mer. Avr 24th, 2024

Il y a l’inflation, qui réduit inexorablement le pouvoir d’achat des familles. Il y a les fronts de guerre, qui effraient et endeuillent. Mais face à ces inquiétudes, les Italiens ne s’arrêtent pas et ne semblent pas renoncer à l’envie de voyager,  surtout après les années éprouvantes de la pandémie. Les données proviennent de l’observatoire Astoi Confindustria Viaggi,  l’association italienne des voyagistes, sur les choix des Italiens pour les prochaines fêtes de fin d’année, sont en effet plus qu’encourageantes :  ils révèlent un désir de se ménager de plus en plus de temps libre et une propension à dépenser de plus en plus pour les voyages. « Les réservations pour la haute saison, commente Pier Ezhaya, président d’Astoi Confindustria Viaggi, se traduisent par une augmentation du nombre de voyages. une croissance des recettes de 11 % par rapport à 2022 et presque toutes les destinations concernées affichent une tendance positive,  tant pour les vacances balnéaires permanentes que pour les vacances plus itinérantes. En ce qui concerne les destinations préférées, on constate une reconfirmation de certains classiques comme l’Océan Indien, l’Afrique de l’Est, les Caraïbes et les Etats-Unis, mais aussi l’Asie du Sud-Est, l’Argentine et l’Afrique du Sud. Les circuits en Europe du Nord et les croisières dans les Emirats et en Méditerranée ont également enregistré de très bons résultats. Pour le moyen-courrier, suite à ce qui se passe en Israël, la demande s’est en partie reportée sur les îles Canaries et le Cap-Vert, même si la vague d’émotion s’estompe et que les réservations ont repris, de même que les annulations. La protection, l’assistance et la qualité des services dans le tourisme organisé prennent de plus en plus d’importance,  que les voyageurs reconnaissent et récompensent au moment de la réservation ».
Retour sur la réservation de vacances à l’avance  L’année 2009 a été marquée par une nette augmentation des réservations anticipées par rapport à 2022, une année encore affectée par la file d’attente Covid qui a poussé les consommateurs à reporter leurs réservations à l’approche de la date de départ. Les voyages ou séjours ont une durée moyenne de 8,5 jours, légèrement plus longue que l’année dernière. Parmi les voyageurs qui préfèrent séjourner en Italie, les montagnes sont toujours les protagonistes de la saison hivernale, à tel point que dans certains cas, elles enregistrent des volumes jusqu’à +29% supérieurs à ceux de l’année dernière.  En Europe, l’Islande et la Norvège sont les destinations préférées. Au cours de la période de Noël et du Nouvel An, des augmentations de plus de 23% par rapport à l’année dernière ont été enregistrées pour ces destinations.

En moyenne gamme, la préférence pour le Cap-Vert et les îles Canaries compense,  comme l’a dit le président d’Astoi, la baisse des flux touristiques vers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. En effet, il est indéniable que l’événement du 7 octobre en Israël et les événements qui ont suivi ont eu un impact sur les réservations, principalement en octobre,  principalement vers l’Égypte classique, la mer Rouge égyptienne, la Jordanie et la péninsule arabique ; cependant, la vague d’émotion semble s’être apaisée et aujourd’hui les annulations ont fortement diminué et les réservations ont repris. En pourcentage, l’impact du conflit au Moyen-Orient a principalement touché l’Égypte (-13%) et la Jordanie (-49%) ;  le chiffre apparaît plus négatif si l’on considère que la tendance, avant l’attaque d’Israël, était à une croissance significative sur les deux destinations.

Récompenses long-courrier Océan Indien, Afrique de l’Est, Orient et Caraïbes.  L’envie d’un séjour à la mer et à la chaleur entraîne des réservations pour les Maldives, Zanzibar, le Kenya, la Thaïlande et l’Indonésie, ainsi que la République dominicaine. Ceux qui optent pour des voyages de découverte choisissent les États-Unis, la Thaïlande, l’Inde, le Vietnam, l’Argentine et l’Afrique du Sud ; dans ce cas, la durée moyenne est de 10 jours, avec une fourchette de dépenses allant de 3 000 euros pour les séjours balnéaires à plus de 4 000 euros pour les circuits.

Dans le secteur des croisières, les départs de Noël et du Nouvel An sont parmi les plus populaires du programme annuel,  parce qu’il s’agit d’une période spéciale de l’année où les gens ont particulièrement envie de faire la fête à bord. Selon les données récemment publiées à l’occasion de l’Italian Cruise Day, le principal événement consacré aux croisières en Italie, en 2023, près de 13 millions de passagers seront accueillis par des navires de croisière dans les ports italiens : il s’agit d’un record absolu au cours des 30 dernières années.

Vers le bit et le partenariat avec Welcome Travel Group

Des tendances qui ressortent également de la dernière enquête de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) du 30 novembre, selon laquelle, malgré le climat d’incertitude géopolitique internationale, le secteur a fait des progrès significatifs avec une reprise de 90 % sur 2019 : avec  L’Europe accueillera 550 millions de touristes internationaux au cours des neuf premiers mois de 2023,  ce qui représente 56 % du total mondial et dépasse largement les prévisions de 2019. La demande intrarégionale et la forte demande en provenance des États-Unis contribuent à faire évoluer une industrie riche à bien des égards, qui, en Italie en particulier, pour sa contribution culturelle et les retombées économiques qu’elle produit, représente 255 milliards d’euros, soit 13 % du PIB. L’Italie se confirme comme l’une des destinations préférées des étrangers :  Si, en 2022, elle occupait la quatrième place en termes de nombre de présences (14,5 % de celles enregistrées dans l’ensemble de l’UE cette année-là), derrière l’Espagne (16,6 %), la France (16,3 %) et l’Allemagne (14,7 %), après le premier semestre de l’année, elle se hisse à la deuxième place, derrière l’Espagne seulement.

Avec ces chiffres, ces tendances et ces lieux, Milan se prépare pour le Bit, la plateforme de relations et d’affaires pour les opérateurs du secteur, prévue à l’Allianz MiCo, du dimanche 4 au mardi 6 février. Un millier d’exposants sont attendus,  avec des espaces de loisirs dédiés aux destinations mais aussi aux innovations, aux services numériques et à l’ensemble du monde du voyage d’affaires, comme l’a présenté hier matin la directrice des événements de la Fiera Milano, Simona Greco : « Le Bit se confirme comme le salon le plus important du monde pour les voyages d’affaires ». lieu de rencontre privilégié entre l’offre et la demande mais pas seulement. Car c’est aussi, de plus en plus, le lieu où sont analysés et anticipés les thèmes les plus importants du secteur. Un point d’observation sur le marché italien et international. Une référence en matière d’innovation et de services ». Un partenariat stratégique a également été annoncé avec la plus importante chaîne d’agences de voyage : Welcome Travel Group (dont les actionnaires sont Alpitour et Costa Crociere), qui a choisi Bit pour sa convention d’entreprise. La force de l’expérience capillaire dans les territoires et le défi du conseil, du professionnalisme et de l’expérience directe qui parvient à résister et à gagner même face aux propositions des plates-formes numériques. Pour la première fois, 1 600 agents Welcome Travel Network et Geo Travel Network se réuniront,  100 partenaires commerciaux (de Neos à Allianz, de Ita Airways à Amex et Sekurest), tous ensemble à Bit, avec des initiatives publiques et privées de discussion, de formation et de célébration. « Ce sera un événement mémorable – souligne l’administrateur délégué de Welcome Travel Group, Adriano Apicella – pour le grand nombre d’acteurs impliqués, pour les thèmes abordés, pour les différents types d’échanges possibles dans un programme riche en événements et en surprises. Et aussi pour les chiffres du groupe, qui clôturera l’année en cours avec un chiffre d’affaires d’environ 1,340 milliard, soit 20 % de plus qu’en 2019,  et avec une prévision de croissance de 30 à 40 % en 2024, ce qui confirme que le secteur, malgré l’état de crise permanent dans lequel nous vivons, est très vivant et démontre que le voyage est l’une des rares activités à laquelle on ne renonce pas. En fait, je peux dire qu’il est perçu comme un bien de première nécessité ». . Chacun selon ses possibilités. Mais tous unis par le désir de voir la beauté du monde, de libérer l’esprit des difficultés de la vie quotidienne. Et de recharger leurs batteries pour relever les défis, toujours plus ardus, de la vie quotidienne.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *