ven. Mai 24th, 2024

Le commentaire

L’un des matches les plus horribles auxquels nous avons assisté cette saison a vu lesUrania Milan sur Reale Mutua Torino 70-65 avant le 2700 les téléspectateurs de laAllianz Nuage célébrant la deuxième victoire consécutive de leurs favoris. Villa et son équipe ont accroché l’équipe turinoise à 12, faisant un grand bond au classement et retrouvant enthousiasme et continuité face à une grande équipe du Groupe Vert.

Les joueurs en souffrance Lupusor e Beverly pour Milan (mais quand revient-il ?) e Poser pour Turin ne peut servir d’alibi au spectacle pour le moins décevant offert par les deux équipes sur le terrain. Si la première mi-temps a été embarrassante, la seconde a fait lire un livre aux pages moins jaunies. Milan, grâce notamment à l’excellente prestation de son capitaine Piunti e Potts (dévastateur dans la finale), l’a emporté de manière méritée et le Reale Mutua n’a pu que retourner sous la Taupe avec une deuxième défaite consécutive. Des attaques souvent improvisées et des défenses qui ont trouvé par hasard la balle dans les mains, ont été les éléments constants de toute la soirée milanaise. Turin a continué à manquer trop de lancers francs, et si Kennedy n’a pas rapidement retrouvé la verve en attaque (et pas seulement) appréciée en début d’année sera un mal pour les ambitions jaune-bleu.

Ciani avait prévenu tout le monde des difficultés possibles, mais aujourd’hui il n’aurait pas gagné même si le match avait duré aussi longtemps qu’un match de tennis. La tête et les jambes tournaient dans le sens inverse aujourd’hui, et cette année, chaque erreur se paie cher. Au fur et à mesure que le chronomètre défile, Villa se rend compte que le plan de course préparé porte ses fruits. Puis, quand Turin a sorti la tête de la coquille, Wegreenit a augmenté le régime du moteur, s’appuyant sur ses meilleurs hommes qui n’ont pas trahi, ils ont même résolu le problème.

Tableau d’affichage

Wegreenit Urania Milano – Reale Mutua Torino 70-65 (12-11, 16-12, 22-19, 20-23)

Wegreenit Urania Milano: Giddy Potts 22 (4/6, 3/10), Giorgio Piunti 18 (6/8, 1/3), Aristide Landi 10 (1/3, 0/5), Matteo Montano 6 (0/2, 2/2), Andrea Amato 5 (0/6, 1/6), Matteo Cavallero 4 (2/3, 0/1), Giovanni Severini 3 (0/4, 1/3), Davide Bonacini 2 (1/3, 0/1), Romeo Ciccarelli 0 (0/0, 0/0), Theo Anchisi 0 (0/0, 0/0), Samuele Solimeno 0 (0/0, 0/0)

Lancers francs : 18 / 18 – Rebonds : 34 1 + 33 (Giorgio Piunti 10) – Passes décisives : 17 (Andrea Amato 9)

Reale Mutua Torino: Donte Thomas 23 (8/15, 1/5), Simone Pepe 11 (2/4, 2/4), Keondre Kennedy 8 (2/5, 1/4), Matteo Schina 8 (4/6, 0/1), Luca Vencato 7 (1/11, 1/2), Matteo Ghirlanda 6 (0/0, 2/3), Marco Cusin 2 (1/3, 0/0), Niccolo De vico 0 (0/2, 0/2), Federico Poser 0 (0/0, 0/0), Kesmor Osatwna 0 (0/0, 0/0), Gianluca Fea 0 (0/0, 0/0)

Lancers francs : 8 / 16 – Rebonds : 42 6 + 36 (Luca Vencato 10) – Passes décisives : 15 (Luca Vencato 4)

Le match

Un rythme très lent et de nombreuses erreurs de tir ont caractérisé la première moitié de la rencontre. 1er quart-temps. Le spectacle n’est pas pour les palais avertis, mais l’enjeu est de taille. Le 5′ enregistre une parité parfaite sur le 7-7. Un mauvais départ qui ne reflète pas les prévisions de la veille.

Il continue à tirer au hasard en deuxième mi-temps : le 2/11 de l’arc pour Urania et 1/5 pour Reale Mutua sont le reflet des difficultés auxquelles les deux équipes doivent faire face. L’entrée de Pepe et Ghirlanda semble donner un peu de lustre à un mur qui s’effrite, mais la première sirène s’en va dans les archives avec Potts (4 pts) et camarades en avant 12-11.

Le triple de Montano au début du 2ème quart-temps réchauffe les mains de l’Allianz Cloud. Le Torino s’appuie sur la direction de Schina, mais la défense craque et Piunti signe le +6 sur les 17-11, l’avantage maximum pour les hommes de Wegreenit. C’est l’habituel Pepe (5 pts) qui fait des ravages dans la défense milanaise. Villa s’en aperçoit immédiatement et brise le retour du Torino par un temps mort providentiel. Capitaine De Vico a déjà trois fautes dans le dos, ce qui est un gros problème pour la rotation des équipes. Ciani et, après le triplé gagnant de Piuntic’est le banc des Gialloblù qui s’impatiente et rappelle son équipe sur le banc pour réfléchir.

Entre erreurs banales et effet soporifique constant, nous arrivons à la longue pause avec les Wildcats milanais en tête. 28-23 et un Piunti mattatore (9 points et 6 rebonds). Pour le Torino, seul Thomas e Pepe. D’autre part, Vencato devra rapidement « chauffer » sa main (1/11 sur le terrain). Ce n’est pas son genre.

Les triples de Ghirlanda et Vencato lèvent le rideau sur le match de la 3ème trimestre pour un Turin qui en avait besoin comme du pain. A l’évidence Potts a dû souffrir du choc plus que quiconque et a recommencé à marquer des points, atteignant les deux chiffres grâce à deux tirs consécutifs à l’arc. Le rythme commence à reprendre et le spectacle en bénéficie. A 5′, les Lombards toujours aux commandes 41-34.

Sur la troisième balle perdue par KennedyCiani s’empresse de le retirer en espérant que Pepe continue à être aussi positif qu’en première mi-temps. Entre les deux, un temps mort que l’entraîneur de l’Udinese appelle avec agacement. La troisième sirène donne à nouveau l’avantage (50-42) pour l’Urania avec Villa furieux du quintet sur le terrain, qui dans le final a donné des points faciles aux invités qui sont revenus sous la barre des deux chiffres.

Finalement Kennedy trouve son premier triple de la soirée et le dernier partiel commence bien pour les Torinois. Schina et Pepe prennent l’équipe par la main jusqu’à – 3 du 2′ (52-49), obligeant Villa à faire le ménage dans la salle de Milan. Quand une nouvelle bombe de Pepe remet les choses en place au tableau d’affichage, le Torino voit une nouvelle lumière. Le match se joue point par point, mais les « système » Turin fonctionne à nouveau, comme c’est souvent le cas, surtout en fin de match.

Milan, avant la dernière journée, est toujours en tête 56-55mais c’est maintenant un jeu dans le jeu qui commence. Le comportement antisportif de De Vico signifie une quatrième faute pour le capitaine des Gialloblù qui reste néanmoins sur le terrain.. Mais cela n’a pas duré longtemps car le cinquième coup de sifflet a été donné et il a dû quitter le terrain. Les choses ne s’arrangent pas pour Piunti qui se voit infliger une pénalité antisportive pour une faute sur Thomas qui est blessé..

Milan est chirurgical à partir de la ligne de charité (18/18), le Torino beaucoup moins, et ces détails à ce moment du match peuvent faire la différence. Dans la phase finale, Potts a pris le dessus et le Torino n’a pas eu d’autre choix que de rentrer chez lui avec les pieds dans le feu et une deuxième défaite consécutive à digérer. Et vite.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *