sam. Fév 24th, 2024

Monsieur le Secrétaire Luigi Sbarra, pourquoi la Cisl s’oppose-t-elle à l’annonce faite par le Premier ministre Meloni de poursuivre la privatisation de Poste e Fs, tout en maintenant le contrôle dans les mains du secteur public ? 

Nous nous opposons à une saison de ventes publiques qui, dans les années 1990, a déjà causé des dommages irréversibles à notre économie. actifs actifs stratégiques. Je pense au secteur des télécommunications ou à l’agro-industrie. S’il s’agit de vendre davantage d’actions de la Poste ou d’autres entreprises publiques, la CISL s’y opposera.

In quoi ? 

Avant toute décision, il faut ouvrir un espace de discussion entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Il ne s’agit pas seulement de savoir « combien demander » pour les bijoux de famille, mais aussi le rôle que l’Etat veut jouer dans l’avenir industriel et économique du pays. Plus que de privatiser, il faut laisser les travailleurs participer à la gestion de leurs entreprises.

Jusqu’à présent, les privatisations effectuées dans ces entreprises n’ont pas été couronnées de succès ?  

Il s’agit d’un processus qui n’est pas exempt de contradictions et qui a en fait freiné leur développement et les investissements. D’importantes entreprises publiques ont été mises sur le marché sans aucune conception sérieuse de la démocratie économique et sans introduire de conditionnalité dans le processus de privatisation. gouvernancealors qu’il aurait fallu déplacer le centre de gravité de la souveraineté décisionnelle du capital vers le travail. Tel est le sens de notre projet de loi de participation pour lequel nous avons recueilli des centaines de milliers de signatures. Nous espérons qu’il sera bientôt approuvé bipartisan.

Le Premier ministre a déclaré à la presse qu’il voulait confirmer la réduction du coin fiscal en 2025 en agissant du côté des réductions de dépenses. En réalité, la confirmation pour cette année s’est faite en augmentant le déficit. Y a-t-il lieu de s’inquiéter ? 

La meilleure façon de récupérer des ressources est de stimuler la croissance en débloquant l’investissement et en procédant à une redistribution. Si la voie choisie est aussi celle des coupes, il convient d’établir une cartographie avec les syndicats. Il y a des milliards de fonds déboursés et distribués au hasard.

Exactement. Ne peut-on pas les réduire ? 

Nous devons évaluer ensemble la remodulation de ces dépenses, afin d’obtenir des dotations pour soutenir les travailleurs, les retraités et les entreprises socialement responsables, qui appliquent les contrats, font de la négociation décentralisée, exercent la participation. Des ressources peuvent également être prélevées en introduisant une contribution de solidarité à étendre aux multinationales de la logistique et de l’économie numérique, aux géants pharmaceutiques. Il faut augmenter le prélèvement sur les grandes rentes immobilières et financières. Et engager une lutte implacable contre la fraude et l’évasion, qui volent près de 90 milliards. En matière de fiscalité, outre la confirmation structurelle de la baisse du coin par la baisse des premiers taux de l’Irpef, il faut encore relever la  » zone de non imposition « .

Lire aussi:  Technologie. Le désir de profit l'emporte sur le dilemme éthique. So Altman devient PDG d'OpenAI

Êtes-vous satisfait de ce qui a été fait en matière de contrats ? 

Nous avons renouvelé des contrats importants, mais en 2024, nous devons faire plus. Il y a 31 contrats en attente de renouvellement. Parmi les secteurs les plus concernés : la santé, l’école et l’emploi public général. Ensuite, dans le secteur privé, le tertiaire, le commerce et les services, qui emploient près de 2,5 millions de travailleurs, le tourisme, la métallurgie, l’industrie et la coopération alimentaire, pour environ 300 000 salariés. Dans l’artisanat, encore 9 contrats, pour un total de plus d’un million de salariés. Si les salaires n’augmentent pas, c’est parce que dans de nombreux secteurs, les contrats n’ont pas été renouvelés depuis très longtemps. Le deuxième niveau et les formes de participation doivent être développés en promouvant l’innovation contractuelle et la responsabilité sociale des entreprises avec le soutien des pouvoirs publics.

Craignez-vous les effets de la réforme du pacte de stabilité de l’UE ?  

C’est une médiation douloureuse, à la baisse par rapport à la proposition initiale de la Commission, et qui recèle pas mal d’écueils. Nous avons un ralentissement inquiétant du PIB. Un tableau qui appelle des contre-mesures massives et qui doit être géré en étant conscient qu’il ne sera plus possible d’intervenir sur le levier du déficit. Nous devons nous concentrer sur la croissance et concentrer les ressources sur les nœuds qui freinent l’investissement, la réforme et la cohésion depuis un certain temps.

La Cisl continue d’invoquer un nouveau pacte social. En réalité, aucun signal n’émane du gouvernement.  

Lire aussi:  CES 2024. Volkswagen la dévoile par surprise : voici à quoi ressemblera la nouvelle Golf GTI

La volonté du président Meloni de mettre une main organique sur les règles de la sécurité sociale est appréciable, à commencer par la construction d’une pension de garantie pour les jeunes, comme le demande la Cisl. Nous sommes prêts à rencontrer le gouvernement demain matin également, avec nos propositions. Mais il faut élargir cette méthode. Le gouvernement ne peut pas laisser passer cette occasion s’il veut retrouver les chemins de la croissance.

Quels sont les principaux points de votre agenda ? 

Il faut relancer le pouvoir d’achat et défendre l’épargne des travailleurs et des retraités. Nous devons investir dans la santé et l’éducation. Il faut donner de la stabilité et de la qualité au travail – la flexibilité doit coûter plus cher – et relancer les politiques actives. Il faut accélérer les investissements en renforçant la gouvernance gouvernance participative du PNR à partir des territoires, tout comme il faut augmenter les ressources contre la pauvreté et pour la non-autosuffisance. Nous devons donner suite aux engagements pris pour élaborer une stratégie nationale de sécurité sur tous les lieux de travail et approfondir la table de la sécurité sociale afin d’introduire de fortes doses de flexibilité et d’inclusivité, dans le but de surmonter définitivement la « loi Fornero ».

Une rumeur a circulé selon laquelle Forza Italia vous aurait proposé de vous présenter aux élections européennes. Dans quelle mesure cette rumeur est-elle vraie ?  

J’ai également lu, stupéfait, cette hypothèse totalement fantaisiste. Mon engagement est de rester à la tête de la Cisl, auprès des travailleurs et des pensionnés, pour gagner des résultats. Allons de l’avant pour que cette année 2024 soit vraiment le tournant, sans se laisser distraire par des histoires créatives.

Comment voyez-vous 2024 et quel cadeau aimeriez-vous recevoir de cette année ?  

Ce sera une année compliquée. Nous devons tous ramer dans la même direction et transformer la poussée de changement de l’époque en progrès, en croissance et en réalisations sociales. Je serais très heureux si l’article 46 de la Constitution était pleinement mis en œuvre, avec la pleine reconnaissance du droit des travailleurs à participer en tant que protagonistes à la vie, aux bénéfices et aux décisions de leur entreprise.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *