dim. Juin 23rd, 2024

Grâce notamment à la baisse des prix de l’énergie sur les marchés internationaux par rapport à 2022, les prix alimentaires mondiaux diminueront de 13,7 % en 2023, avec notamment une baisse des huiles végétales et des céréales. C’est ce qu’a annoncé ce matin la FAO, selon laquelle l’indice des prix alimentaires calculé par l’organisation onusienne elle-même, qui suit l’évolution des prix internationaux d’un panier de produits de base, a baissé de 15,4 pour cent en glissement annuel pour les céréales, « reflétant des marchés mondiaux bien approvisionnés ». Les prix du pétrole ont chuté de 32,7 %, principalement en raison du « ralentissement de la demande du secteur du biodiesel ».

L’indice des prix alimentaires a atteint une moyenne de 118,5 points en décembre, soit une baisse de 1,5 % par rapport à novembre et de 10,1 % par rapport à décembre 2022. La baisse des prix est également cruciale dans la lutte mondiale contre la faim. Il y a six mois, le dernier rapport Sofi sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, publié par cinq agences spécialisées des Nations unies, dont la FAO, tirait la sonnette d’alarme sur la faim, qui menace désormais 122 millions de personnes de plus dans le monde qu’en 2019, en raison à la fois de la pandémie et d’une succession de chocs climatiques et de conflits, ainsi que de la hausse des prix. En 2022, la faim touchera en moyenne 735 millions de personnes, avec une augmentation de l’insécurité alimentaire en Asie de l’Ouest, dans les Caraïbes et sur le continent africain. Selon le même document, en 2022, environ 29,6 % de la population mondiale, soit 2,4 milliards de personnes, n’avaient pas un accès régulier à la nourriture, ce qui indique la prévalence d’une insécurité alimentaire modérée ou grave. Parmi elles, environ 900 millions de personnes étaient exposées à une insécurité alimentaire sévère.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *