mer. Fév 28th, 2024

Les ménages italiens ont été submergés par l’inflation qui, en 2022, a érodé non seulement les salaires et le pouvoir d’achat, mais aussi le patrimoine net, le limitant en termes réels de 12,5 % contre une baisse nominale de 1,7 %. Un phénomène global, lié précisément à la course aux prix, mais qui dans notre pays, traditionnellement voué à l’épargne et à la brique, a eu des effets plus marqués, comme le montrent les données de l’Institut national de la statistique. rapport « The Wealth of Institutional Sectors in Italy » publié par l’Istat et la Banque d’Italie. .

Fin 2022 valeur nette des ménages différence entre le patrimoine brut (actifs financiers et immobiliers) et le passif (dettes hypothécaires), s’élevait à plus de 10 000 milliards d’euros (10 421 pour être précis), soit 176 000 euros par ménage.  Le rapport entre la richesse nette et le revenu disponible brut est revenu aux niveaux de 2005, passant de 8,7 à 8,1 en un an. En résumé, le petit trésor sur lequel les Italiens peuvent compter perd de sa consistance, ce qui accroît l’incertitude quant à l’avenir, avec des conséquences négatives sur la consommation.

Alors que les actifs non financiers ont globalement résisté, augmentant de 2,1 %, principalement en raison de la hausse des prix de l’immobilier, qui n’ont jamais été aussi élevés depuis 2009, les actifs financiers se sont contractés de 5,2 %, principalement en raison de la baisse de la valeur des actions et des instruments d’épargne gérée. Après une décennie, les titres de créance détenus par les ménages, principalement émis par les administrations publiques, ont renoué avec la croissance, avec un bond de 9,4 %, tandis que la hausse des dépôts a été limitée, seulement 15 milliards contre 80 milliards en moyenne au cours des trois années précédentes. Le marché boursier a également perdu de son attrait, chutant après trois années de croissance. Les tendances négatives des marchés financiers, explique la note, ont conduit à une réduction de la valeur des actifs financiers, qui n’a été que partiellement compensée par des achats nets de nouveaux instruments financiers. Les ménages ont enregistré des moins-values, résultant principalement de la dépréciation de réserves d’assurance, de parts de fonds communs de placement, d’actions et de titres. La croissance des passifs financiers, c’est-à-dire des emprunts, a été de 2,8 % et est en fait attribuable à la composante des prêts. La brique reste l’actif refuge par excellence.

Lire aussi:  L'affaire. Biden : "Les dépôts sont sûrs". Mais la crise bancaire fait sombrer les marchés boursiers

Plus de la moitié du patrimoine brut des ménages (55,2 %) est composé d’actifs non financiers. et en particulier du logement, qui représente à lui seul 46,3 % du total, tandis que les autres actifs non financiers (terrains, voitures, etc.) ont une part résiduelle. Par rapport à 2021, la part des actifs réels a augmenté de près de deux points de pourcentage, marquant ainsi la plus forte hausse depuis 2009. Parmi les principaux instruments financiers, les actifs sous gestion représentent 15,2 % du patrimoine brut, suivis par les dépôts (14,3 %) et les actions (11,5 %). Le rapport de l’Istat et de la Banque d’Italie compare la situation italienne à celle d’autres économies avancées : la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne, les États-Unis et le Canada.  Un tableau sombre se dessine pour notre pays. La richesse nette des familles italiennes est la plus faible et celle qui a le plus baissé par rapport au revenu disponible brut, revenant aux niveaux d’il y a vingt ans. Mais ce qui est le plus inquiétant, c’est la comparaison avec le passé : les séries chronologiques de 2005 à 2022 montrent un appauvrissement progressif des Italiens par rapport aux autres. En 2008, les ménages italiens étaient les plus riches après ceux des États-Unis, puis entre 2016 et 2019, ils ont été dépassés par les autres  à l’exception de ceux d’Espagne, qui ont également amélioré leur situation économique de manière significative (de 113 000 € en 2012 à 167 000 € en 2021, le chiffre pour 2022 n’étant pas encore disponible).

Lire aussi:  Banque d'Italie. Baisse de la demande, les entreprises réduisent leurs attentes

En Italie, en revanche, la richesse est restée pratiquement stationnaire : de 160 000 euros de patrimoine net en 2008 à 176 000 en 2022. Une augmentation minime par rapport au coût de la vie, qui a augmenté de manière exponentielle, surtout ces dernières années. Au cours de la même période, pour ne citer que quelques exemples, les familles américaines et canadiennes ont presque triplé leur patrimoine, tandis que les familles françaises, allemandes et britanniques l’ont doublé pour atteindre plus de 200 000 euros.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *