jeu. Mai 23rd, 2024

Le nom lui-même est un programme. Ou plutôt un business plan bien défini : LBX ou Lexus Breakthrough Crossover. Traduit de l’anglais, mais surtout traduit selon le langage ambitieux des constructeurs automobiles, le « breakthrough crossover » (crossover de rupture) . Oui, parce qu’une marque aussi prestigieuse mais niche en Europe et en Italie que Lexus C’est justement avec ce mini SUV, compact, agréable à conduire et aux lignes qui pourraient bien rencontrer les faveurs du public féminin, qu’il joue ses meilleures cartes.

Le LBX est en effet, la plus petite voiture de la gamme du constructeur japonais Longue de 4,19 mètres, développée sur la plate-forme mondiale GA-B du groupe Toyota, elle partage l’architecture mais pas les dimensions avec la Yaris Cross. Sa largeur est de 1,83 mètre et son empattement de 2,6 mètres. La vitesse maximale est de 170 km/h et le 0 à 100 est atteint en 9,2 secondes avec le modèle à traction avant. Le système de propulsion est intéressant : hybride avec batterie bipolaire avec un moteur à essence 1500 de 91 ch combiné à une unité électrique de 69 kW, plus une unité électrique de 4,7 kW pour les variantes à quatre roues motrices, pour un total de 136 ch, quelle que soit la traction.

Disponible en quatre niveaux de finition (« Elegant », le seul de la liste à être exclusivement à traction avant, « Emotion », « Relax » et « Cool »), il est plus que personnalisable puisqu’il existe un choix de 14 thèmes et 64 combinaisons. Le prix officiel commence à 38 000 euros, mais en raison de ses émissions limitées, le Lexus LBX a droit à 2 000 euros d’éco-incitations, qui s’ajoutent aux 4 000 euros offerts par la société pour ceux qui ont une voiture d’occasion (même à la casse). En outre, ceux qui ont déjà une Lexus dans leur famille peuvent compter sur une réduction supplémentaire de 1 000 euros. Le total s’élève donc à 31 000 euros. Les Lexus LBX 4×4 coûtent 2 000 euros de plus et disposent d’un moteur électrique supplémentaire de 6,4 ch qui entraîne les roues arrière. Pour en revenir aux ambitions de Lexus, l’objectif est de vendre 3 000 LBX par an en Italie et les 650 contrats déjà signés pour le sponsoring de la seule finale de l’ATP à Turin incitent à l’optimisme.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *