dim. Avr 14th, 2024

Une aide sociale différente, plus proche des conditions et des besoins des personnes et qui tienne compte des deux forces démographiques opposées à l’œuvre : d’une part, le vieillissement de la population, les personnes âgées non autonomes passant de 2,9 millions aujourd’hui à cinq millions en 2030, et d’autre part, la chute drastique de la population active, qui devrait passer de 38 millions aujourd’hui à 27 millions en 2060. Une aide sociale qui ne repose pas sur l’hypothèse que la charge des soins incombe principalement aux familles, mais qui a un esprit communautaire. L’Inapp (Institut national d’analyse des politiques publiques), qui présente son rapport annuel au Parlement le jeudi 14 décembre, avec l’intervention, entre autres, de la ministre du Travail, Marina Elvira Calderone, appelle à ce changement de rythme.

L’un des chapitres est consacré à l’aide sociale inclusive, à la possibilité, presque une nécessité étant donné le déclin démographique, d’une gouvernance différente avec un rôle actif pour les entités du secteur tertiaire et les autorités locales, sur la base du PNR, qui a conçu le handicap comme un thème transversal d’engagement de ressources. En Italie, les dépenses publiques pour la prise en charge des personnes âgées non autonomes et des personnes handicapées, définies comme des soins de longue durée, représentent 1,9 % du PIB et comprennent 45 % des allocations d’accompagnement (14,1 milliards) et 40 % de la composante santé (12,4 milliards). À ces chiffres, il convient d’ajouter les dépenses engagées par les familles, pour les résidences, les soins à domicile, les polices d’assurance, quantifiées à environ 33 milliards d’euros.

Lire aussi:  Le règlement. L'Italie reste isolée sur les emballages : le Conseil de l'UE va droit au but

La Ragioneria Generale dello Stato estime une croissance des dépenses publiques pour le soins de longue durée jusqu’à 2,6 % du PIB, conformément à l’augmentation prévue de 30 % de la population handicapée. Une augmentation similaire des dépenses est attendue pour les ménages.

En 2019, on comptait 3,7 millions de personnes gravement handicapées, c’est-à-dire incapables d’accomplir au moins une des fonctions de la vie quotidienne, soit 6,1 % de la population. Si l’on ajoute aux personnes ayant un handicap sévère celles qui ont de grandes difficultés à accomplir les fonctions habituelles de la vie quotidienne, ce nombre s’élève à 11,8 millions, soit 19 % de la population, auxquels s’ajoutent 270 000 personnes vivant dans des établissements d’hébergement social et médico-social.

L’augmentation prévue pour 2030 par rapport à la dernière année d’enquête disponible, 2019, sera de 8 % et en 2050 il y aura une augmentation de 37 % du nombre de personnes handicapées, ce qui correspond en termes absolus à 1,36 million de personnes. Pour les aider, surtout dans les régions du sud, il n’y a presque toujours que la famille, et compte tenu de la forte réduction du taux de natalité qui a lieu depuis quatre décennies, on se rend compte que ce système d’aide familiale ne sera bientôt plus viable. Le rapport de l’Inapp passe en revue l’un des aspects les plus épineux, à savoir l’emploi des personnes handicapées, qui s’élève actuellement à 540 000, avec 77 % des emplois dans les entreprises privées.

La répartition géographique est asymétrique, puisque la Lombardie, avec une moyenne annuelle d’environ 123 000 postes dédiés, représente à elle seule 23 % du total, dépassant par exemple le Sud et les Îles, qui s’en tiennent à 18 %. Les lignes d’intervention envisagées par le PNR, souligne l’Inapp, représentent un véritable « accélérateur de l’ancrage » des réformes approuvées en Italie ces dernières années. Le Programme national d’inclusion et d’éradication de la pauvreté (PNI Inclusion) prévoit 4 milliards d’euros à allouer à l’intégration des services sociaux et sanitaires, en renforçant le soutien aux familles en difficulté. Pour les personnes handicapées, par exemple, il s’agit d’améliorer l’autonomie en facilitant l’accès aux logements publics et privés et aux possibilités d’emploi.

Lire aussi:  Air France : Dévoilement des actions à acheter pour l'investisseur averti - Prévisions prometteuses pour un meilleur rendement !

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *