garnisons, également en ligne, pour offrir des services sociaux, juridiques, de protection et de soins de santé. La formation professionnelle et l’apprentissage sont envisagés pour favoriser l’insertion professionnelle dans les entreprises locales, principalement dans le secteur agricole (production de vin et d’huile d’olive), mais aussi dans l’artisanat et les services aux personnes. Des coopératives formées par des personnes exposées au risque d’exploitation seront créées et accompagnées dans la phase de démarrage, et le droit au logement sera garanti par des foyers sociaux et des services d’intermédiation locative. Des activités de soutien à la scolarité des enfants et de soutien à la parentalité sont également prévues, ainsi que des initiatives de sensibilisation à la question de l’exploitation du travail et de l’intégration par le biais d’ateliers et d’activités récréatives. Ici, le liste des projets sélectionnés .

Bonnes pratiques : le pari sur la jeunesse et les ambassades 

De nombreuses bonnes pratiques dans le secteur agroalimentaire. MartinoRossi,  par exemple, une entreprise fondée au début des années 1950, est aujourd’hui spécialisée dans la production d’ingrédients, de produits semi-finis et de produits de consommation.  et des produits fonctionnels  de  céréales  et les impulsions sans gluten , allergènes  e OGM  provenant d’une chaîne d’approvisionnement contrôlée à 100 % par des Italiens, a publié sa première Rapport sur le développement durable à . La décision, initiée en 2001, de déplacer le siège de l activité principale du commerce des produits agricoles à leur transformation et valorisation en farines, produits semi-finis et ingrédients fonctionnels strictement gluten, allergène e Sans OGMsoutenu par une constante investissements  dans le domaine de la construction d’installations, de la recherche et du développement et des nouvelles technologies (2,7 millions d’euros pour la seule année 2021), s’est avéré fructueux, conduisant  MartinoRossi est aujourd’hui un fournisseur de référence pour les ingrédients des plus importantes industries alimentaires nationales et étrangères. La croissance est attestée par l’objectivité de certains indicateurs : plus que 15 mille  hectares dans une chaîne d’approvisionnement entièrement contrôlée et 500  des fermes partenaires de la chaîne d’approvisionnement, deux nouvelles lignes de conditionnement hautement automatisées, deux usines pour 150 000 mètres carrés  de la surface, 86  employés, plus de 1 100 références  dans le catalogue, notamment des farines personnalisées, des ingrédients fonctionnels, mélanges et produits emballés « free-from » (sans alcool)un centre logistique dans le USA  e plus de 600 industries alimentaires et clients servis dans le monde entier . En plus de bénéficier d’une réduction progressive de la consommation d’énergie et d’eau par tonne de produit grâce à des investissements dans la modernisation et l’efficacité des usines, l’entreprise réalise depuis 2019, en collaboration avec l’organisation à but non lucratif. Environomica le projet MartinoRossi pour la planète visant à compenser les émissions de CO2 liés à la logistique par la reforestation de la forêt tropicale dans le nord de l’Europe. Colombie . Elle s’est également engagée à contribuer à la plantation de deux arbres pour chaque camion articulé quittant ses usines. De cette façon, une moyenne de 10 000 arbres par an , la reforestation de plus de 300 hectares de terres soit un total de plus de 29 000 arbres à ce jour. MartinoRossi accorde un rôle central à ses employés et s’occupe activement de leur bien-être, de leur sécurité et de leur développement professionnel. À ce jour, MartinoRossi emploie 86 employés  (15 nouveaux recrutements en 2021) avec des contrats principalement à contrats permanents . L’âge moyen dans l’entreprise n’est que de 32 ans,  décidément faible par rapport aux PME italiennes, compte tenu également d’un chiffre d’affaires faiblela preuve d’un climat d’entreprise positif. Malgré un historique de fréquence et de gravité des accidents très faible, MartinoRossi a redoublé d’efforts pour surveiller et réduire les facteurs d’exposition aux risques pour les travailleurs et dans la formation en matière de santé et de sécurité. En 2021, en fait, ils étaient a intensifié le heures de formation  pour tous les employés, couplée à une campagne de formation pour les cours non obligatoires.

Lire aussi:  Croisières. Départ du tour du monde (en 120 jours)

« Merci au réseau des ambassades italiennes dans le monde pour l’extraordinaire travail réalisé ensemble », a déclaré L.uigi Scordamaglia directeur délégué de Filiera Italia – « Un travail incroyable dont témoignent également les résultats auxquels nos ambassades ont certainement contribué, qui montrent une augmentation des exportations agroalimentaires italiennes de +20% en valeur et de presque +6% en volume au cours des dix premiers mois de 2022, l’une des périodes les plus complexes pour le commerce mondial ». « Mais l’augmentation de l’insécurité alimentaire a également mis l’accent sur le modèle agroalimentaire italien, qui est très différent de celui des néo-empires de l’Extrême-Orient, le nôtre étant basé sur des technologies de pointe de agriculture de précision produire davantage de denrées alimentaires de qualité d’une manière durable ». « Grâce à la Farnesina et aux ambassades », a-t-il ajouté, « cela nous permettra non seulement d’avoir une gagnant-gagnant pour les investissements communs des entreprises et aussi des PME, mais aussi un nouvel instrument géopolitique qui donne encore plus de centralité à notre pays. C’est aussi grâce à un changement de rythme et de mentalité qui a enfin été initié par notre coopération. Sans oublier la contribution fondamentale que, dans de nombreux pays, nos entreprises et notre pays pourront offrir à la « transition énergétique ». L’appel, conclut M. Scordamaglia, est de renforcer davantage nos ambassades, y compris avec des experts techniques. Il n’est pas acceptable que notre représentation permanente à Bruxelles ait moins de la moitié du personnel de la représentation allemande et même pas un tiers du nombre de lobbyistes qui, par exemple, travaillent à Bruxelles au nom de multinationales individuelles qui produisent des aliments hypertransformés et synthétiques et font pression sur les institutions européennes en faveur de l’homologation des aliments contre notre « caractère distinctif et notre excellence ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *