dim. Jan 29th, 2023

La montée en puissance delivraison à domicile L’augmentation de la consommation d’énergie, également due à la ruée vers les cadeaux de Noël, met en danger la santé de la planète.. Les véhicules de livraison de colis seraient aujourd’hui responsables de 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre,  mais, d’ici 2050, selon un article du Le Washington Post l’impact sera de 17% (+567%). Comme l’indiquent les données de l’AIE – Agence internationale de l’énergie  – le transport du fret  serait responsable d’un cinquième des émissions mondiales de CO2, derrière le seul secteur de l’énergie. L’électricité est la clé pour réduire Émissions de CO2  et assainir l’air dans les zones urbaines des grandes métropoles, qui sont de plus en plus envahies par les livraisons de colis des plateformes de commerce électronique et de livraison à domicile.

La meilleure solution pour rendre les trajets des coursiers plus rapides, plus efficaces et plus durables dans les centres-villes vient de la l’électrification des flottes de fret.  L’utilisation de véhicules électriques, comme le révèle le rapport « Decarbonising Transport. Scientific Evidence and Policy Proposals » par le ministère des infrastructures et de la mobilité durable, réduirait les émissions de CO2 de 37 % par rapport à un véhicule à combustion, même en tenant compte des émissions plus élevées résultant de leur production. Déjà avec le mix énergétique actuel, explique un rapport compilé par STEMI, une structure d’experts indépendants créée par l’ancien ministre des infrastructures et de la mobilité durable Enrico Giovannini, publié dans Naturele remplacement des véhicules à combustion interne, qui représentent aujourd’hui plus de 99% du transport routier italien, par des véhicules électriques permettrait de réduire de 50% les émissions du transport routier léger.  Même dans le secteur du transport lourd, les économies de CO2 et l’efficacité énergétique du passage à l’électrique sont encore plus importantes étant donné la plus grande importance de la phase d’utilisation par rapport à la production et à la fin de vie : dans ce cas, les estimations prévoient qu’un camion électrique peut déjà économiser jusqu’à 70% des émissions du cycle de vie.

Le dernier kilomètre  représente donc un aspect décisif non seulement pour la l’avenir de la mobilité durable Il est nécessaire de trouver un remède à la circulation excessive et de réduire la pollution, deux phénomènes qui sont également de plus en plus causés par les véhicules commerciaux. LifeGate,  grâce au soutien de Ford, a décidé d’examiner en profondeur les questions de mobilité durable dans le cadre d’une conférence numérique éducative au cours de laquelle un panel d’experts, composé de représentants d’entreprises et de journalistes, a débattu des meilleures solutions et stratégies à proposer pour un avenir de plus en plus écologique du dernier kilomètre. « Le défi du dernier kilomètre est aussi simple que compliqué, et les entreprises sont appelées à faire face à des défis majeurs en matière de mobilité », a expliqué l’entreprise. Roberto Sposini,  rédacteur en chef mobilité de LifeGate – La croissance des livraisons liées aux transactions en ligne, la capillarité des services étendus à l’ensemble du territoire, sans compromis sur la qualité et le timing, se conjuguent aujourd’hui à de nombreux facteurs contextuels qui compliquent la capacité à réaliser une performance de valeur pour tous. Il est donc nécessaire de mettre en œuvre des actions fondamentales pour réduire la congestion et la pollution dans les centres urbains, afin d’améliorer l’efficacité des entreprises et la qualité de vie générale des résidents et des non-résidents. Ces efforts visent à promouvoir un modèle de mobilité urbaine plus durable, plus écologique et plus sûr, en mettant en œuvre de nouvelles solutions de mobilité capables de résoudre les problèmes critiques du dernier kilomètre ».

Lire aussi:  Prix élevés. L'inflation reprend en décembre et termine l'année à 8,1%.

« Dès aujourd’hui, presque toutes les entreprises pourraient être prêtes à passer à l’énergie électrique, car l’autonomie d’un véhicule comme le E-Transit de Ford, ou celle du E-Transit Custom que nous lancerons l’année prochaine, couvre, dans une large mesure, les besoins en transport d’une journée de travail typique », déclare Marco Buraglio directeur des véhicules commerciaux Ford Italie . Les infrastructures de recharge publiques, dans ce scénario, deviennent secondaires par rapport à celles installées dans les garages ou les dépôts pour la recharge de nuit. La question est avant tout culturelle, mais la mentalité n’est plus un obstacle lorsque l’entrepreneur, avec un ou plusieurs véhicules, comprend que l’électrification et la connectivité ont des effets particulièrement positifs sur les opérations et la productivité. L’électrique remplacera l’endothermique dans un cheminement progressif, qui inclut également l’adoption de l’hybride rechargeable comme technologie de transition. Ford a déjà un horizon temporel : d’ici 2030, deux tiers des véhicules utilitaires Ford vendus en Europe seront électriques ou hybrides rechargeables, et d’ici 2035, tous les véhicules utilitaires Ford vendus en Europe seront électriques.

Mais les grands centres urbains sont prêts pour cette révolution du transport commercial , conduit par des flottes électriques ?  En Europe, entre 2019 et 2022, le nombre total de LEZ (Low-Emission Zones) ou de zones à circulation restreinte actives a augmenté de 40 % et, selon une étude de la coalition européenne CleanCitiesCampaign, d’ici 2025, plus de 500 villes européennes disposeront d’une zone active à faibles émissions (+58% par rapport à juin 2022).  De nombreux centres urbains visent donc à électrifier la livraison des marchandises  améliorant ainsi la qualité de l’air, de plus en plus pollué par les véhicules qui traversent les quartiers en répandant des polluants et des particules, et aussi, en montrant aux citoyens le processus d’électrification des transports, de les convaincre d’envisager d’acheter eux-mêmes un véhicule électrique privé. En outre, à l’avenir, les zones à circulation restreinte sont destinées à être transformées en ZE, à l’intérieur desquelles l’utilisation de véhicules à combustion interne ne sera plus autorisée : entre 2030 et 2035, cette révolution sera une réalité dans près de trente villes européennes aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en France et en Scandinavie. Et en Italie ? D’ici à 2030, il est prévu de créer 35 zones à émissions nulles, interdites aux véhicules à combustion, mais à ce jour, aucune ville italienne n’a commencé les interventions prévues.

Lire aussi:  Prévisions. Technologie, culture d'entreprise, spécialisation et bien-être des ressources

En revanche, ceux qui, en Europe, investissent déjà massivement dans l’électrification de leur flotte de véhicules de livraison sont les grandes entreprises de distribution, et plusieurs constructeurs automobiles ont commencé à proposer des versions électriques de ce type de véhicules. A l’étranger, cependant, ce sont les géants de la logistique qui ont investi dans la production de véhicules utilitaires légers à faibles émissions.  Selon une analyse publiée par le Rocky Mountain Institute, un organisme de recherche sur le développement durable, d’ici 2030, 60 % des ventes de nouveaux camions pourraient être électriques, ce qui permettrait de réduire de moitié les émissions du secteur du transport routier d’ici 2035.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *