sam. Juil 20th, 2024

« Comme c’est difficile ! En tant qu’éditeur italien, nous sommes sur le point de clôturer l’une des années les plus compliquées de l’histoire : les chiffres d’audience nous réconfortent et nous aident beaucoup. Le bilan des neuf premiers mois est très bon, mais il a été difficile ». Pier Silvio Berlusconi, PDG de MediaForEurope a rencontré la presse aujourd’hui à Cologno Monzese pour un bilan de fin d’année.

Cependant, trois mois après le début de la saison, les audiences semblent justifier le choix d’un « changement de rythme » dans le contenu voulu par Pier Silvio Berlusconi, qui souhaitait plusieurs changements dans la grille des programmes. A en commençant par la première des émissions de téléréalité : « Je suis absolument satisfaite, je trouve que sur le plan de l’image, il n’y a pas de problème. Big Brother – a déclaré l’annonce – un beau travail a été fait d’un point de vue éditorial. C’était une question de respect et d’attention, je n’ai jamais remis en cause le programme, qui est une machine télévisuelle folle, mais la façon dont il a été réalisé. J’ai dit aux auteurs : ne choisissez pas les acteurs sur la base de dynamiques qui doivent être des querelles, des trahisons, des intrigues, mais choisissez des personnes positives. et les histoires suivront leur cours ».

Quant aux Après-midi 5Myrta Merlino  a succédé à Barbara D’Urso, « une tâche ardue », Je ne suis pas un grand fan des conteneurs où l’on passe d’un trop grand nombre de nouvelles criminelles à des sujets sur le style de vie d’une manière extrêmement légère.  Je mesure les mots, mais le sens de ce type de contenant est en question. Sur le produit, nous sommes satisfaits : Myrta Merlino s’est retrouvée à devoir faire un changement à 360 degrés et a une concurrence très forte. Si nous pouvions faire moins de reportages sur la criminalité, je préférerais, mais nous devons faire de l’écoute ». Par C’est toujours CartabiancaEn revanche, « je suis très satisfait, parce que c’est un produit que j’ai toujours aimé et que j’ai essayé, que je courtise depuis longtemps sur le plan professionnel », a-t-il expliqué. Bianca Berlinguer,  et les résultats qu’elle obtient sont très satisfaisants ».

En ce qui concerne les relations avec le gouvernement, après l’affaire Giambrun o, et les off-waves de la désormais ex-compagne du Premier ministre Giorgia Meloni diffusées par Striscia la notizia « J’ai d’abord souffert et ensuite souri », a déclaré l’administrateur, « sur la diététique liée à la mise hors antenne de Striscia : Ricci est Ricci, qu’on le veuille ou non, je ne pense pas que les relations avec le gouvernement puissent changer à cause de l’affaire Striscia ». « J’ai parlé immédiatement à notre Premier ministre avec lequel j’ai d’excellentes relations, je lui ai fait part de mon mécontentement.« .

Le bilan de fin d’année fait donc état d’une augmentation de l’audience des réseaux Mediaset, grâce également à un changement de langue et à une refonte de la grille de programmation », mais aussi de budgets à équilibrer non sans difficulté. Au début de l’année, en raison des taux d’intérêt et de l’inflation, de l’augmentation des coûts et de la suppression des dividendes par Prosiebensat, nous nous sommes retrouvés avec un déficit de 90 millions d’euros par rapport à l’année précédente : une fois de plus, nous avons réagi de façon remarquable. La semaine dernière, j’ai présenté les actions mises en place pour compenser la perte de revenus et l’augmentation des coûts, et nous avons atteint l’équilibre ou fait légèrement mieux avec 91 millions d’euros. Nous avons terminé l’année dernière avec un bénéfice de 216 millions d’euros, il semblait impossible d’atteindre le même niveau, mais aujourd’hui nous commençons à y croire ». . Le chiffre d’affaires publicitaire du groupe en Italie a augmenté de 8,3 % en octobre et de 9 % en novembre, ajoute Berluscon, tandis que les synergies avec les activités sont positives, « nous avons déjà réalisé environ la moitié des synergies attendues, c’est-à-dire entre 27 et 30 millions ».

Berlusconi lance cependant un appel à la défense de l’édition italienne. « La vie est difficile pour les éditeurs italiens, désavantagés par rapport aux grands acteurs internationaux, à commencer par les niveaux d’imposition.  – explique-t-il -, alors que les grandes multinationales du web paient 3 % d’impôts sur les revenus en Italie. C’est ridicule. Je pense qu’il est bon de mettre en place, en les étudiant très attentivement, des systèmes de financement qui favorisent le secteur de la télévision : nous n’avons pas accès au crédit d’impôt et, avec la nouvelle approche du gouvernement à l’égard du secteur, nous aimerions ne pas être désavantagés. L’Italie est le pays d’Europe où le financement de l’audiovisuel est le plus faible ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *