jeu. Mai 23rd, 2024

Née il y a 28 ans, BYD  (Built Your Dreams) est une multinationale de haute technologie qui se consacre aux innovations technologiques. Elle compte plus de 600 000 employés, plus de 30 parcs industriels et plus de 40 filiales dans le monde. Bref, le « géant industriel » classique, toujours à la recherche de nouveaux marchés à conquérir. Parmi les divisions dans lesquelles BYD est particulièrement actif (automobile, électronique, énergies nouvelles et transport ferroviaire), il y a celle des quatre-roues qui, en Europe, est en train de vivre la fameuse « transition écologique » basée sur l’électrification. Une opportunité à ne pas manquer pour un constructeur de voitures électriques qui fait pratiquement tout en interne : du design (développé dans le Global Design Centre au siège de Shenzhen en Chine) aux batteries ; des moteurs électriques aux systèmes de contrôle électronique et aux semi-conducteurs, jusqu’au « cuir végétal » utilisé dans l’habitacle (il s’agit de matériaux synthétiques/artificiels créés en laboratoire comme alternative à la peau animale).
Ainsi, après la commercialisation en Europe des deux premières voitures BYD (Acte 3 un magnifique SUV à 42 000 euros et Han une élégante berline à plus de 70 000 euros), voici l’inévitable extension de la gamme. C’est en effet à Milan que BYD a présenté les nouveaux modèles Dauphin  e Sceau .

Dolphin, une belle C hatchback 100% électrique.  Comme son nom l’indique, la BYD DOLPHIN est le premier modèle de la série Ocean et le premier à adopter le concept de design « Ocean Aesthetics » de BYD (dans le design de la voiture, le dauphin est représenté presque partout). En montant à bord, on a le sentiment de voir enfin quelque chose de nouveau, où tout semble avoir été étudié dans les moindres détails pour rendre le voyage de tous les passagers confortable et sûr. La voiture est équipée d’une batterie BYD Blade Battery de 60,4 kWh au lithium-fer-phosphate et de 44,9 kWh, une structure de sécurité exclusive pour les véhicules purement électriques, et dispose d’une gamme complète de systèmes de sécurité active et passive qui n’ont rien à envier à ses concurrents directs. Elle est également équipée de systèmes intelligents intégrés d’aide à la conduite et de freinage pour rendre le trajet plus sûr et la conduite plus confortable. Des systèmes certes utiles mais souvent intrusifs (trop d’alertes et des « bruits bizarres » comme, par exemple, le « sifflement » sonore typique des voitures électriques). Il va sans dire qu’à bord du BYD Dolphin, le conducteur le plus chanceux est celui qui, en appuyant sur l’accélérateur (toujours dans le respect du code de la route), a la possibilité de s’amuser. Grâce à la batterie Blade de 60,4 kWh et au moteur synchrone à aimants permanents, la BYD DOLPHIN peut accélérer de 0 à 100 km/h en seulement 7 secondes. Le couple de 310 Nm et le puissant moteur de 150 kW/204 ch fournissent une poussée constante qui permet à la voiture d’atteindre une vitesse de pointe de 160 km/h. Les quatre modes de conduite sont Sport, Normal, Economie et Neige. L’autonomie est rassurante : 427 km. La puissance de recharge est de 11 kW en courant alternatif triphasé. Les performances sont également élevées en matière de recharge. Le chargeur DC de 100 kW est capable de recharger la batterie de 30 % à 80 % en seulement 29 minutes. La BYD DOLPHIN est également équipée du système VtoL (Vehicle to Load), qui permet à la batterie de la voiture de recharger facilement des appareils externes (nous avons bu un excellent café dans une voiture alimentée par sa propre énergie). La gamme Dolphin se décline en quatre niveaux de finition (Active, Boost, Comfort et Design), à partir de 30 790 euros.

Seal, une berline vraiment intéressante.  C’est le premier véhicule à mettre en œuvre la technologie avancée de BYD « cell-to-body » (CTB), qui offre des niveaux sans précédent de sécurité, de rigidité torsionnelle, de dynamique de conduite et d’utilisation de l’espace. Autant d’éléments que nous avons appréciés lors de notre essai, où la dynamique de conduite, la tenue de route, l’accélération et les reprises nous ont particulièrement satisfaits. Comme sur le Dolphin, quelques alertes de trop, des sifflements marqués et quelques reflets de trop sur le pare-brise.
La BYD Seal adopte également la batterie Blade développée en interne avec pour objectif principal d’optimiser la sécurité, la durabilité, la longévité, les performances et l’utilisation de l’espace. La batterie se compose de 172 cellules minces et allongées qui ressemblent à des lames. BYD est particulièrement fier de sa pompe à chaleur à haut rendement, qui utilise un système permettant de réguler efficacement la température du bloc-batterie grâce au refroidissement/chauffage direct du liquide de refroidissement, ainsi que de contrôler la température de l’habitacle avec une faible consommation d’énergie. Comme sur le Dolphin, la technologie de batterie BYD prend également en charge le V2L (Vehicle-to-Load), ce qui permet au BYD SEAL d’être utilisé comme une batterie sur roues pour des appareils électriques externes (puissance totale jusqu’à 3 kW). Le BYD Seal est proposé en version Design à partir de 46 890 euros et en version Excellence à partir de 49 390 euros.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *