ven. Fév 23rd, 2024

Après 25 ans, la libéralisation du marché du gaz en Italie est achevée. Le marché protégé, où les tarifs étaient fixés par l’État, est terminé : 3,5 millions d’utilisateurs ont été automatiquement transférés sur le marché libre. Le tarif public sur le méthane ne subsiste que pour 2,5 millions d’usagers considérés comme « vulnérables », c’est-à-dire pauvres, malades, âgés et vivant dans des zones défavorisées.

Après le passage au marché libre le 10 janvier, que va-t-il se passer maintenant ?  La crainte des associations de consommateurs est liée à une éventuelle hausse des prix : « Sur le marché libre du gaz, dénoncent-elles, les conditions pour les usagers sont moins bonnes que sur le marché protégé. Il est vrai, d’une part, que le retour au taux de 22 % sur le gaz en 2024 entraîne une augmentation des dépenses de 13 % pour la famille type, qui consomme 1 400 mètres cubes par an. Mais d’autre part, il faut rappeler que le prix du gaz pour 2024 a été revu à la baisse et devrait se situer autour de 40 centimes par mètre cube, comme en juillet 2021, avant la crise énergétique.

Ce qui a changé avec la fin du marché protégé 
La date limite est fixée au 10 janvier 2024 pour le gaz. Toutefois, il n’y aura pas d’interruption de fourniture pour ceux qui ne passeront pas au marché libre : ceux qui n’ont pas encore migré vers le marché protégé à la fin de la protection seront provisoirement affectés au service de protection graduelle. Des enchères ont également été organisées pour identifier les fournisseurs d’électricité pour les utilisateurs du marché protégé qui n’auront pas choisi un opérateur du marché libre au 1er juillet. Les gagnants seront annoncés le 6 février.

Que se passe-t-il pour les utilisateurs non vulnérables qui n’ont pas choisi une offre de gaz sur le marché libre ? 
Les utilisateurs de méthane sur le marché protégé restent au nombre de 6 millions, sur un total de 20 millions. Sur ces 6 millions, 2,5 millions sont considérés comme « vulnérables » et restent sous protection. Les 3,5 millions restants ont été automatiquement transférés à la compagnie d’énergie privée qui leur fournissait déjà du gaz dans le cadre du régime de protection, et se sont vu attribuer un tarif, le « Placet », en dérogation aux conditions économiques et contractuelles définies par Arera, l’autorité publique de l’énergie, mais avec une composante fixe (Pfix) définie par la compagnie d’énergie privée qui fournit le gaz.
Le site spécialisé Switcho.it précise toutefois que ce tarif Placet est variable, puisqu’il est lié à la cotation du méthane sur la bourse italienne Psv. En ce moment, le prix du gaz est bas, environ 30 euros par mégawattheure, mais le marché est très volatile.

Lire aussi:  Entreprises. Médicaments contre l'obésité : Novo Nordisk est la société la mieux notée en Europe

Ce qui change entre les offres 
Nous considérons la facture comme une dépense unique, mais en réalité la facture bimestrielle d’électricité et de gaz contient différents postes de dépenses, dont les 90 euros de la redevance RAI.
Les coûts qui concernent spécifiquement l’énergie sont : l’énergie ou le gaz naturel, les frais de transport et de compteur, les frais de système et les taxes.
Parmi ces coûts, il n’y en a qu’un seul qui peut changer en choisissant une offre différente : l’énergie ou le gaz naturel. En temps « normal », disons il y a quelques années, pour un client sur le marché de la « plus grande protection », l’énergie représentait 46 % de la facture moyenne d’électricité, le gaz 36 %. Aujourd’hui, la situation a changé. Au cours du trimestre actuel, pour un client du marché protégé, la « matière énergétique » représente 63,5 % de la facture d’électricité et la « matière gazière » 53,3 % de la facture de gaz.

Il est important de savoir que c’est principalement sur ce poste de dépenses que, sur le marché libre, une offre diffère d’une autre.
L’autre grande différence se situe au niveau des frais fixes, souvent appelés prix de détail. Dans le marché protégé, le « forfait » est actuellement de 63,36 euros par an pour le gaz et de 58,40 euros pour l’électricité.

Comment choisir l’offre la moins chère ? 
Avant-propos : il n’existe pas d’offre d’électricité ou de gaz naturel moins chère, cela dépend des besoins et des habitudes de chacun. La première chose à faire est donc d’analyser sa consommation. Pour ce faire, on peut se baser sur la dernière facture reçue : les opérateurs sont tenus d’indiquer sur la facture la « consommation annuelle » d’électricité ou de gaz naturel du client (si la fourniture est active depuis moins d’un an ou si aucune information précise n’est disponible, une estimation est indiquée sur la facture).
Pour le gaz naturel, l’indication du prix de la consommation annuelle montre combien de mètres cubes de gaz ont été consommés en un an (un client moyen consomme 1.400 mètres cubes).

Pour l’électricité, le chiffre de consommation est divisé en trois tranches :
– F1, qui fonctionne de 8 heures à 19 heures du lundi au vendredi (55 heures dans une semaine normale, sans les jours fériés)
– F2, qui fonctionne de 7 à 8 heures et de 19 à 23 heures du lundi au vendredi et de 7 à 23 heures le samedi (41 heures).
– F3, qui fonctionne de 23 heures à minuit et de minuit à 7 heures du lundi au samedi et comprend toutes les heures du dimanche et des jours fériés (72 heures).
Connaître sa consommation par tranche est important car le prix de gros de l’électricité évolue au cours de la journée en fonction de la consommation : il est plus cher en F1 et F2 et moins cher en F3. En octobre, par exemple, le prix de gros moyen de l’électricité en Italie était de 14,56 centimes d’euro par kilowattheure en F1, de 14,86 centimes d’euro par kWh en F2 et de 11,91 centimes d’euro par kWh en F3.

Lire aussi:  Marché. Rouler sans se ruiner : voici ce que vous pouvez acheter pour moins de 20 000 euros

Les fournisseurs d’électricité proposent généralement des offres mono-horaires, avec un prix fixe pour toutes les heures de la semaine, et des offres bioréactives, avec un prix différent pour les 55 heures de la tranche 1 et pour les 113 heures des tranches 2 et 3. En fonction de la répartition de la consommation sur la semaine, une offre peut être plus avantageuse qu’une autre.
Pour évaluer les offres en fonction du coût de l’électricité, il convient donc de multiplier les kWh de consommation annuelle dans les différentes tranches par le prix proposé : avec cette opération assez simple, vous obtiendrez la dépense possible pour une année. La même opération peut être faite pour le gaz naturel.
Le « forfait » proposé par l’opérateur doit être ajouté au total.

Mieux vaut un prix fixe ou un prix variable ? 
Impossible à dire à l’avance. Cela dépend avant tout de la volonté de s’exposer aux variations de prix et de la valeur que l’on accorde à la tranquillité d’esprit de savoir que le coût de l’électricité consommée ne changera pas.
D’une manière générale, il est bien sûr préférable de choisir un prix fixe lorsque le coût du mètre cube de gaz ou du kWh d’électricité est particulièrement bas par rapport aux moyennes de ces dernières années, et de rester sur le variable lorsque les prix sont plus élevés et risquent de baisser. Cependant, nous sortons d’années où la volatilité des tarifs a été folle, et il est donc très difficile de faire des estimations sur l’avenir proche.

Quelles sont les autres différences ?
 De nombreuses offres proposent également des avantages qui ne sont pas liés à la fourniture d’énergie : des réductions sur la télévision à péage au haut débit, en passant par divers gadgets ou cadeaux gratuits. C’est au client d’évaluer dans quelle mesure ces offres supplémentaires peuvent lui être utiles dans le cadre de son budget global. Mais en général, tout ce qui est « extra » risque de détourner l’attention des dépenses d’électricité et de gaz qui, dans le budget d’une famille moyenne, pèsent un peu moins de 2 000 euros par an. Chaque opérateur doit mettre à la disposition du client une « fiche de confort » qui offre, en un coup d’œil, les données essentielles de chaque offre. C’est sur cette fiche qu’il faut, dans la mesure du possible, baser ses choix.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *