mer. Fév 28th, 2024

D’ici 2022, les dépenses de soins en Italie auront atteint 157 milliards d’euros et, en s’appuyant sur la fiscalité générale, elles auront augmenté de 126 % en dix ans. Le nombre de retraités bénéficiant d’une assistance totale ou partielle, qui s’élève à 6,55 millions, soit 40,61 % de l’ensemble des bénéficiaires de prestations de retraite, alimente également la ruée vers les dépenses. C’est ce qui ressort du dernier rapport sur l’équilibre du système de sécurité sociale établi par le Centre d’études et de recherches. Itinerari previdenziali, sous la direction de l’ancien sous-secrétaire au travail Alberto Brambilla qui a été présenté hier à la Chambre des députés et dans lequel l’attention est à nouveau attirée sur la nécessité de séparer la sécurité sociale et l’assistance, en contenant davantage cette dernière. Le rapport montre que le système de sécurité sociale résiste fondamentalement, comme en témoigne l’amélioration du ratio actifs/retraités, qui s’établit à 1,4443, loin de ce qui est considéré comme le seuil de sécurité (1,5). Il s’agit d’un système qui a vocation à se maintenir dans le futur immédiat « et aussi dans 10-15 ans », à condition, souligne Brambilla, que dans un pays vieillissant « des choix prudents soient faits en matière de politiques actives d’emploi, d’âge de la retraite et d’avances ». Dans ce dernier cas, les trop nombreuses voies de sortie avant les limites d’âge doivent être réduites. Selon M. Brambilla, l’Italie doit prendre conscience qu’elle est « confrontée à la plus grande transition démographique de tous les temps ». Un élément souligné dans son message vidéo par le président de la Chambre des députés Lorenzo Fontana : « La baisse progressive de la natalité est un problème de plus en plus grave en raison de ses inévitables conséquences sociales et économiques. Il mérite lui aussi une réflexion approfondie pour en examiner les raisons et identifier les remèdes possibles ». Le président de Itinerari previdenziali, pour sa part, souhaite que « les forces politiques puissent trouver un « pacte de non-belligérance » en faveur d’une révision juste et durable du système qui tienne compte de l’augmentation constante de l’espérance de vie ». Un pacte qui vise à relever progressivement l’âge de la retraite et à intervenir sur les trop nombreuses filières de préretraite. En particulier, pour M. Brambilla, les « nombreuses formes de préretraite devraient être « limitées à quelques outils efficaces, tels que les fonds de licenciement, l’isopension et les contrats de solidarité, mais en ramenant l’avance à un maximum de cinq ans », et « l’ancienneté de cotisation devrait être bloquée à 42 ans et dix mois pour les hommes et à 41 ans et dix mois pour les femmes », avec des réductions pour les mères et les enfants précoces, avec des réductions pour les mères et les femmes précoces – comme prévu par la réforme Dini – et des superbonus pour ceux qui choisissent de rester au travail jusqu’à l’âge de 71 ans » et les règles de retraite (injustes) des cotisants purs devraient être « égalisées avec celles des autres travailleurs ». Le rapport note également une augmentation du nombre de retraités : il y aura 16 131 414 bénéficiaires de chèques de pension en 2022, contre 16 098 748 en 2021 et 16 004 503 en 2018, année au cours de laquelle le chiffre le plus bas a été atteint. Cette augmentation peut être attribuée, nonobstant les nombreuses annulations de prestations versées depuis 35 ans ou plus, aux multiples voies de sortie en dérogation au Fornero introduites à partir de 2014 et culminant ces dernières années avec l’approbation d’abord du Quota 100 en 2019 et, ensuite, du Quota 102. D’après Walter Rizzetto,  président de la commission du travail de la Chambre des députés, « il faut répondre à des questions particulièrement importantes concernant la flexibilité dans la sortie de plusieurs catégories dites usuraires. En outre, la sécurité sociale complémentaire doit être renforcée ».

Lire aussi:  Développement durable. Mercedes ouvre ses premières stations de recharge électrique

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *