mer. Fév 28th, 2024

L’année 2024, après une année 2023 qui, dans la dernière partie de l’année, s’était terminée « avec de bons signaux surtout dans les services », s’est ouverte avec de nouveaux risques pour les flux commerciaux, en raison de la forte réduction des transits dans le canal de Suez due aux attaques du groupe houtiste yéménite. C’est ce que souligne le flash conjoncturel de janvier du Centre d’études Confindustria, qui souligne que les prix du gaz et du pétrole « n’ont pas été affectés jusqu’à présent, mais restent élevés » (en janvier, 31 euros/wh et 78 dollars/baril), tandis qu’à la fin de 2023, le PIB italien pourrait avoir été meilleur que prévu : les services et la construction ont redémarré, mais l’industrie reste faible. Hier encore, le bulletin de la Banque d’Italie indiquait que l’économie italienne stagne et que la reprise n’interviendra qu’au cours de l’année 2024, qui s’achèvera tout de même avec une croissance de 0,6 %, légèrement inférieure à celle de l’année dernière (+0,7 %).

Sur le front de l’inflation, Confindustria souligne qu’en Italie, l’inflation a de nouveau baissé en décembre (+0,6 % par an, contre +0,7 %), mais qu’elle a augmenté en Allemagne (+3,8 % contre +2,3 %) et en France (+4,1 % contre +3,9 %), à tel point que dans la moyenne de la zone euro, elle est passée à +2,9 % (contre +2,4 %). L’écart s’explique principalement par les trajectoires différentes des prix de l’énergie, qui baissent désormais beaucoup plus en Italie (-24,7 %) qu’en Europe (-6,7 %), en raison d’un « effet de base » défavorable en Allemagne (où le gouvernement les avait fortement réduits en décembre 2022). Les prix de base des biens et services ont également été pris en compte. Ils ont poursuivi leur ralentissement partout, mais en Italie, ils sont déjà revenus à un peu moins de +3%, tandis que dans la zone, ils ont maintenu un rythme plus élevé (+3,4%).

En ce qui concerne le marché obligataire et la politique monétaire, les taux souverains – poursuit Confindustria – n’ont pas été affectés par les réformes concernant l’Europe (accord sur le Pacte de Stabilité, non-ratification du Mes) : le Btp italien en janvier est stable à 3,63%, le Bund à 2,14% ; le spread reste à 149 points. Ceci reflète les attentes à la baisse sur les taux des banques centrales : les marchés s’attendent à ce que le taux de la Fed reste ferme à la fin du mois de janvier (5,50 %) et à une première baisse en mars ; dans la zone euro, ils s’attendent également à ce que les taux de la BCE restent fermes ce mois-ci (4,50 %) et à une baisse en mars-avril. La récente hausse de l’inflation n’a donc pas entamé l’optimisme des marchés, mais elle pourrait freiner les mouvements de la BCE. Il n’en reste pas moins qu’en novembre, le coût du crédit pour les entreprises italiennes a encore augmenté (5,59% en moyenne). En revanche, pour le deuxième mois, la baisse des crédits s’est atténuée (-4,8% par an, après un plus bas de -6,7% en septembre), même si le crédit reste un facteur de freinage de la consommation et des investissements.

Lire aussi:  Initiative. Travail pendant le fonds de licenciement

Chapitre Travail, qui confirme la dynamique positive avec +450 mille employés en novembre depuis fin 2022. La croissance d’octobre-novembre (+122 mille) est entièrement imputable aux travailleurs permanents (+0,9%, +143 mille) ; les CDD (-0,3%) et les indépendants (-0,3%) ont reculé. Les services sont également en hausse : en octobre et novembre, le Rtt (Csc-TeamSystem) indique une reprise de l’activité et en décembre, selon le PMI Hcob, le repli est presque annulé (49,8, contre 49,5), un chiffre cohérent avec le fort rebond de la confiance des entreprises en fin d’année, en particulier dans le tourisme. L’industrie, en revanche, a subi une « forte baisse », la production diminuant à nouveau fortement en novembre (-1,5 % ; -3,1 % en tendance) ; la hausse du chiffre d’affaires signalée par la Rtt s’explique par un important déstockage. Au quatrième trimestre, la variation acquise de la production est de -1,1%. La légère hausse de l’indice Hcob Pmi (45,3 contre 44,4) laisse présager une amélioration en décembre, mais la confiance des entreprises a poursuivi sa tendance à la baisse. Début 2024, le « blocus » de Suez (s’il se prolonge) pourrait aggraver le scénario.

Hier, la Banque d’Italie prévoyait dans son bulletin une croissance de 0,6% pour l’économie italienne en 2024, avec des taux d’intérêt toujours élevés (une baisse n’est attendue qu’à l’été), la fin du superbonus et des tensions internationales qui limiteraient les effets positifs de la baisse de l’inflation. Parmi les ombres et les lumières du document, le chapitre sur les ménages souligne qu’ils bénéficient du ralentissement plus important que prévu des prix (et donc de la croissance des revenus) de la croissance de l’emploi et de la capacité d’épargne, mais commencent à craindre pour l’avenir, avec une baisse de la confiance et de la consommation dans la dernière partie de l’année 2023. Dans les mois à venir, la hausse des salaires déjà observée l’année dernière va « s’accentuer », grâce aux renouvellements de contrats attendus, mais les entreprises devraient, grâce à leurs bons bénéfices, pouvoir faire face.

Lire aussi:  Classements. Les entreprises qui excellent également dans le recrutement

En revanche, les investissements, élément décisif pour une croissance durable et soutenable, seront faibles, également en raison des coûts de financement. Et notre pays est sous le coup d’un nuage qui le différencie des autres partenaires européens. Après l’invasion russe de l’Ukraine l’année dernière, qui a contribué aux tensions sur les prix de l’énergie, voilà que les attaques des rebelles houthis du Yémen contre les navires transitant par la mer Rouge sont particulièrement insidieuses pour les importations de notre pays et ses ports sur la Méditerranée.

Dans le focus consacré au sujet, la Banque d’Italie note que le transport maritime dans ces eaux représente près de 16% des importations italiennes de marchandises en valeur. Une grande partie des achats de marchandises en provenance de Chine (deuxième marché d’approvisionnement de notre pays après l’Allemagne), d’autres économies d’Asie de l’Est et des pays du golfe Persique exportant des matières premières énergétiques ainsi que du pétrole brut et raffiné et pour ceux des produits d’ingénierie, passe par cette voie. Un tiers des importations italiennes dans le secteur de la mode passe également par là. Heureusement, nos exportations, qui sont en hausse, choisissent d’autres voies : seules 7 % passent par le canal de Suez et la mer Rouge.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *