jeu. Mai 23rd, 2024

La fin du marché protégé de l’électricité est repoussée de trois mois. La date du 1er avril a été reportée au 1er juillet.  Lo a déclaré le président d’Arera (autorité de régulation de l’énergie, des réseaux et de l’environnement) Stefano Besseghini . « C’est une décision que nous avons prise hier, j’ai signé la résolution il y a quelques heures », a-t-il expliqué dans une interview accordée à Tg3.

Selon les dernières données de l’autorité il y a 8,7 millions de clients sur le marché protégé de l’électricité et 6,1 millions sur le marché protégé du gaz, soit environ 30 %. . Ils devront passer au marché libre, à l’exception de les 4,5 à 5 millions d’entre eux, considérés comme « fragiles », qui resteront soumis aux tarifs fixés par Arera.  Personnes en situation de précarité économique, malades, handicapées, dans des zones sinistrées ou des îles non interconnectées, âgées de plus de 75 ans. Les utilisateurs qui ne choisissent pas d’opérateur sur le marché libre seront automatiquement affectés au « système de protection graduelle » : en pratique, ils seront confiés aux opérateurs qui ont remporté un appel d’offres auprès d’Arera.

Le 1er juillet 2021, le marché protégé de l’électricité et du gaz pour les petites entreprises a été fermé, c’est maintenant au tour des ménages.

Besseghini a expliqué que le décret sur l’énergie a introduit quelques changements importants, notamment le déplacement des appels d’offres (pour identifier les fournisseurs d’électricité qui seront automatiquement assignés aux utilisateurs du marché protégé qui n’ont pas choisi un opérateur du marché libre, ndlr). Ils devaient avoir lieu le 11 décembre, mais ont été déplacés au 10 janvier. Cette transition fera également l’objet d’une campagne d’information spécifique, menée par le ministère de l’Environnement, et d’une attention particulière pour Rid, les mécanismes de paiement automatique. Les consommateurs doivent bien comprendre que tout ce mécanisme mis en place avec les enchères n’est pas un mécanisme pour les amener de force sur le marché libre », a conclu M. Besseghini, « c’est un mécanisme pour construire un système de sauvegarde, qui permet aux gens qui ne choisissent pas de ne pas choisir, et de rester servis, avec des tarifs que nous mettrons aux enchères ». Le résultat de la vente aux enchères est de rendre les tarifs de ce service aussi avantageux que possible ».

Pas de proposition pour la fin imminente du marché protégé du gaz, prévue pour le 10 janvier. . Pour les plus de 6 millions de consommateurs italiens qui font partie du marché protégé du gaz, la facture de novembre a été légèrement moins élevée. Arera a établi une baisse de 1,3 % pour la famille type dans le régime protégé, en raison de la baisse du coût des matières premières. consommation moyenne  de 1 400 mètres cubes par an, s’élevait à 1 431 euros au cours des douze derniers mois,  avant impôts, soit 17,7 % de moins que l’année précédente.

Les associations de consommateurs ont demandé une prolongation, qui est désormais impossible, également pour le gaz. Selon l’Union nationale des consommateurs, la libéralisation sera une véritable piqûre de rappel pour les ménages. En octobre 2023, par rapport à juin 2021, l’électricité du marché libre en Italie est 97,7% plus chère que les 31,6% du marché protégé, soit plus de trois fois plus, tandis que si l’on considère les premières données utiles du gaz détectées par Istat, décembre 2021, le marché libre a depuis lors augmenté de 41,5% contre +5,7% du marché protégé.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *