mer. Fév 28th, 2024

L’Union européenne a besoin de grandes émissions d’obligations souveraines européennes communes et sûres. S’exprimant à Riga, à l’occasion d’une conférence internationale organisée pour commémorer les dix ans d’adhésion de la Lettonie à l’euro, le gouverneur de la Banque d’Italie, Fabio Panetta, fait entendre sa voix sur l’un des sujets les plus débattus en Europe, les « euro-obligations » (bien qu’il n’utilise pas cette expression). « L’euro, dit-il, peut jouer un rôle plus important sur le marché mondial s’il existe une intégration financière plus étroite au sein de l’Union monétaire. Les données montrent également que le degré d’intégration financière en Europe aujourd’hui est similaire à celui de 2003-2004. C’est certainement moins que les aspirations initiales de la Commission européenne ». Comment s’en sortir ? Pour le gouverneur, il y a deux facteurs clés.

« Le premier concerne l’absence d’une obligation souveraine sans risque émise au niveau européen ». Au contraire, explique M. Panetta, « la disponibilité d’une obligation européenne commune sans risque est nécessaire au développement des principales activités financières. Elle faciliterait la fixation des prix des produits financiers à risque, tels que les obligations d’entreprises et les produits dérivés, stimulant ainsi leur expansion ; elle mettrait à disposition une forme de garantie qui pourrait être utilisée dans chaque pays et dans tous les segments du marché, pour être utilisée comme garantie dans les activités des contreparties centrales et dans les échanges de liquidités interbancaires, même sur une base transfrontalière ; elle faciliterait la diversification des expositions des intermédiaires bancaires et non bancaires ; et elle constituerait la base des réserves internationales en euros détenues par les banques centrales étrangères ». Ainsi, « la disponibilité limitée de titres sans risque libellés en euros est la contrainte la plus importante pour le développement de l’Union des marchés de capitaux et donc pour le renforcement du rôle international de l’euro ».

Lire aussi:  L'étude. Argent, risques et CO2 : voici combien vous pouvez économiser en conduisant "bien

Pour Panetta, « les obligations émises dans le cadre du programme Next Generation EU (le programme post-covid éd.) constituent un premier pas positif dans cette direction. Mais les questions épisodiques ne suffisent pas à déterminer un tournant ». Le deuxième problème pour le banquier central est « l’incomplétude de l’union bancaire ».

Les obligations européennes communes, émises par la Commission européenne avec des garanties du budget de l’UE et/ou des États membres, existent depuis des années (bien qu’elles soient appelées obligations européennes et non euro-obligations), avec une catégorie de risque très faible. Elles sont utilisées, par exemple, pour le financement de l’Ukraine, le programme Sure d’assistance aux fonds d’intégration et le programme NextGeneration EU lui-même. Pour la période janvier-juin 2024, la Commission prévoit d’émettre pour 75 milliards d’euros d’obligations.

Cependant, nombreux sont ceux qui réclament des émissions beaucoup plus importantes pour financer les investissements urgents dans une Europe de plus en plus instable et agressive. La référence est précisément l’UE de nouvelle génération, qui a en fait marqué un tournant, tout d’abord en raison de deux innovations cruciales : la taille gigantesque sans précédent (environ 800 milliards). Et surtout, alors qu’en règle générale les obligations de l’UE sont émises pour fournir des prêts à rembourser, une partie du plan de relance concerne des subventions non remboursables. Les habituels « faucons » qui considèrent les dettes communes comme de la poudre aux yeux, comme l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Autriche et la Finlande, ont insisté sur le fait que le plan de relance était une opération unique. Pour l’instant, leur mur ne s’écroule pas.

Lire aussi:  Polygon en passe d'exploser : Achetez la crypto maintenant !

Ce qui est certain, c’est que beaucoup voient dans le plan de relance un modèle à réutiliser, comme les commissaires à l’économie Paolo Gentiloni et son collègue à l’intérieur Thierry Breton, par exemple pour soutenir (et subventionner) les industries dans des secteurs clés, de la haute technologie à la défense. Il y a quelques jours, lors du Forum économique mondial de Davos, c’est le président français Emmanuel Macron qui a appelé à la mise en place de titres européens communs. Nous avons besoin de plus d’investissements publics européens », a-t-il déclaré, « en osant peut-être utiliser à nouveau les « euro-obligations », comme dans l’UE de la prochaine génération ». M. Macron a cité les propositions d’obligations européennes communes spécifiquement destinées à la défense de l’UE lancées en décembre dernier par le Premier ministre estonien Kaja Kallas, bien que le président ait également élargi le discours à l’espace, à l’intelligence artificielle et aux puces électroniques. Le sujet est destiné à rester sur la table pendant encore longtemps.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *