mer. Mai 22nd, 2024

Il fera ses débuts sur les routes en avril prochain, mais d’ici là, Alfa Romeo a enfin décidé comment l’appeler. Non pas Brennero, comme il semblait pouvoir l’être en poursuivant la lignée des cols alpins après Stelvio et Tonale, mais Milano. Milan . En hommage à l’endroit où tout a commencé. Et là, les plus perfides se sentent autorisés à hausser au moins un sourcil, car nommer la voiture dont dépend tout l’avenir de la marque du nom de la ville même qui voudrait supprimer les voitures, c’est pour le moins singulier. Mais c’est un détail.

Alfa Romeo Milan Enfin, la très attendue B-Suv du Biscione  s’appellera ainsi. Cette information a été officiellement confirmée par l’entreprise elle-même, qui jusqu’aux années 1970, avait le mot Milan dans son logo, la ville où elle a été fondée le 24 juin 1910. Ce ne sera pas la première Alfa Romeo à s’appeler Milano : dans les années 1980, lorsqu’Alfa a décidé d’exporter la berline 75 aux États-Unis, elle l’a rebaptisée Milano pour les marchés étrangers. Sans oublier que Milano (avec Torino) figurait également dans le nom de la MiTo.

Ce qu’Alfa appelle le Sport Urban Vehicle sera une voiture compacte dotée d’un moteur à essence. d’une longueur d’environ 4 mètres et 20 centimètres  (soit 44 centimètres de moins que la Giulia et 33 centimètres de moins que la Tonale) qui devrait partager la plate-forme Stla Small avec d’autres modèles du groupe Stellantis, de la Fiat 600 à la Jeep Avenger en passant par la nouvelle Lancia Ypsilon. Le châssis multi-énergie lui permettra d’être proposée à la fois en version électrique, qu’avec des moteurs thermiques . La gamme pourrait donc inclure les nouvelles 1.2 hybrides, qui sur les sœurs ont une puissance de 100 ch, mais qui sur les modèles plus grands, comme la Peugeot 3008, atteignent 136 ch. L’Alfa Romeo Milano électrique, en revanche, devrait utiliser une batterie de 54 kWh, pour une autonomie d’environ 400 kilomètres, associée à un moteur électrique avant de 156 ch. Toutefois, il n’est pas exclu que la marque propose des versions plus performantes, comme ce sera le cas pour l’Ypsilon, qui disposera d’un HF de 240 ch, peut-être avec une transmission intégrale.

« Avec l’arrivée de la Milano en 2024, Alfa Romeo complète une gamme capable de répondre aux désirs de tous nos fans et pas seulement », a déclaré le PDG d’Alfa, Jean Philippe Imparato  -Milan se veut symboliquement un ‘welcome back’ pour tous nos Alfistes qui, en tant que propriétaires de Giulietta et Mito, attendaient de confirmer leur amour pour la marque ; et un ‘welcome’ pour tous ceux qui recherchent une expérience sportive unique dans ce segment et la beauté distinctive du design italien.

Alfa a également présenté les prochaines étapes vers l’électrification : si 2024 sera l’année de l’atterrissage dans le monde électrique, 2025 verra la première Alfa Romeo proposée uniquement dans une version alimentée à 100 % par des batteries, tandis qu’en 2027, la gamme sera totalement électrique.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *