ven. Juin 14th, 2024

La transition énergétique se déroule à un rythme soutenu, mais n’a pas encore atteint sa vitesse maximale. La stratégie mondiale de décarbonisation commence à donner des résultats qui étaient impensables il y a quelques années. En 2023, la production d’énergie propre a augmenté de 50 % par rapport à l’année précédente, atteignant près de 510 gigawatts. . L’horizon identifié par le COP28 est toutefois ambitieux : il s’agit de tripler la capacité mondiale.  Un objectif à portée de main, mais qui passe nécessairement par une plus grande implication des pays en développement, qui ont pris du retard sur la question énergétique. C’est ce qu’affirme leAIE, l’Agence internationale de l’énergie fondée par l’OCDE, dans la dernière édition de son rapport annuel sur le secteur des « renouvelables ». « qui intervient un mois après l’engagement signé à Dubaï par 130 gouvernements nationaux, dont l’Union européenne. Dans les cinq prochaines années, souligne l’AIE, on produira plus d’énergie propre qu’au cours du siècle dernier, depuis la construction de la première centrale verte.

2023 a été une année record.  Le secteur des énergies renouvelables a été tiré par l’énergie solaire photovoltaïque, qui a représenté à elle seule les trois quarts de l’augmentation de la capacité générée. La croissance la plus importante a eu lieu en Chine, le seul marché où l’énergie éolienne a également fonctionné, mais l’Europe, les États-Unis et le Brésil ont également atteint des niveaux record.

Prévisions pour l’avenir  sont bonnes, mais pas extraordinaires. Le rapport prévoit, « à conditions politiques et de marché inchangées », une augmentation de la capacité mondiale à 7 300 GW au cours de la période 2023-28, la Chine étant une fois de plus en tête de classe avec 60 % de la nouvelle production. L’énergie solaire photovoltaïque et l’énergie éolienne représenteront 95 % de l’expansion, les énergies renouvelables dépassant le charbon et devenant la principale source de production d’électricité dès le début de l’année prochaine. En 2028, les sources d’énergie renouvelables représenteront plus de 42 % de la production mondiale d’électricité,  la part de l’énergie éolienne et de l’énergie solaire photovoltaïque ayant doublé pour atteindre 25 %. Mais malgré une croissance sans précédent, celle de l’année dernière et celle estimée pour les cinq prochaines années, le monde devra faire plus pour tripler la capacité d’ici 2030 et atteindre l’objectif de 11 000 GW fixé à Dubaï. Les gouvernements disposent des outils nécessaires pour combler le fossé », a déclaré avec optimisme le président de la Commission européenne. par Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE.  qui a expliqué comment l’énergie éolienne terrestre et l’énergie solaire photovoltaïque sont désormais moins chères que les anciennes et les nouvelles centrales à combustibles fossiles.

Focus sur les pays en développement.  Il reste encore des obstacles majeurs à surmonter, notamment l’environnement macroéconomique mondial difficile », a souligné M. Birol. Pour moi, le défi le plus important pour la communauté internationale est l’augmentation rapide du financement et du déploiement des énergies renouvelables dans la plupart des économies émergentes et en développement, dont beaucoup sont laissées pour compte dans la nouvelle économie de l’énergie. « . L’AIE a précisément inclus la question de l’augmentation du financement des économies émergentes parmi les cinq macro-questions à analyser en 2024. « Nous suivrons cela de très près pour voir si les pays tiennent leurs promesses et mettent en œuvre des politiques appropriées », a conclu M. Birol.

Croissance du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord . L’expansion des énergies renouvelables commence à s’accélérer au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, principalement grâce à des incitations politiques, tandis que l’Afrique subsaharienne continue à sous-performer son potentiel. Le rapport souligne la nécessité d’une mise en œuvre plus rapide et plus généralisée de politiques ciblées, actuellement absentes dans de nombreux pays, qui permettraient d’augmenter la production de 21 % par rapport aux prévisions « standard ». L’AIE prévoit que le déploiement de l’énergie solaire photovoltaïque et de l’énergie éolienne terrestre d’ici 2028 doublera aux États-Unis, dans l’Union européenne, en Inde et au Brésil par rapport aux cinq dernières années. Les prix des installations ont chuté de près de 50 %  par rapport à l’année dernière, et la tendance devrait se poursuivre. En revanche, l’industrie de l’énergie éolienne (en dehors de la Chine) est en difficulté en raison des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, des coûts plus élevés et des longs délais d’obtention des permis.

L’hydrogène et les biocarburants sur la touche.  Enfin, le rapport met l’accent sur l’hydrogène et indique que seuls 7 % des projets annoncés dans le monde au cours de la dernière décennie seront opérationnels d’ici 2030. La production de biocarburants est également à la traîne, alors qu’elle commencera à montrer son véritable potentiel dans des secteurs où la décarbonisation est difficile, comme l’aviation, et remplacera des carburants très polluants comme le diesel. Les économies émergentes, menées par le Brésil et l’Inde, représenteront 70 % de la demande mondiale au cours des cinq prochaines années.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *