mar. Avr 23rd, 2024

Après dix matchs disputés dans cette Saison régulière de l’EuroLeague 2023-24 des considérations peuvent être faites. Pour la première fois, l’Olimpia Milan (4-6) a obtenu deux victoires d’affilée avec un roster et une configuration de jeu stables, et a certifié le flop de l’Étoile Rouge de Belgrade (3-7), dont l’excellent marché estival, ainsi que celui de son compatriote Partizan (4-6), avaient suscité une grande sensation et fait parler du Final Four avec trop de hâte en Serbie et à l’étranger. Bien qu’il soit trop tôt pour faire le bilan des promus et des recalés.

Maodo Lo et ses coéquipiers ont bien fait de mettre en évidence les failles d’une équipe qui défend mal et mal, et tout aussi mal capable en attaque de passer le ballon. Il n’en fallait pas plus pour qu’en seconde période, Shields rectifie le tir et que Melli continue de s’imposer dans les surfaces pour arracher la victoire sans qu’aucun des Messins n’atteigne les 30 minutes sur le terrain.

En parlant de haut et de bas, après un départ catastrophique, les deux équipes grecques, Panathinaikos et Olympiacos (6-4 chacun, quatrième derrière Virtus Bologna), reprennent leur place au classement. Entre les nouveaux joueurs ajoutés cet été et les nouvelles arrivées de ces derniers jours, les dépenses deviennent folles, à tel point que deux calculs de la serva nous font craindre un fair-play financier dans ces contrées.

On retrouve donc fatalement en bas de tableau ceux qui ont fait leurs devoirs, avec des budgets mirifiques connus du public. Les deux équipes allemandes Alba et Bayern et l’Asvel Villeurbanne. Avec eux, le Zalgiris (4-6) dont le succès ne suffit visiblement pas à stopper l’hémorragie de bons joueurs (Keenan Evans sera le prochain, peut-être même avant la fin de la saison, après Brazdeikis et Mitrou-Long).

Dans la zone intermédiaire, qui ne comprend évidemment pas les deux grands d’Espagne, le Real Madrid (9-0) et le FC Barcelone (8-2), se trouvent les équipes qui peuvent sérieusement prétendre aux playoffs. Parmi elles, l’EA7 Armani, surtout si à domicile contre Zalgiris le 30 novembre il allonge sa série de victoires, et Virtus Bologna (7-3) dont le seul regret de la saison est la défaite à domicile contre les Lituaniens de Maksvytis.

Il s’agit de Munich, Maccabi et Baskonia, qui font désormais partie des candidats aux playoffs, et de Fenerbahçe, Valence et Anadolu Efes. Toutes ces équipes oscillent entre hauts et bas, certaines en hausse (Efes), d’autres en baisse (Fenerbahçe). Il faudra voir qui parviendra à grandir dans les compétitions auxquelles ils participent sans jamais s’arrêter et dans quelle mesure le facteur blessure les affectera, mais certaines tendances semblent assez claires.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *