mar. Juin 18th, 2024

« Avec l’accord politique obtenu au niveau européen le 7 décembre sur un paquet de règles sur l’intelligence artificielle, il me semble qu’un bon équilibre a été trouvé, car la possibilité de faire de la recherche est préservée et, en même temps, à différents niveaux, il y a la possibilité de mettre des limites progressives sur les applications ayant potentiellement un impact sur la vie privée, les libertés personnelles et la capacité que l’IA générative peut avoir d’influencer le comportement des gens. »

Giorgio Metta, directeur scientifique de l’Institut italien de technologie (IIT), estime qu’avec la loi sur l’IA, les bases ont été jetées pour construire « un cadre réglementaire équilibré », mais qu’il y a maintenant un défi tout aussi important à relever : « En plus de fixer les règles, l’UE doit être plus proactive dans le développement d’algorithmes et de systèmes d’IA européens propriétaires, sinon nous risquons de succomber à ce qui a été jusqu’à présent une technologie produite principalement aux États-Unis et en Chine ».

Selon vous, quel est le risque que l’Europe joue un rôle passif dans le jeu de l’intelligence artificielle ? 

Le risque existe, il ne faut pas le nier. Aussi parce qu’il est clair que les investissements à réaliser pour être compétitif sur la scène internationale sont considérables. Certains aspects sont toutefois de bon augure. En Europe, par exemple, nous disposons d’une excellente capacité de calcul, à l’image du superordinateur européen basé à la Technopole de Bologne. En outre, nous pouvons compter sur des ressources professionnelles de grande qualité. Bien sûr, nous avons besoin de plus. C’est pourquoi il est essentiel d’allouer un maxi-investissement dans la formation pour garder les meilleurs talents en Europe, sans les faire émigrer vers les grandes entreprises américaines.

Pour avoir une chance d’influencer le développement des technologies, que doit faire l’Europe ? 

Les États membres de l’Union européenne sont appelés à travailler en réseau. Il y a des programmes, mais ils sont fragmentés, dispersés dans trop de rivières. Il manque un « champion » comme l’était OpenAI aux Etats-Unis. En France, le laboratoire européen de recherche sur l’IA, Kyutai, a vu le jour, mais nous devons voir s’il est possible de le soutenir au mieux pour en faire une infrastructure européenne et pas seulement une start-up française. Le fait que des pays comme la France, l’Allemagne et l’Italie s’attaquent à ce problème est un bon signe, mais il faut créer davantage de synergies.

Avec quel objectif ? 

Au milieu du siècle dernier, l’Europe a fondé le Cern, le plus grand laboratoire au monde consacré à la recherche scientifique sur la physique des particules élémentaires. Ici, nous devrions créer les conditions pour construire un Cern européen de l’IA, une maison commune où les personnes talentueuses peuvent travailler et atteindre une masse critique pour développer des algorithmes. L’objectif doit être de construire des systèmes intelligents et fiables avec une approche éthique qui reflète les valeurs européennes. Récemment, un appel européen a été lancé sous le nom de « Intelligence artificielle consciente des valeurs« afin de lancer des projets de recherche visant à développer une boîte à outils pour construire des algorithmes d’intelligence artificielle tenant compte de la valeur. Mais nous n’en sommes qu’au début du voyage.

In Italie, quelle est la perception de l’importance de ne pas être marginalisé dans le défi de l’IA ? 

Au niveau scientifique, elle est très élevée, tout comme le sentiment profond que nous sommes à la poursuite des grands groupes américains et chinois, et qu’il n’est donc pas facile de les rattraper. Mais parmi les universitaires et les chercheurs, il y a aussi une diversité de points de vue. Il appartient donc au décideur politique de faire une synthèse et de décider ensuite des initiatives à poursuivre. On commence à voir du concret, puisqu’un centre d’IA va être créé à Turin. Bien sûr, il faudrait aller beaucoup plus vite.

Pensez-vous qu’au niveau national, on parle davantage des risques que des opportunités de l’IA ? 

Au niveau des médias, c’est certain. Mais il est vrai qu’il faut aussi parler des risques. Après tout, l’IA est une technologie très puissante, mais elle présente aussi des inconvénients. Le principal danger à éviter est celui d’une mauvaise utilisation. Dans le même temps, cependant, il faut aussi considérer les énormes possibilités de développement que peut offrir l’utilisation de l’intelligence artificielle dans de nombreux domaines.

Ians quels domaines en particulier l’IA peut-elle avoir un impact révolutionnaire ? 

De l’électronique à la fabrication, en passant par l’efficacité des entreprises, le potentiel est considérable. Mais l’IA est l’outil le plus efficace et le plus puissant pour nous aider à relever les défis de la transition écologique et de la santé en particulier. Dans le premier cas, l’utilisation de l’IA peut favoriser la production d’énergie propre, notamment par la découverte de nouveaux matériaux, et d’une manière générale contribuer à améliorer l’efficacité des technologies vertes. Par ailleurs, dans le domaine de la santé, l’intelligence artificielle promet de changer la façon dont nous nous soignons. Il suffit de penser au développement de nouveaux médicaments, puisqu’avec l’expérimentation in silico grâce à l’IA, il est possible de comprendre si une molécule est efficace ou non avec un gain de temps considérable par rapport au passé. Bien sûr, l’apport est également considérable pour l’automatisation, puisque les algorithmes qui contrôlent les robots sont de plus en plus des IA.

En tant qu’IIT, quel usage faites-vous de l’IA aujourd’hui et quels sont vos projets pour l’avenir ? 

Nous avons commencé à appliquer l’IA à la robotique par le biais d’un développement parcimonieux, en ce sens que nous nous préoccupions principalement de disposer d’algorithmes efficaces calibrés pour être utilisés dans le contrôle en temps réel de robots ayant des applications dans l’automatisation des processus industriels. Plus récemment, nous avons commencé à développer des simulations sophistiquées pour étudier les interactions entre les molécules biologiques et pour la découverte de nouveaux matériaux. Il y a quelques jours, le projet mené par l’IIT-Inail « ErgoCub » a été récompensé lors du sommet international « Global partnership on Artificial Intelligence » à New Delhi pour sa capacité à développer de nouvelles technologies basées sur l’utilisation de l’IA pour la santé des travailleurs de demain d’une manière éthique, durable et fiable. En outre, il y a quelques jours, notre startup Iama Therapeutics, issue de la recherche fondamentale en neurosciences, a reçu l’autorisation de commencer les essais cliniques d’un nouveau médicament conçu à l’aide de l’IA et de notre superordinateur pour réduire les retards cognitifs chez les personnes atteintes du spectre autistique. Dans le plan stratégique que nous présenterons début 2024, donc dans quelques semaines, en tant qu’IIT nous prévoyons un investissement direct dans l’IA entre l’infrastructure et la formation de 150 millions sur les 6 prochaines années, soit 15% du coût de l’ensemble de l’institut.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *