mer. Fév 28th, 2024

Tout commence par un paradoxe : le 2024 de l’automobile Malgré les 570 millions d’euros déjà alloués en avril 2022 et disponibles pendant dix jours, la Commission européenne n’a pas été en mesure d’assurer la mise en œuvre de ce programme. prime à l’achat de voitures écologiques  n’a pas encore commencé. Il manque la formalité bureaucratique d’un décret autorisant l’ouverture de la plateforme en ligne sur laquelle les concessionnaires peuvent réserver des réductions pour leurs clients. Résultat : des milliers de commandes déjà conclues sont gelées car ceux qui achètent attendent manifestement de profiter du bonus.

La raison de cette impasse est la décision de la Commission européenne. Ministère de l’Entreprise et du Made in Italy  qui a annoncé sa volonté de remodeler les incitations de manière conviviale . Une clarification est attendue le 1er février, après une série de réunions au ministère pour discuter du plan de soutien au marché et à la chaîne d’approvisionnement automobile italienne. Le climat actuel de flou, cependant, mécontente tout le monde : les annonces concernant de nouvelles incitations, selon les syndicats du secteur et les associations telles que l’Unrae, conduisent à une véritable paralysie du marché. « Il n’est pas bon de parler d’incitations avant qu’elles ne soient effectives. Cette annonce va bloquer les consommateurs jusqu’à ce qu’ils voient le Dpcm », a expliqué Ferdinando Uliano, secrétaire national de la Fim Cisl, en demandant au gouvernement de « procéder rapidement ».

Le ministre Urso a annoncé en décembre que les « nouvelles » contributions  iront d’un minimum de 1.500 euros (pour les voitures dans la tranche de 61135 g/km de CO2 avec mise à la casse d’une voiture Euro 4) à un maximum de 13.750 (pour les voitures dans la tranche de 0-20 g/km de CO2 avec mise à la casse d’une voiture jusqu’à Euro 2 et revenu Isee de moins de 30.000 euros). En outre, les 570 millions de fonds disponibles devraient être renforcés par les quelque 297 millions avancés en 2023. Une autre nouveauté devrait concerner l’ouverture des incitations également aux sociétés de location, grandes absentes l’année dernière. D’autre part, le plafond des dépenses pour accéder aux primes devrait être confirmé, qui était de 42 700 euros pour les voitures de première et troisième catégorie et de 54 900 euros pour les voitures de deuxième catégorie. Selon le ministre, « la modulation des plafonds de prix permettra de soutenir en particulier la production italienne : en 2022, seuls 19 à 20 % des incitations ont été accordées à des modèles produits en Italie ».

Lire aussi:  Moteurs. La Norvège tente de supprimer les aides aux voitures électriques

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *