mar. Juin 18th, 2024

Sergio Gatti, directeur général de Federcasse, discutera aujourd’hui à l’Università Cattolica de l’avenir de la mutualité dans le secteur bancaire, à l’occasion du soixantième anniversaire d’Iccrea. Une année importante, car elle a réussi à changer les règles de l’union bancaire.  European … 

« Les racines sont ce qui rend une plante forte, la nourrit, lui permet de croître et de se diversifier », écrit Vittorio Pelligra dans son dernier livre. Le Credito Cooperativo a célébré hier le 60e anniversaire de la création d’Iccrea et, en juillet dernier, le 140e anniversaire de la fondation de la première Cassa Rurale. Il est donc significatif qu’en cette même année 2023, il ait été possible de renforcer concrètement ces racines en insérant un élément de proportionnalité structurelle dans les réglementations bancaires de l’UE. Une proportionnalité innovante également parce qu’elle est ancrée à la fois sur une base dimensionnelle et qualitative, avec une référence explicite aux objectifs mutualistes de nos 223 coopératives bancaires.

Comment est-il possible de rester fidèle à son modèle d’entreprise lorsque la législation va à son encontre ? 

La législation bancaire européenne est née avec une approche qui tend à « simplifier » la réalité du terrain et à l’homogénéiser. Mais le modèle d’entreprise mutualiste, réglementé en détail par le législateur italien, qu’il soit constituant ou ordinaire, a montré qu’il pouvait être interprété à travers les saisons, les crises et les transitions des époques. Et continuent à remplir, en développant des parts de marché dans le domaine du crédit, leur fonction de moteur du développement intégral des communautés dont elles sont l’expression. C’est là le point discriminant : les propriétaires de nos banques communautaires sont les personnes qui vivent et travaillent dans les territoires. Il n’y en a pas d’autres. La réforme de 2016 a introduit l’institution innovante du groupe bancaire coopératif, un cadre organisationnel important, qui permet de nouvelles doses de stabilité et de compétitivité et qui devrait nous permettre d’augmenter encore notre capacité de service et de réactivité dans les territoires. Il suffit de penser que 31 % des 4 096 agences de la Bcc sont situées dans des communes de l’intérieur et que les parts de marché du crédit aux entreprises de la petite industrie et de l’artisanat, de l’agriculture et du tourisme dépassent les 22 %.

Les objectifs de la finance mutualiste ne sont pas à la mode mais nécessaires au développement social : quels sont les progrès réalisés ?  en Italie ? 

Je pense que ces objectifs vont devenir de plus en plus à la mode. Tout simplement parce qu’ils sont incontournables. Ce sont ceux qui sont clairement indiqués par le Laudato si’ et réitéré avec force par le Laudate Deum, mais aussi par la présidente de la Commission européenne dans son discours sur l’état de l’Union. Nous les retrouvons dans le programme européen « Next Generation » et dans les efforts de revitalisation des démocraties. Il ne s’agit pas d’une réalisation unique. Leone Wollemborg a fondé la première Cassa Rurale italienne à l’âge de 24 ans, en 1883, et a compris avec lucidité que les inégalités minent la cohésion sociale. C’est pourquoi elles doivent être combattues par le plus efficace des remèdes, un travail digne de ce nom. Diverses études internationales et italiennes ont montré comment les inégalités de revenus sont réduites là où les BCC opèrent. Le séminaire « L’avenir des mutuelles financières » qui se tient aujourd’hui à l’université Cattolica de Milan présentera également un document sur le lien entre la présence de banques mutualistes et la réduction de la pauvreté.

En 2019 sont nés les deux groupes bancaires coopératifs Iccrea et Cassa Centrale et en 2020 le système de protection institutionnelle Raiffeisen. Faisons un premier bilan de ce tournant. 

Dans un essai écrit avec deux autres chercheurs, Rossi et Viola – et publié il y a quelques mois dans l' »International Review of Financial Analysis » – Elena Beccalli, doyenne de la Faculté des Sciences Bancaires de l’Université de Cattolica, a démontré comment le changement de structure organisationnelle qui a suivi la naissance des Groupes Coopératifs Bancaires Bcc Iccrea et Cassa Centrale, tout en maintenant inchangées la nature juridique et les finalités mutualistes de chaque Bcc, a permis aux banques coopératives de mieux exploiter les économies d’échelle et les réductions de coûts et, en même temps, d’améliorer la compétitivité. Cinq années seulement se sont écoulées. Nous pouvons encore faire mieux.

La conférence de la Cattolica met en évidence le lien entre la finance coopérative et la recherche. Pourquoi ?  important ? 

Parce que le Crédit Coopératif est avant tout une vision culturelle : la responsabilité et le protagonisme des personnes dans leurs communautés. La solution du consortium aux besoins de l’individu, de la famille, de l’entreprise et du réseau. La vision intergénérationnelle. La gestion astucieuse et prévoyante de l’épargne générée dans les territoires par des membres qui vivent et/ou travaillent dans ces mêmes territoires et qui sont élus sur une base démocratique (une tête un vote, pas une part un vote) à la responsabilité d’administrateurs est un grand atout. La redécouverte et la valorisation des formes mutualistes communautaires médiévales (surtout franciscaines : monti frumentari, di pietà, dotali) et de l’école d’économie civile d’Antonio Genovesi – qui, en tant que titulaire de la première chaire d’économie en Europe à l’Université Federico II de Naples, l’a baptisée « Science du bonheur public » – sont des piliers culturels d’une profondeur extraordinaire.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *