ven. Juin 14th, 2024

Fermeture à toute proposition ou médiation. Au terme de longues heures de négociations entre les syndicats, le Ministère de l’Entreprise et du Made in Italy et les délégués de Wartsila , l’industrie historique des moteurs de bateaux, l’accord constructif attendu par la ville de Trieste pour son industrie la plus en difficulté n’a pas été trouvé au centre d’une mobilisation qui dure depuis des mois et qui concerne absolument tout le monde. Ni la synthèse tant attendue entre les attentes des 300 travailleurs et les disponibilités très limitées de la multinationale finlandaise, ni un premier accord sur la prolongation des amortisseurs sociaux, qui expirait le 31 décembre, n’ont pu faire l’objet d’un accord partagé.

Un accord était nécessaire comme condition préalable au lancement du processus de réindustrialisation, qui prévoit notamment qu’Ansaldo interagisse avec Mitsubishi dans le cadre de nouveaux programmes de développement, bien que distincts. Au cœur de la longue discussion, qui a parfois frôlé la rupture, la recherche d’un compromis entre les positions : les travailleurs et les syndicats demandaient au moins six mois de contrats de solidarité, jusqu’en juin, en échange de quoi les Finlandais exigeaient des garanties de désengagement à partir de juillet, avec un rabais de deux mois par rapport aux huit prévus dans la procédure préparatoire au licenciement. Et ce n’est pas tout, Wartsila n’a pas l’intention de prendre en charge les salaires des 300 employés licenciés une fois la procédure entamée par le biais de nouveaux amortisseurs sociaux .

Les Institutions, avec la Région également très active à la table des négociations, font pression pour la prolongation des contrats de solidarité afin d’avoir le temps de finaliser l’accord de programme avec Ansaldo Energia, qui est intéressé par la production d’usines pour obtenir de l’énergie à partir de l’hydrogène vert, peut-être en collaboration avec le Japonais Mitsubishi. Le conflit portait notamment sur la demande de Wartsila de transférer certaines machines de l’usine de Bagnoli della Rosandra. Les travailleurs, pour leur part, ont exprimé des doutes quant au long délai de l’opération Ansaldo.

Ces derniers jours, Confindustria Alto Adriatico est intervenue pour les rassurer sur le plan industriel, admettant que le délai est long, mais que « les étapes sont concrètes » et précisant qu’Ansaldo Energia elle-même a assuré au ministère que les discussions avec Mitsubishi sont toujours actives.

« Nous regrettons d’avoir accordé du crédit à une entreprise qui, dès le début, a agi de manière mécontente, et nous sommes amers parce qu’il n’y a pas plus de 10 jours, des fonds supplémentaires ont été demandés au ministère, sachant pertinemment qu’un accord ne serait pas conclu aujourd’hui. La non-signature est donc un acte malveillant » a commenté la conseillère régionale pour l’emploi Alessia Rosolen à l’issue de la réunion qui s’est tenue à Rome au siège du ministère de l’Entreprise et du Made in Italy et au cours de laquelle un accord a été recherché avec l’entreprise finlandaise sur des contrats de solidarité pour les 300 travailleurs de Wartsila.

A la fin de la soirée, Rosolen s’est dit « étonnée » du crédit accordé à Wartisla, une entreprise qui a menti au ministre au début de la procédure. Malgré ce « mauvais départ » et après les décisions des juges, et malgré cette action perturbatrice, nous avons toujours cherché le dialogue ». Je suis amer, ajoute le conseiller régional, car tout le mois dernier a été une succession d’étapes surréalistes. Il ne faut pas oublier que le 28 décembre, il n’y a pas plus de 10 jours, Wartsila a demandé des fonds supplémentaires au ministère.« .

À ce stade, il est probable que la multinationale finlandaise décidera d’engager la procédure prévue par la loi 234, ce qui entraînerait le licenciement de 300 employés en huit mois environ. Entre-temps, il convient de rappeler que Les travailleurs de Wartsila et les employés qui n’ont pas été couverts depuis le 1er janvier.  L’évêque de Trieste, Monseigneur Enrico Trevisi, a également exprimé à plusieurs reprises son inquiétude à ce sujet.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *