mer. Avr 17th, 2024

Les dépenses record des touristes étrangers en Italie, qui dépasseront 50 milliards d’euros d’ici à la fin de 2023, soutiennent l’économie italienne. . C’est ce que constate le Centro Studi Confindustria dans le flash économie de décembre .

Avec une hausse de 4,1 % des exportations de services au cours des neuf premiers mois de l’année, « les dépenses des touristes étrangers n’ont jamais été aussi élevées ».

Selon la CSC, « parmi les composantes du PIB italien (seulement +0,1 % en tendance au troisième trimestre 2023), il y a un poste qui s’est très bien comporté au cours des neuf premiers mois de cette année et qui soutient la dynamique d’ensemble : il fait partie de l’exportation de services (+4,1 %) et il s’agit des dépenses des étrangers qui voyagent en Italie, c’est-à-dire une grande partie de la valeur économique directe du tourisme dans le pays. Jamais les dépenses des touristes étrangers n’ont été aussi élevées ».

Pour la Confindustria, « la contribution des étrangers au boom du tourisme a été cruciale. En septembre 2023, l’expansion des dépenses des voyageurs étrangers en Italie s’est poursuivie : +11,8% par rapport à 2022 (à prix courants) ; le record a été atteint en juillet . Ces dépenses, comparées aux niveaux prépandémiques, affichent une augmentation de +24,5 % par rapport à 2019. Ce qui n’est dû qu’en partie à l’augmentation des prix des services touristiques (environ +6,0 % en 2023) ».

Globalement, souligne le CSC, « à la fin de 2023, les recettes du tourisme étranger atteindront plus de 50 milliards d’euros, dépassant de loin les 30 milliards d’euros du tourisme italien à l’étranger ».

La reprise des voyages, amorcée en 2021 puis plus fortement en 2022 et 2023, observe encore Confindustria, « a eu une influence positive surtout dans les pays où le poids (total) du tourisme en pourcentage du PIB est plus important, comme l’Espagne et l’Italie (environ 11 % de la valeur ajoutée). La reprise du tourisme s’est en effet traduite dans ces pays par une dynamique très positive de la consommation et de l’emploi, comme le souligne également le dernier rapport prévisionnel du FMI (Weo d’octobre 2023) ».

A « rôle décisif dans la relance du tourisme, selon le CSC, « l’a joué », en 2023, la décumulation de l’épargne supplémentaire mise de côté pendant la pandémie . En Italie, la propension à épargner des ménages a été bien inférieure aux niveaux d’avant la pandémie cette année, s’établissant à 6,7 % au premier trimestre et à 6,3 % au deuxième (contre 8,2 % en moyenne sur la période 2015-2019). Les ménages ont également décumulé de l’épargne à l’étranger, la dépensant dans leur pays, mais aussi en Italie et ailleurs, pour des voyages et des séjours touristiques. L’excès d’épargne, italienne et étrangère, a ainsi alimenté les dépenses de services en Italie, qui ont augmenté au cours des trois trimestres de 2023 : +0,4 % au premier, +2,4 % au deuxième et +1,4 % au troisième’.

La même note flash de décembre note également que « l’inflation a reculé, mais l’économie est faible. L’industrie et les services sont toujours en difficulté », « avec quelques éclaircies » pour l’industrie. Il s’agit d’une « phase de stagnation selon les économistes de Via dell’Astronomia. « Au quatrième trimestre On estime que le PIB italien sera presque au point mort. « et « les services et l’industrie restent faibles. Le retour de l’inflation aide, mais les taux d’intérêt resteront élevés pendant encore quelques mois  e le crédit est trop cher « .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *