mer. Juin 12th, 2024

Des incitations sont également accordées aux voitures d’occasion et les voitures Euro 5 sont incluses dans le programme de mise à la casse, mais uniquement pour les personnes à faibles revenus. En vue de moderniser efficacement le parc automobile italien voici enfin une mesure potentiellement très utile qui combine la nécessité de la mise à la casse des vieilles voitures qui ont un impact sur le climat  et les remplacer par des voitures plus jeunes, pas neuves mais beaucoup moins polluantes et surtout accessibles à une grande partie de la population puisque les voitures d’occasion plus récentes sont . C’est ce qu’a révélé Adolfo Urso, ministre de l’Entreprise et du Made in Italy, dans une interview exclusive qui sera publiée dans le prochain numéro de « Quattroruote », en kiosque le 2 février. Quelques jours avant la réunion avec les associations sectorielles au cours de laquelle la réforme sera illustrée, prévue le 1er février, Adolfo Urso explique que « le décret prévoit que les personnes physiques qui achètent, même en crédit-bail, des voitures d’occasion avec des émissions jusqu’à 160 g/km de CO2, avec un prix jusqu’à 25.000 euros, se verront reconnaître une contribution de 2.000 euros si, en même temps, une voiture jusqu’à Euro 4 est mise à la casse ». .

La date d’entrée en vigueur de la réforme n’est pas encore connue, car son contenu sera expliqué aux associations professionnelles le 1er février. Après la signature du Premier ministre, le décret devra ensuite passer l’examen de la Cour des comptes, une phase qui prendra quelques semaines, avant sa publication au Journal officiel. Dès lors, la réforme sera opérationnelle, même si quelques jours supplémentaires seront nécessaires pour s’adapter aux nouvelles fonctionnalités de la plateforme informatique grâce à laquelle les concessionnaires pourront matériellement comptabiliser la contribution. Il est donc probable qu’elle fasse ses débuts au mois de mars.

Les voitures Euro 5 peuvent également être mises à la casse.  En ce qui concerne l’extension du nombre de voitures pouvant être mises à la casse à la norme Euro 5, M. Urso précise que cette possibilité sera réservée à ceux dont l’Isee est inférieur à 30.000 euros et uniquement contre l’achat d’une voiture électrique ou rechargeable,  c’est-à-dire dont les émissions de CO2 ne dépassent pas 60 g/km. Dans l’interview, le ministre de l’économie précise également les contours de ce qui a été improprement appelé le « leasing social »,  expliquant qu’il s’agira d’une initiative expérimentale, à nouveau réservée aux personnes sans revenus élevés, prévoyant une période de location de deux ans. un accès subventionné à la location à long terme de voitures à faibles émissions « à un taux réduit » et sans acompte,  « subventionné par des ressources publiques ».

Bonus de 1.500 à 13.750 euros . Pour en revenir à la réforme, les nouvelles subventions iront d’un minimum de 1.500 euros pour les voitures dans la tranche d’émission 61-135 g/km – c’est-à-dire les voitures thermiques et hybrides principalement dans les segments A, B et C avec la mise au rebut obligatoire d’une voiture Euro 4 – à un maximum de 13.750 euros pour l’achat d’une voiture électrique par un acheteur avec un revenu Isee de moins de 30.000 euros et la mise au rebut d’une voiture Euro 0, 1 ou 2.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *