ven. Juin 14th, 2024

Il ne s’agit pas d’un « retour en arrière » mais d’une « réorientation stratégique ». Peu importe que les revenus et les bénéfices soient en hausse, grâce à l’augmentation des abonnements : Spotify réduit ses effectifs et pas qu’un peu, de 17%. Une annonce qui semble envoyer un signal à l’ensemble de l’industrie du streaming, celle qui a connu son essor, de Netflix en passant, avec la pandémie de Covid et qui cherche aujourd’hui à savoir quelle sera son évolution et quels chemins emprunter à l’heure où l’économie réelle des ménages, entre taux élevés et inflation, est la plus en difficulté. « Pour aligner Spotify sur nos objectifs futurs et s’assurer que nous avons la bonne taille pour relever les défis à venir, j’ai pris la décision difficile de réduire les effectifs de l’entreprise d’environ 17% », peut-on lire dans un message du PDG, Daniel Ek, posté sur le site du géant suédois du streaming, musical et autre. Il s’agit d’une « décision difficile mais d’une étape cruciale pour créer un Spotify plus fort et plus efficace à l’avenir ».

Les coupes affecteront environ 1500 personnes : c’est la troisième réduction de personnel annoncée par Spotify en 2023, après celle de 6% en janvier (600 personnes) et celle de 2% en juin (200). Une décision qui surprend toutefois au vu d’un troisième trimestre bien accueilli par le marché, grâce à une croissance plus forte que prévu du chiffre d’affaires et des abonnés premium, et à la réalisation d’un bénéfice d’exploitation de 32 millions d’euros. « Je suis conscient que pour beaucoup, une réduction de cette ampleur semblera étonnamment importante, compte tenu de nos récents résultats trimestriels et de nos performances », a ajouté M. Ek, « Nous avons discuté d’éventuelles réductions moins importantes en 2024 et 2025. Cependant, compte tenu de l’écart entre notre objectif financier et nos coûts d’exploitation actuels, j’ai décidé qu’une action substantielle pour réduire nos coûts était la meilleure option pour atteindre nos objectifs », même s’il s’agit d’une « réduction incroyablement douloureuse pour notre équipe ».

Selon le numéro un de Spotify, « aujourd’hui, nous avons encore trop de personnes qui se consacrent à soutenir le travail et même à travailler autour du travail plutôt que de contribuer à des opportunités ayant un impact réel », alors qu’il serait « nécessaire que davantage de personnes se concentrent sur les résultats pour nos principales parties prenantes : les créateurs et les consommateurs ». L’adoption d’une « structure plus légère nous permettra également de réinvestir nos bénéfices de manière plus stratégique dans l’entreprise », alors que « la croissance économique s’est considérablement ralentie et que le capital est devenu plus cher ». « Il ne s’agit pas d’un pas en arrière, mais d’une réorientation stratégique », a conclu M. Ek. Nous sommes toujours déterminés à investir et à faire des paris audacieux, mais avec une approche plus ciblée, garantissant la rentabilité et l’innovation continues de Spotify », une entreprise qui devrait atteindre 601 millions d’auditeurs ce trimestre.

De manière générale, après avoir déjà procédé à de nombreuses coupes en début d’année, les start-ups et les grandes entreprises technologiques ont recommencé à réduire leurs effectifs, comme l’ont annoncé Amazon et LinkedIn (propriété de Microsoft). Cette dernière, après 700 suppressions en mai, vient d’annoncer 650 licenciements supplémentaires. Selon de nombreux analystes, l’industrie du streaming, en particulier, a surestimé l’utilisation par les utilisateurs de certains produits numériques et abonnements, tandis que les entreprises, surtout les plus jeunes, souffrent du resserrement du crédit et de la hausse des taux d’intérêt par les banques centrales. En outre, les investissements dans les start-ups ont diminué en général et les valeurs technologiques n’ont pas le vent en poupe, les investisseurs devenant de plus en plus prudents en matière d’apport de capitaux. Les entreprises ont donc tendance à conserver leurs liquidités et à réduire leur personnel, considéré comme moins essentiel, même dans ce contexte, comme dans le cas de Spotify, d’une dynamique de marché positive. En 2023, selon Layoffs.fyi, on estime que plus de 200 000 travailleurs du secteur technologique seront licenciés, dont un grand nombre dans des entreprises de diffusion en continu. 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *