ven. Juin 14th, 2024

Président Prandini, vous avez porté votre protestation en Europe. Pourquoi ? 

Le bon endroit pour porter les revendications des secteurs économiques et de l’agriculture en particulier – nous a répondu le président de la Coldiretti en marge de la manifestation d’hier – c’est Bruxelles. J’ai immédiatement dit que nous nous déplacerions – ce que nous faisons et continuerons à faire – jusqu’à ce que l’Europe donne les réponses que le monde agricole mérite. Nous avons besoin de plus de fonds, pas de réductions comme en Allemagne où l’on a supprimé trois milliards pour les agriculteurs. Il y a des problèmes ici aussi et nous travaillons dur, comme toujours, pour atteindre des objectifs concrets.

Lesquels ? 

Par exemple, nous avons été le premier pays, sous l’impulsion de la Coldiretti, à interdire la commercialisation de produits fabriqués en laboratoire, comme la viande synthétique. Nous voulons maintenant obtenir le même résultat en Europe. On nous a dit que nous nous faisions des illusions parce que personne ne nous accorderait de crédit, mais il y a déjà dix-sept pays qui ont signé le document avec lequel nous demanderons plus de recherche pour protéger la santé des citoyens dans l’ensemble de l’Union européenne.

La Commission propose une nouvelle dérogation à l’interdiction de cultiver 4 % de la surface de l’exploitation pour bénéficier de la PAC. Cette dérogation s’appliquera-t-elle déjà pour la PAC 2024 ? 

Nous avons demandé la suppression d’un choix fou de l’ère Timmermans. Nous attendons de voir le texte final du règlement, mais j’ai rencontré le ministre pour discuter de ce point, sur lequel il faut être clair : nous voulons croître sans contraintes. Nous avons obtenu que cette mesure soit suspendue pour 2023 en raison de la guerre, mais il s’agissait d’une mesure préparatoire à l’annulation. C’est bien ce que nous visons.

Une révision de la PAC était déjà à l’ordre du jour : outre les 4 %, que demandez-vous ? 

Il y a beaucoup de questions critiques à traiter. Il faut plus de fonds, surtout pour les jeunes. Et inverser le cours des folies vertes. Commençons par le règlement sur les produits phytopharmaceutiques et celui sur les emballages, ou sur la restauration de la nature… qui est une vaste plaisanterie : que restaurerez-vous sans les agriculteurs ? Qui gardera les fossés propres, qui contrôlera l’instabilité hydrogéologique ? Si la PAC est un boulet bureaucratique qui empêche même l’accès aux subventions, il est normal que les zones intérieures se dépeuplent, car si les agriculteurs ne peuvent pas subvenir à leurs besoins avec leur travail, ils doivent en trouver un autre.

Restons sur le sujet brûlant du Green new deal, largement contesté par la catégorie agricole : le glyphosate a été sauvé, mais d’autres produits, comme le tricyclazole, restent interdits. Faut-il dès lors revoir le principe de l’agriculture au travail ? 

Je pense qu’il faut avoir l’intelligence de faire une distinction par rapport au glyphosate : la façon dont on l’utilise, pour préparer les sols, ce n’est pas un problème parce qu’il ne rentre pas dans les aliments ; mais si on l’utilise comme au Canada pour sécher des produits en cours de maturation, ce qui est interdit en Europe où l’on fait encore mûrir les céréales au soleil, il y a quelque chose à faire. L’Union européenne autorise aujourd’hui l’importation de blé mûri au glyphosate, ce qui trahit le pacte avec les consommateurs et nous fait une concurrence déloyale. Il en va de même pour de nombreux autres produits phytopharmaceutiques : s’ils sont dangereux pour la santé, il est paradoxal de les importer.

Il existe une institution de commerce entre l’Europe et les pays tiers appelée tolérance à l’importation et permet l’importation de produits cultivés avec des produits interdits dans l’UE. Est-il réaliste de penser qu’elle sera abolie ? 

Nos objectifs sont doubles : tant que nous n’avons pas d’alternatives aux produits que nous voudrions interdire, nous devons avoir l’honnêteté d’admettre que les interdire signifie ne plus produire en Europe. Nous devons entrer dans le mécanisme selon lequel soit il y a un risque réel – prouvé – pour la santé, soit les produits ne doivent plus être interdits. On a fait beaucoup d’idéologie sur l’agrochimie, mais ce sont des médicaments pour que la plante arrive au bout de sa saisonnalité, si je ne la traite pas, je n’aurai pas de fruits. Deuxièmement, nous devons faire la paix avec le concept de souveraineté : autoriser des importations qui exercent une concurrence déloyale, c’est nuire aux agriculteurs aujourd’hui, mais c’est exposer les citoyens européens à des importations qui ne répondent pas à nos normes demain. Il s’agit là d’un problème d’autosuffisance alimentaire qui n’échappe à personne.

Pensez-vous pouvoir arrêter l’accord avec le Mercosur ? 

Nous sommes contre cet accord parce qu’il favorise les importations de volaille, sans compter que les pays d’origine utilisent des produits chimiques qui sont interdits ici.

Que se passerait-il si l’Ukraine rejoignait l’UE ? 

Le chemin est encore très long, mais il est clair qu’un pays céréalier dont la superficie agricole est quatre fois supérieure à celle de l’Italie est une question cruciale. D’autant qu’en Ukraine, d’après nos tests, au moins seize produits sont utilisés qui sont interdits dans l’UE. Cela nous ramène au principe de l’égalité des conditions de concurrence. Bien sûr, les agriculteurs européens ne peuvent pas payer, il faut plus de fonds.

Avec les manifestations, vous demandez également plus d’argent de la PAC, mais ces dernières années, il a toujours diminué. Êtes-vous sûrs de pouvoir le faire ? 

Lors de la réunion avec le gouvernement italien, l’une des questions que nous avons soulevées était que les ressources de l’UE pour le secteur primaire ne devaient plus être réduites. En outre, j’affirme que la PAC ne peut être conçue sept ans avant la guerre froide et deux guerres. Les besoins changent.

Croyez-vous que la ville soit solidaire de la campagne ? 

Les consommateurs sont de notre côté. L’idéologie écologiste est une chose, mais les consommateurs savent que sans les exploitations agricoles, ils seront exposés à des perturbations hydrogéologiques et devront manger des fruits et légumes importés de loin et dont ils ne peuvent rien savoir. Cela n’a pas d’importance pour les écologistes dans les salons, mais cela en a pour ceux qui font leurs courses tous les matins. Il est grand temps de commencer à parler de ces questions avec compétence et en dehors des clichés.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *