dim. Fév 5th, 2023

Une diversité pétillante à Timisoara en Roumanie, de la musique et du vin à Veszprem en Hongrie et des mystères de la légendaire ville grecque d’Eleusis – voilà ce que nous réserve l’année 2023 des capitales de la culture.

L’année capitale de la culture 2023 attire le public en Roumanie, en Hongrie et en Grèce. Trois perles encore largement méconnues veulent montrer leur splendeur : Timisoara, à l’ouest de la Roumanie, point de départ de la révolution de 1989 qui a fait tomber le dictateur Nicolae Ceausescu, la coquette Veszprem, près du lac Balaton en Hongrie, et la ville grecque d’Eleusis, célèbre dans l’Antiquité pour ses mystères.

A Timisoara, un pôle industriel de 300.000 habitants situé au carrefour de la Roumanie, de la Hongrie et de la Serbie, les planificateurs veulent avant tout faire briller la diversité traditionnelle. Outre les Roumains, des Allemands de souche, des Hongrois, des Serbes, des Roms, des Tchèques, des Slovaques et des Bulgares vivent dans cette ville au charme impérial.

Presque tous les enfants de Timisoara parlaient au moins trois langues avant la Seconde Guerre mondiale, dont le yiddish. Cet idiome a presque disparu ici à cause de la Shoah. Timisoara a été le berceau de stars : « Tarzan » Johnny Weissmüller (1904-1984) y est né, et deux prix Nobel y ont passé leur baccalauréat : l’écrivaine Herta Müller et le chimiste et biophysicien Stefan Hell.

Rien que pour l’ouverture, du 17 au 19 février, plus de 50 manifestations sont prévues à Timisoara, dont l’inauguration d’un jardin annoncé comme « vertical » sur la place centrale de l’Opéra. Il y aura également beaucoup de musique de genres très différents, le musicien hip-hop ukrainien Alyona Alyona sera présent ainsi que de la musique traditionnelle rom.

Ensuite, il y aura en moyenne 30 événements par semaine. Parmi les points forts : de grandes expositions d’œuvres du sculpteur roumain Constantin Brancusi (1876-1957) et du surréaliste Victor Brauner (1903-1966), né en Roumanie.

Dominic Fritz, maire de Timisoara depuis 2020, est un homme de couleur et un promoteur culturel ambitieux. Il est né en Forêt-Noire, diplômé en sciences politiques, ancien membre actif de l’Alliance 90/Les Verts et ex-rédacteur des discours de l’ancien président allemand Horst Köhler.

Aujourd’hui âgé de 38 ans, il dit être tout simplement « tombé amoureux de cette ville » lors de son travail en 2003 en tant que bénévole dans un foyer pour enfants de Timisoara. « Timisoara est nettement plus européen que le village dans lequel j’ai grandi, car il gère beaucoup mieux la diversité, le multilinguisme et la coexistence des idées », s’enthousiasme Fritz lors d’un entretien avec des journalistes.

Lire aussi:  NewstickerL'Ukraine signale ses propres attaques d'artillerie contre les troupes russes à Kherson

Le projet « Les chemins de la révolution », qui doit commémorer le soulèvement populaire de 1989, tient particulièrement à cœur à Fritz, mais il ne sera pas encore terminé en 2023 – comme tant d’autres projets. La politique intérieure est à l’origine de ces retards : Fritz appartient au parti d’opposition écolo-libéral USR, mais dans la capitale Bucarest, ce sont les bourgeois et les sociaux-démocrates qui gouvernent. Fritz déplore les obstacles qui en résultent, comme le blocage des fonds. Il espère néanmoins que l’année de la Capitale européenne de la culture apportera un « nouvel élan » que l’on pourra également utiliser plus tard.

La culture sur le lac Balaton

Gyula Porga, maire de Veszprem, dans l’ouest de la Hongrie, espère lui aussi donner un coup de fouet au tourisme. Pour l’ouverture de l’année de la capitale culturelle, un grand spectacle doit être organisé le 21 janvier, sous le nom de « Veszprem-Balaton 2023 ». Balaton est le nom hongrois du lac Balaton, situé à quelques kilomètres de Veszprem.

« Capitale culturelle signifie trouver des réponses culturelles aux défis de notre époque », a déclaré Porga lors d’un entretien avec des journalistes. Parmi les problèmes, il a cité l’exode des jeunes et la valeur ajoutée fluctuante de l’attraction touristique qu’est le lac Balaton, qui se limite à quelques mois d’été. La culture, en revanche, permet de se rendre attractif tout au long de l’année.

L’attrait de cette ville de 60 000 habitants réside uniquement dans sa situation. Elle s’élève sur cinq collines, entre lesquelles serpente la petite rivière Sed. Le centre-ville des 18e et 19e siècles donne l’impression d’être chez soi. La rénovation de l’imposant château situé sur une colline devrait être achevée d’ici le début de l’année 2023, du moins en ce qui concerne l’extérieur.

Jusqu’à présent, Veszprem a pu se positionner au niveau suprarégional grâce à des festivals de musique – du classique au jazz, de la musique chorale à la musique de rue. La musique devrait également donner le ton durant l’année de la capitale de la culture, tout comme la gastronomie et le vin : sur la rive nord vallonnée du lac Balaton, on produit de nombreux vins de qualité.

Lire aussi:  La moitié des glaciers perdus même en cas de faible réchauffement

Sortir de l’ombre d’Athènes

« Mystères de la transition » (Mysteries of Transition), tel est le slogan de la banlieue d’Athènes, Eleusis (ou Elefsina). Le directeur de la culture, Michail Marmarinos, promet une « variante inédite de l’institution capitale européenne de la culture ». La cérémonie d’ouverture doit avoir lieu le 4 février.

Eleusis, qui compte aujourd’hui environ 30.000 habitants, a toujours été liée à la capitale grecque située à une vingtaine de kilomètres à l’est – et est toujours restée dans son ombre. Aujourd’hui, on s’efforce de s’affranchir de cette situation périphérique et de devenir autonome.

La mise en scène du « Requiem allemand » de Johannes Brahms sous forme de « Human Requiem » par le metteur en scène Jochen Sandig et le Berliner Rundfunkchor est considérée comme le point culminant des festivités. La représentation est prévue fin septembre 2023 sur le site antique. A cette occasion, le réalisateur autrichien David Haneke doit concevoir un film sur la base d’enregistrements du concert.

Le chef de la culture de l’organisation, Michail Marmarinos, a déclaré à l’agence de presse allemande dpa que la mise en scène reflétait ce qu’Eleusis représentait dans l’Antiquité et ce qu’il en était de la devise de la Capitale européenne de la culture 2023, « Les secrets de la transition ». En effet, dans l’Antiquité, c’est là que se déroulaient les « Mystères d’Éleusis », une sorte de culte secret qui célébrait chaque année la renaissance de la nature. Les rites attiraient alors des milliers d’Athéniens qui venaient en pèlerinage dans la ville. On espère aujourd’hui une nouvelle affluence de visiteurs.

Eleusis a connu sa dernière période de prospérité au 19e et au début du 20e siècle. En tant que grenier à blé de la région et grâce à son port, elle était l’un des centres industriels les plus importants de Grèce. La construction navale, les cimenteries, les manufactures et l’industrie alimentaire tournaient à plein régime.

Mais ensuite, ce fut le déclin : Le Pirée et Athènes ont absorbé pratiquement tous les secteurs économiques. Le port d’Éleusis est devenu un cimetière de bateaux. Il reste aujourd’hui encore des dizaines d’épaves. C’est précisément tout cela que la ville veut désormais surmonter en tant que capitale européenne de la culture. Y parviendra-t-elle ?

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *