jeu. Mai 23rd, 2024

Après des années de mortification, la fonction publique cherche à se racheter. Même si, entre les pensions et les renouvellements de contrats bloqués, la situation n’est pas des meilleures. Une bouffée d’oxygène pourrait venir des fonds du PNR-Plan national de relance et de résilience et des nouveaux critères de recrutement et de carrière. En attendant, le personnel est en sous-effectif de 30 à 50 % : L’effectif total de l’Union européenne compte trois millions 238 mille personnes et a diminué d’environ 37 mille personnes au cours des dix dernières années.  En outre, le retourner la réduction du nombre de fonctionnaires, ainsi que les changements dans les dispositions relatives à l’accès à la retraite, ont été les principaux éléments qui ont conduit à une augmentation significative de l’âge moyen dans la fonction publique. En effet, au niveau de l’ancienneté, l’administration publique italienne est passée d’un âge moyen de 43,5 ans à 49,8 ans en 20 ans – de 2001 à 2021.  Si en 2001, dans tous les secteurs, l’âge moyen des hommes et des femmes n’atteignait pas 50 ans, et en était même assez éloigné, en 2021, le seuil sera franchi partout, à l’exception des femmes du secteur de la santé. C’est l’image du secteur public que dresse l’Observatoire de la santé publique.Istat . L’augmentation de l’âge moyen est un problème qui en entraîne un autre : celui de la numérisation, sur lequel se fonde en fait le Cour des comptes  estimé a une pénurie de 65 000 professionnels techniques une formation nécessaire, mais qui peine à décoller. Aujourd’hui, en moyenne, un employé de l’administration publique a moins d’une heure de formation par an et, malgré l’annonce d’une augmentation de la formation à 30 heures par an, l’objectif est difficile à atteindre car il n’y a pas de soutien financier. La forte réticence des administrations à investir dans le travail agile et à distance est un autre point sensible et, enfin, la question des salaires qui, dans le secteur public, à classification de poste égale (et donc à responsabilités égales), sont inférieurs à ceux du secteur privé, avec des parcours de carrière rigides et des échelons de carrière difficiles à obtenir, tout comme les échelons économiques différentiels.

Un salarié sur trois partira à la retraite dans les dix prochaines années 

Dans les dix prochaines années au plus, plus d’un tiers des fonctionnaires actuellement en activité partiront à la retraite : cette estimation provient de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (ESA).Inps  que dans lesObservatoire de la fonction publique  souligne que le nombre de fonctionnaires âgés de 55 ans et plus en 2022 s’élevait à plus de 1,35 million, soit environ 36 %. La main-d’œuvre vieillit rapidement : seulement 22,1 % des fonctionnaires de l’Union européenne sont âgés de 55 ans ou plus en 2022, soit environ 36 %. travet La politique de recrutement sera déterminante dans les années à venir pour éviter que les secteurs centraux, à commencer par les écoles et les soins de santé, ne manquent de personnel. Le risque existe aussi parce qu’il y a eu de nombreux cas d’abandon de candidats aux concours publics, notamment pour les qualifications techniques, et l’offre salariale en concurrence avec les entreprises privées sera également déterminante. Actuellement, dans le secteur public, les femmes sont majoritaires (60,68 % du total), tandis que les employés se répartissent principalement dans le Nord, avec 42,8 % du total.  Dans le Centre, 23,9 % du nombre total de fonctionnaires travaillent, tandis que 33,2 % sont employés dans le Sud. Ce chiffre, qui dissipe le préjugé selon lequel les fonctionnaires sont concentrés à Rome, est lié à la composition de la population qui vit principalement dans le Nord. Les travailleurs des ministères sont concentrés à Rome, tandis que pour les écoles, la santé et les autorités locales, le personnel est lié à la population résidente. Le salaire moyen des travailleurs ayant au moins un jour payé est de 34 153 euros pour une moyenne de 278 jours payés. Le nombre moyen de travailleurs publics par mois pour l’année était de 3 332 254. L’écart entre le nombre de travailleurs ayant au moins un jour rémunéré et le nombre moyen mensuel est lié aux contrats à durée déterminée, qui peuvent également être très courts.  L’ensemble des écoles représente 39,7% du nombre total de salariés, mais cela est lié au fait qu’il s’agit du secteur qui compte le plus grand nombre de contrats à durée déterminée (477 030, 74,6% du total de 639 620 contrats à durée déterminée). Le service de santé compte 20 % des employés, les administrations locales (régions, provinces, municipalités) 15,2 %, les forces armées, les corps de police et les pompiers 14 % et les administrations centrales, le pouvoir judiciaire et les autorités indépendantes 5,19 %. Le nombre de travailleurs publics sous contrat à durée indéterminée en 2022 est de 3 065 709 travailleurs, soit 82,7 % du total, avec un salaire annuel moyen de 38 083 euros et 299 jours payés en moyenne. Les travailleurs sous contrat à durée indéterminée sont au nombre de 639 620, avec un salaire moyen de 15 316 euros et 177 jours payés en moyenne. La masse salariale de l’année s’élève à 126,5 milliards d’euros. Les femmes gagnent en moyenne moins que les hommes avec 30.262 euros contre 40.157 euros pour les hommes.  Ce chiffre est lié au temps partiel, plus fréquent chez les femmes, et aux qualifications, les hommes ayant une carrière plus facile que les femmes, en particulier dans la période de la vie où les femmes se consacrent également à la famille. L’écart de rémunération est le plus élevé dans la tranche d’âge des 40-44 ans, où le salaire moyen des femmes représente 69,6 % de celui des hommes, et le plus faible dans la tranche d’âge des 60-64 ans, où le salaire moyen des femmes représente 82 % de celui des hommes. Dans l’ensemble, plus de 60,4 % des travailleurs du secteur public auront un salaire inférieur à 35 000 euros par an en 2022, tandis que 13 % d’entre eux auront un salaire moyen de 50 000 euros et plus. 3,91 % du total (144 818 travailleurs) ont des enveloppes salariales supérieures à 80 000 euros.

Renouvellement des contrats 

Le ministère de l’économie et des finances a alloué les ressources de la loi de finances 2024 pour les renouvellements contractuels de la fonction publique d’État (ministères, mais aussi secteurs de la sécurité, de la défense et des pompiers). Les renouvellements seront donc possibles à partir de janvier. Les administrations disposant d’une autonomie budgétaire (régions, collectivités locales, universités, etc.) devront s’adapter au pourcentage d’augmentation des salaires (environ 6 %). Aran-Agenzia per la rappresentanza negoziale delle pubbliche amministrazioni  a émis l’hypothèse d’une augmentation moyenne en valeur absolue, qui se situe autour de 170 €, soit environ 40 à 50 € de plus qu’en 2019-2021. « La loi de finances a alloué des ressources substantielles pour les renouvellements 2022-2024 : 7,3 milliards d’euros, y compris les soins de santé, qui sont gérés par les régions. Compte tenu également des ressources que les entités territoriales alloueront et de l’avance pour les agents de l’État en décembre, la loi de finances apporte une dot de près de dix milliards d’euros. » C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Fonction publique Paolo Zangrillo . Notre objectif, explique-t-il, est d’entamer les négociations pour les renouvellements de contrats 2022-2024 pour tout le monde au début de l’année prochaine. Bien sûr, en se référant d’abord aux secteurs qui sont les plus exposés aujourd’hui. Je veux parler de la sécurité et de la défense, de la santé et des collectivités locales. Ces dernières, devant allouer les ressources pour les renouvellements à partir de leurs budgets, n’auront pas l’avance en décembre, et nous avons donc considéré qu’il était correct que les négociations pour les renouvellements commencent avec elles ». En ce qui concerne les réductions des pensions, « nous travaillons sur d’éventuelles mesures correctives », car, assure le ministre, « nous ne voulons pas que, surtout dans le secteur de la santé, ces règles deviennent une incitation à accélérer les départs ». « Les ressources pour les renouvellements contractuels dans le secteur public s’élèvent à environ 10,5 milliards d’euros lorsqu’elles seront pleinement mises en œuvre. Ces augmentations reflètent un engagement significatif pour améliorer les conditions de travail dans le secteur public et donner une continuité à la négociation, et constituent un pas positif vers la reconnaissance du travail effectué par les employés du secteur public en Italie ». C’est ce qu’a souligné le président d’Aran Antonio Naddeo. «  Selon les déclarations du ministre Zangrillo, les procédures ont déjà été entamées pour l’émission de lignes directrices, préparatoires à l’ouverture des négociations à Aran. Les premiers contrats qui devraient débuter au début de l’année 2024 sont ceux de la santé et des fonctions locales », ajoute M. Naddeo. « Pour la période triennale 2022-2024, l’article 10 de la loi de finances prévoit une augmentation de trois milliards d’euros pour 2024, en plus des deux milliards d’euros prévus dans le décret dit d’avance, et de cinq milliards d’euros par an à partir de 2025 », précise Naddeo. « À partir de 2024, pour tous les agents publics, il est prévu une nouvelle augmentation de l’indemnité contractuelle de congés payés, égale à 6,7 fois la valeur annuelle, à titre d’avance sur les augmentations contractuelles ». « Aux agents permanents de l’État, cette augmentation est versée en une seule fois en décembre 2023, sur la base de la régularisation de 2024, du fait du décret d’avance », précise Naddeo. « Ces nouveaux fonds s’ajoutent à ceux déjà alloués dans la loi de finances 2023, portant le total à 5,5 milliards d’euros (y compris les 2 milliards d’euros avancés en 2023) pour 2024 et à 5,5 milliards d’euros par an à partir de 2025 ». Il s’agit d’une « augmentation significative » qui, « avec les innovations réglementaires qui peuvent être apportées par les nouveaux contrats, représente une reconnaissance importante pour le secteur de l’administration publique ».

Les nouveaux recrutements 

A Pa plus efficace et mieux formé. Le ministre travaille sur cet objectif ambitieux Zangrilloqui a annoncé une série de mesures, dont lale recrutement en deux ans de  320 000 employés, des procédures de faillite plus souples et plus courtes, et la relance de la méritocratie. « L’administration publique a nécessairement besoin d’un une image attrayante, faire en sorte que les gens le vivent comme une véritable opportunité professionnelle », a-t-il ajouté. Et c’est là qu’intervient le mérite, un concept qui ne doit plus être considéré comme un tabou dans l’administration publique, faute de quoi « nous nous condamnons à n’être qu’une organisation comme les autres ». « Au cours des derniers mois, j’ai entendu différentes théories sur le mérite, j’ai entendu des personnes qualifiées dire que le mérite, s’il est poussé à l’extrême, conduit à un malaise psychologique parce que les gens ont l’impression qu’on évalue leur valeur. Je pense que le mérite est exactement le contraire. Mesurer le mérite c’est accompagner la croissance des personnes, valoriser leurs talents, identifier les domaines de faiblesse et d’amélioration ». En ce qui concerne les concours, le ministre a annoncé qu’il présentera un projet « visant à repenser les procédures de concours en les rendant plus souples et plus courtes, et donc plus accessibles aux personnes qui souhaitent se mesurer à l’opportunité de travailler dans l’administration publique ». L’objectif est de ne pas dépasser une période de six mois à partir de publication de l’avis jusqu’au le recrutement. Tout en  Marco Carlomagno, secrétaire général de Flp,  syndicat des travailleurs du secteur public et des fonctionnaires, déclare que « bAu lieu de procéder à des recrutements palliatifs, il faut mettre en place un plan de recrutement exceptionnel. Selon une estimation du Flp, en effet, une augmentation d’un tiers des effectifs du secteur public au cours des trois prochaines années entraînerait une hausse de 10 % du PIB du pays. Un grand plan d’autofinancement pour augmenter les effectifs », déclare Carlomagno. Le recrutement n’est pas considéré comme un simple coût, mais comme un investissement : une main-d’œuvre nouvelle, plus nombreuse et plus compétente garantirait, d’une part, une plus grande productivité et une administration publique plus efficace et, d’autre part, générerait une augmentation naturelle de la consommation. Nous devons compléter les fonds des PNR, qui ont été considérés exclusivement d’un point de vue structurel, par des compétences, le recrutement de personnel, l’innovation et un changement radical des processus de l’administration publique qui sont encore obsolètes et liés à des modèles féodaux », conclut M. Carlomagno.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *