mer. Fév 28th, 2024

Au cours de ses six premiers mois en tant que président de la Fondazione Cariplo, Giovanni Azzone s’est principalement consacré à l’analyse des besoins du territoire. Il a parcouru ce qu’il appelle la « Lombardie plus », la zone dans laquelle opère l’organisation, qui comprend également les provinces de Novara et de Verbano Cusio Ossola, et a rencontré les réalités locales. Le moment est venu de dévoiler la stratégie, dont le cœur sera la fragilité et un concept cher à Azzone : le « bien-être de précision ». La présentation des activités 2024 est prévue pour vendredi prochain, avec au centre la lutte contre la pauvreté, en particulier selon quatre axes : les besoins de base, la pauvreté culturelle, la pauvreté numérique et la pauvreté engendrée par les urgences environnementales. « L’idée de la Fondation, dans ces quatre domaines d’activité, est que la pauvreté est combattue en s’attaquant aux deux ‘cornes’ du problème : nous intervenons sur les besoins immédiats et essayons de créer les conditions pour que ces besoins ne se manifestent pas à l’avenir », explique M. Azzone dans cette interview accordée à Avvenire.

Urgence et long terme : comment ces deux exigences sont-elles conciliées dans la stratégie de la Fondation ? 

Je citerai deux exemples. Le premier dans le domaine de l’aide sociale, avec le programme QuBì à Milan : en plus d’apporter des réponses à des besoins de base tels que le besoin de nourriture, grâce aussi à la politique alimentaire avec la municipalité, nous aidons 8 000 enfants en difficulté avec une prise en charge après l’école, les empêchant ainsi de quitter le système scolaire. Si nous les aidons aujourd’hui, nous aurons des jeunes et des adultes qui auront moins de chances de se retrouver dans la pauvreté demain. Le deuxième exemple concerne la sphère culturelle : d’une part, nous garantissons l’accès aux personnes qui, pour des raisons économiques et éducatives, ne s’orientent pas vers les circuits culturels ; d’autre part, nous considérons la culture comme une opportunité de développement, y compris économique, des territoires, par la création d’emplois et d’opportunités.

Quelles sont les principales questions qui ont émergé des réunions avec les communautés locales ? 

Nous avons vu beaucoup d’urgences immédiates, mais aussi des problèmes qui sont à un stade que je qualifierais d’embryonnaire. Nous devons donc les anticiper et gérer les situations. Les provinces de Lecco et de Monza, par exemple, ont encore presque le plein emploi, mais avec le vieillissement de la population, elles risquent de ne pas avoir la main-d’œuvre nécessaire pour maintenir le tissu productif à l’avenir. Les collectivités doivent se préparer aux problèmes à venir. Un autre exemple est celui de villes comme Côme ou Mantoue, à vocation touristique : le risque est que le tourisme à tout va conduise à vider le centre, transformé en un lieu uniquement touristique, avec de nombreuses personnes âgées seules ; et c’est là que notre travail devient de construire ou de régénérer des communautés. De cette manière, nous ne perdons pas le tissu essentiel de chaque territoire.

Lire aussi:  Hausse des prix. Diesel à deux euros le litre : la piqûre pour faire le plein

Il s’agit de processus d’une grande complexité, difficiles à gérer… 

Nous avons la chance de travailler sur un territoire particulièrement fertile en termes d’entreprises, d’institutions, de tiers secteur. La Fondazione Cariplo a un avantage : nous sommes en mesure de parler à tout le monde et de coaguler les forces qui sont déjà là.

Cependant, dans une telle phase, les ressources restent une variable clé. 

Nous savons que les 153 millions que la Fondazione Cariplo donnera l’année prochaine à la région ne suffiront pas à répondre à tous les besoins. C’est là qu’il est important d’adopter un bien-être de précision, avec des interventions ciblées sur les besoins des individus, afin d’utiliser au mieux les ressources disponibles. Cela peut se faire dès aujourd’hui.

Quel est le point de départ ? 

L’analyse des données est fondamentale. Si tous les opérateurs partageaient leurs données, nous pourrions savoir ce dont tout le monde a besoin. Et puis il faut pouvoir générer des effets de levier. Je pense, par exemple, à la possibilité d’attirer d’autres acteurs et de les convaincre de mettre des ressources en commun avec nous, ou de transposer à plus grande échelle des expériences réussies dans différents territoires. Parallèlement, nous entendons exploiter le potentiel des outils modernes pour mesurer l’efficacité de nos interventions.

Vous avez dit que les 153 millions d’interventions annuelles ne sont pas suffisantes. Avez-vous l’intention d’en faire plus ? 

Il y a tout dans notre devise : tute servare, munifice donare (conserver avec soin pour donner généreusement, ndlr). La finance peut sembler un sujet aride, mais elle nous permet de faire un travail philanthropique. Chaque million supplémentaire gagné grâce à une bonne gestion d’actifs va aux communautés locales. Mais oui, nous aimerions pouvoir fournir plus de ressources à l’avenir.

Allez-vous changer de stratégie ? 

L’idée est d’allonger le délai, ce qui tend à augmenter l’exposition à des actifs plus illiquides qui, à long terme, offrent des rendements plus élevés tout en restant très prudents. Certains ajustements sont possibles.

En 2022, la Fondazione Cariplo a porté sa participation dans Intesa Sanpaolo, la banque cessionnaire, à 4,81 %, avec un investissement de 350 millions d’euros. D’autres initiatives sont-elles en vue ? 

Pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour. Pour nous, Intesa Sanpaolo représente un double avantage : direct, en termes de dividendes, et indirect pour le travail social qu’elle accomplit. Être membre de la banque nous aide à faire partie d’un grand projet de création de valeur à tous les niveaux et d’inclusion.

Toujours en matière d’investissements, les Fondations, par l’intermédiaire de F2i, sont susceptibles de participer au projet de réorganisation du réseau Tlc de Telecom Italia. Qu’en pensez-vous ? 

Lire aussi:  Les actions EDF en hausse pour 2023 : Achetez-en maintenant !

Les Fondations ont intérêt à ce que le pays se développe : il est tout à fait raisonnable d’investir dans les infrastructures.

Mais le monde des fondations n’est pas toujours uni. 

Pour nos institutions, je crois qu’il est crucial de faire partie d’un système. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons peser de tout notre poids et faire en sorte que même les plus petites fondations soient pertinentes.

Nous sommes à la veille du renouvellement de la direction de l’Acri, l’association qui représente les fondations. Quel rôle Cariplo entend-il jouer ? 

Nous considérons que l’association et le travail réalisé ces dernières années par Giuseppe Guzzetti puis par Francesco Profumo sont fondamentaux. Nous savons que le monde change et que certains ajustements peuvent être appropriés, par exemple pour encourager la collégialité ; la collaboration et la comparaison avec les fondations à l’étranger sont également importantes, car il existe des programmes et des partenariats potentiels très intéressants pour nous. En ce qui concerne les problèmes planétaires, nous devons avoir une vue d’ensemble, y compris au niveau européen.

Mais êtes-vous disponible pour diriger l’association ? 

Ce n’est pas la question pour le moment. Pour l’instant, au niveau de l’entité, nous raisonnons sur le type de figure qui convient. Plus tard, il sera utile de parler de noms.

Revenons à nos interventions. L’une des urgences les plus évidentes à Milan est le logement : la flambée des prix de l’immobilier pousse les jeunes et les familles à quitter la ville. Que faites-vous sur ce front ? 

La Fondazione Cariplo a toujours été à l’avant-garde sur la question du logement. logement socialqui est aujourd’hui quelque peu compromise par l’augmentation des coûts de construction. Notre raisonnement consiste à réaliser des interventions équilibrées : les maisons mises sur le marché peuvent soutenir celles dont les loyers sont bas pour les personnes dans le besoin. Avec Redo, la société que nous avons créée pour traiter ces questions, nous participons à l’opération de Sesto San Giovanni qui va précisément dans ce sens. Le problème du logement ne se pose pas seulement dans la capitale : Milan doit être considérée comme une ville métropolitaine, où toutes les zones voisines offrent des opportunités et une vitalité économique.

L’environnement figure également parmi les priorités de la Fondation. 

Le temps de la transition écologique est long, et là aussi nous avançons avec une approche à deux vitesses. L’urgence de la pauvreté énergétique est également liée à la transition écologique. Dans ce sens, nous croyons beaucoup au potentiel des communautés énergétiques solidaires, qui peuvent produire de l’énergie propre avec des photovoltaïques et en faire don aux personnes dans le besoin. Il existe déjà des expériences actives dans ce sens où tout le monde est gagnant : l’environnement et les personnes.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *